Solaire et méthanisation : lancement de deux nouveaux groupes de travail

Solaire et méthanisation : lancement de deux nouveaux groupes de travail

solaire-methanisation-sebastien_lecornu

Faisant écho à celui mis en place dans la filière éolienne au mois d’octobre dernier, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État au ministère de la Transition écologique et solidaire, a annoncé jeudi 7 décembre 2017, le lancement de deux groupes de travail nationaux supplémentaires chargés de simplifier et de consolider les règles dans les filière solaire et méthanisation. Cette démarche de concertation, évoquée pour la première fois lors de la Conférence nationale des territoires en juillet dernier, vise à associer l’ensemble des acteurs locaux au développement des énergies renouvelables.

Les filières solaire et méthanisation, comme toute énergie renouvelable, ont un rôle déterminant à jouer dans le succès de la transition énergétique, et doivent être encouragées davantage si l’on veut parvenir à la neutralité carbone dès 2050, comme le prévoit le plan climat de Nicolas Hulot. Le gouvernement entend pour cela supprimer les freins éventuels qui ralentissent leur développement dans l’Hexagone, via la création prochaine de deux nouveaux groupes de travail, à l’image de celui mis en place dans la filière éolienne en octobre.

Lutter contre les lenteurs administratives dans le solaire

Ces groupes de travail permettront de « nourrir les travaux de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui tracera la feuille de route de la transition énergétique pour la période 2019-2023 », a déclaré Sébatien Lecornu. Une annonce satisfaisante pour les professionnels de l’énergie solaire qui réclamaient une mesure similaire pour répondre aux obstacles qui ralentissent aujourd’hui le développement de cette énergie. « C’est une satisfaction d’avoir été entendus sur la nécessité de travailler ensemble à favoriser de meilleures conditions de développement », a souligné le président d’Enerplan, Daniel Bour. La filière réclame notamment une feuille de route pour la prochaine décennie, et une augmentation des volumes des appels d’offres.

De leur côté, les acteurs de la filière méthanisation demandent une réflexion « au plan réglementaire, sur la simplification administrative, sur la fiscalité et sur le financement de leur activité », afin de remédier aux lenteurs administratives qui handicapent la filière. Les autorisations nécessaires dans le cadre de projets biogaz mettraient toujours selon eux, près de deux ans à être obtenues en France contre seulement six mois ailleurs en Europe.

Crédits photo : Sébastien Lecornu (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 31 Oct 2023
L'Europe, dans sa quête d'indépendance énergétique post-invasion ukrainienne, risque une surabondance de capacités d'importation de GNL. L'IEEFA indique un possible déséquilibre majeur entre l'offre pléthorique et une demande qui s'essouffle. GNL : Un ajout notable de 36,5 milliards de mètres…
ven 1 Déc 2023
L'État français propose une aide substantielle pour l'achat de thermostats et radiateurs connectés. Cette initiative, en vigueur du 1er décembre 2023 au 31 décembre 2024, vise à encourager les ménages à réduire leur consommation d'énergie.         Énergie…
mar 5 Déc 2023
Fiat, marque emblématique de l'automobile, se réinvente en embrassant pleinement l'ère de l'électrique et se positionne comme un acteur majeur de cette transition. Cette vision se concrétise avec la vente aux enchères de trois Fiat 500-e uniques, le 7 décembre…
jeu 20 Mai 2021
La mise en service de la centrale électrique du Larivot, qui répond à la nécessité de sécuriser l’approvisionnement électrique de la Guyane, département français où la demande énergétique devrait croître à une cadence d’environ 3 % par an dans les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.