Stockage géologique des déchets nucléaires : la "moins mauvaise solution" pour Nicolas Hulot

Stockage géologique profond des déchets nucléaires : la « moins mauvaise solution » pour Nicolas Hulot

cigeo_stockage_geologique_dechets_nucleaires

Comme pour faire écho à sa récente décision de repousser à 2030, voire 2035, l’objectif de réduction de la part du nucléaire à 50% du mix électrique français, le ministre de la Transition écologique et solidaire s’exprimait jeudi 9 novembre 2017 devant le Sénat, sur le projet de stockage géologique profond de déchets nucléaires prévu à Bure dans la Meuse. Si Nicolas Hulot a promis une longue concertation sur le sujet, il a surtout défendu le stockage géologique comme la solution la plus acceptable à l’heure actuelle.

Prévu dans le cadre d’une politique de gestion responsable des déchets produits notamment par l’activité de production électronucléaire, Cigéo pour « Centre industriel de stockage géologique » est le premier projet français de centre de stockage profond de déchets radioactifs. Il est conçu pour stocker les déchets hautement radioactifs et à vie longue produits par l’ensemble des installations nucléaires actuelles, jusqu’à leur démantèlement, et par le traitement des combustibles usés utilisés dans les centrales nucléaires.

« Un choix de société éthique et moral »

En charge du projet, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) devrait demander officiellement mi-2019 la création d’un site à Bure, dont l’autorisation « n’interviendra pas avant 2022 », a précisé le ministre de la Transition énergétique et solidaire lors des questions au Sénat. Compte tenu de la sensibilité du dossier pour les populations avoisinantes, une longue procédure de consultation aura lieu avant toute prise de décision définitive. « Il y aura d’ici là une enquête publique, un avis des collectivités concernées, un avis du Parlement, un autre de la commission nationale d’évaluation et une instruction conduite par l’autorité de sûreté nucléaire », a-t-il ajouté.

Critiqué par les associations écologistes, le choix du stockage géologique profond dans la gestion de nos déchets nucléaires fait encore débat et pose la question de notre responsabilité vis-à-vis des générations futures. Peut-on laisser nos enfants démunis face à l’accumulation de nos déchets radioactifs sans proposer de solutions même temporaires ? Ce « choix de société » à la fois « éthique et moral » apparaît dans ce cadre pour Nicolas Hulot, comme la seule solution vraiment acceptable à long terme. « La France a fait le choix de l’enfouissement en site géologique profond, avec d’importants travaux de recherche et de longues discussions. Pour être très sincère avec vous, cette solution n’est pas satisfaisante mais disons que c’est la moins mauvaise », a poursuivi le ministre, jugeant « qu’il n’y a pas de solution miracle à un problème aussi complexe ».

Crédits photo : Andra (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 2 Mai 2013
D’après le quotidien japonais Nikkei, les groupes français Areva et japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) seront chargés de la construction de la seconde centrale nucléaire de Turquie. Selon le journal nippon, un accord sera signé vendredi 3 mai entre le…
mer 7 Juin 2017
Moins d’un mois après le redémarrage du réacteur n°4 de la centrale de Takahama, dans le sud-ouest de l'archipel, l’unité 3 a elle aussi été officiellement relancée ce mardi 6 juin 2017, selon les dernières déclarations de la compagnie d'électricité…
ven 27 Mar 2015
La centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne a accueilli cette semaine les équipes de la Force d'action rapide du nucléaire (FARN) pour une opération de simulation grandeur nature. Un exercice qui aura permis à cette force spécialisée dans les scénarios catastrophes…
mer 24 Juin 2015
Largement déficitaire sur le plan énergétique, le Nigéria, première économie d'Afrique, entend depuis plusieurs années déjà mettre sur pied un vaste programme de développement du nucléaire civil. L'accord de partenariat conclu avec l'agence russe Rosatom en avril dernier confirme ses…

COMMENTAIRES

  • « qu’il n’y a pas de solution miracle à un problème aussi complexe ».

    Pourquoi pas prévoir une véritable fin du nucléaire plutôt de d’en repousser ses échéances ? là voila la solution, limiter la casse !

    Le scénario de RTE n’est qu’un parmi tant d’autres (NegaWatt, ADEME etc…)…. Il ne s’agit pas d’une vérité absolue

    Répondre
  • Les demi-vies effectives des produits de fission de très longue durée de vie (LLFP) pourraient être réduites de centaines de milliers d’années à environ 1 siècle, selon une équipe de recherche japonaise qui s’est concentrée sur le sélénium-79, zirconium-93, technétium-99, palladium-107, iode-129 et césium-135.

    Ils estiment que les 17 000 tonnes de LLFP actuellement stockées au Japon pourraient potentiellement être éliminées en utilisant 10 réacteurs à spectre rapide. Leur méthode semble également présenter l’avantage de contribuer à la production d’électricité et soutenir les efforts de non-prolifération nucléaire.

    Entre enfouir des déchets pour plus de 100.000 ans sans aucune garantie et réduire leur durée de vie à environ 1 siècle et si tous les déchets LLFP peuvent être concernés, cette solution est à priori préférable.

    https://phys.org/news/2017-11-fast-reactor-shorten-lifetime-long-lived.html

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.