East Med : le projet de gazoduc reliant Israël à l’Italie officialisé

East Med : le projet de gazoduc reliant Israël à l’Italie officialisé

gazoduc_europe_accord_east_med

Chypre, la Grèce, Israël et l’Italie ont signé, mardi 5 décembre, un protocole d’accord pour la construction du plus long pipeline sous-marin de gaz naturel au monde devant relier la Méditerranée orientale au sud de l’Europe. Un projet vivement encouragé par l’Union européenne depuis la découverte d’importantes réserves d’hydrocarbures dans cette région, et qui permettrait de libérer (du moins en partie) le Vieux continent de sa forte dépendance au gaz russe.

L’Union européenne, qui voit d’un mauvais œil la Baltique concentrer 80 % des importations russes, au détriment des règles de concurrence, et s’inquiète de la dimension politique d’un éventuel gazoduc passant par la Turquie, souhaiterait profiter des importantes réserves découvertes en Méditerranée ces dernières années pour réduire la dépendance du continent à l’égard de la Russie. L’Italie, Israël, la Grèce et Chypre se sont engagés pour cela, dans le cadre d’un accord signé mardi 5 décembre 2017, à concrétiser le projet de gazoduc sous-marin reliant le champ gazier de Leviathan, au large des côtes israéliennes, à celui d’Aphrodite, au large de Chypre, à la Crète, à la Grèce, puis à l’Italie.

Des réserves gigantesques aux portes de l’Europe

« Le projet assurera une voie directe d’exportation à long terme depuis Israël et Chypre à la Grèce, l’Italie et d’autres marchés européens ». Il permettra ainsi « le renforcement de la sécurité d’approvisionnement (en gaz) de l’Union européenne », est-il précisé dans un communiqué conjoint. « Aujourd’hui, nous avons franchi une étape significative (…) qui souligne l’engagement politique des quatre pays à poursuivre ce projet », a déclaré de son côté le ministre chypriote de l’Energie George Lakkotrypis. « Nous considérons tous qu’il s’agit d’un très important pilier pour ce que nous appelons le corridor en gaz naturel de la Méditerranée orientale à l’Union européenne », a-t-il ajouté.

Considéré comme le plus long et le plus profond gazoduc sous-marin du monde (environ 2000 km), cette installation nécessitera un budget global de 6,2 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros), et permettra de transporter une capacité annuelle d’environ 0,3 à 0,45 milliards de m3. Si les études de faisabilité de ce nouveau pipeline ont été achevées, le développement du projet ne devrait pas commencer avant plusieurs années, pour une mise en service possible dans le meilleur des cas aux alentours de 2025.

Crédits photo : George Lakkotrypis (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) vient de publier une étude portant sur l'évolution régionale du secteur de l'énergie entre 2002 et 2012. Ce dossier officiel, réalisé par le ministère de l'Écologie, permet notamment de dresser un panorama des moyens…
lun 18 Mar 2019
En l’espace de 8 ans, l’Egypte est parvenue à passer du statut d’importateur à de gaz à celui d’exportateur. La découverte de nouveaux gisements et son influence diplomatique devrait permettre au pays de devenir un hub énergétique régional, en coopération…
mer 8 Fév 2017
Après avoir dévoilé début janvier une liste de 29 compagnies internationales qualifiées dans le cadre du développement de champs pétroliers et gaziers, l'Iran a repoussé la date limite de candidature, espérant ainsi voir plus de compagnies y participer. Téhéran aurait…
Le pétrole est la seule énergie qui, en 2015, a vu sa consommation augmenter dans les pays du G20, dans un contexte de ralentissement de la croissance et d'augmentation des préoccupations de sobriété énergétique. C'est du moins ce qu'affirme Enerdata,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.