BNP Paribas se désengage du secteur des hydrocarbures

BNP Paribas se désengage du secteur des hydrocarbures

BNP_Paribas-hydrocarbures

Engagée depuis 2015 avec plus ou moins d’efficacité, à ne plus soutenir ni financer de projets de centrales thermiques au charbon ou d’infrastructures associées à l’échelle internationale, la banque française veut une fois encore se poser en exemple de la lutte contre le changement climatique. Elle a annoncé mercredi 11 octobre 2017, de nouvelles mesures en faveur de la transition énergétique, et notamment l’arrêt du financement de certains acteurs liés aux hydrocarbures.

Dans le cadre de sa politique de réorientation de ses investissements vers les énergies propres mise en place depuis plusieurs années, BNP Paribas avait promis de réduire son soutien financier au secteur du charbon, tout en continuant d’un autre côté à financer des projets gaziers ou pétroliers. Plusieurs ONG l’avaient d’ailleurs interpellée à ce sujet en mars 2017 pour dénoncer sa participation à un projet de terminal méthanier au Texas, qu’elles jugeaient “incompatible” avec ses nouveaux engagements environnementaux et climatiques.

Lire aussi : Projet de terminal méthanier aux Etats-Unis : BNP Paribas mis en cause par des ONG

Des critiques qui semblent avoir poussées la banque française à s’investir encore davantage dans la lutte contre le réchauffement climatique. BNP Paribas a en effet annoncé sa décision de cesser ses relations avec les acteurs qui ont pour activité principale “l’exploration, la production, la distribution, le marketing ou le trading de gaz et de pétrole de schiste et/ou de pétrole issu des sables bitumineux” (plus particulièrement dans l’océan Arctique, déjà fragilisé par le réchauffement climatique), et de ne plus financer les projets “majoritairement dédiés au transport et à l’exportation de gaz et de pétrole de schiste ou de pétrole issu des sables bitumineux”, comme par exemple les terminaux LNG (gaz naturel liquéfié) ou les pipelines.

La banque a également rappelé son engagement de porter ses financements dans les énergies renouvelables à 15 milliards d’euros en 2020, et de consacrer 100 millions d’euros à l’investissement dans des start-up qui innovent en faveur de la transition énergétique. Outre son retrait des activités liées au charbon, le groupe bancaire français s’était déjà engagé au printemps dernier à réduire de manière significative ses propres émissions de gaz à effet de serre avec pour objectif d’atteindre d’ici fin 2017 la neutralité carbone pour l’ensemble de ses infrastructures et de ses collaborateurs.

Crédits photo : BNP Paribas

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 19 Juil 2024
Leclerc vient de faire une annonce qui ravira de nombreux automobilistes cet été. Après une absence de plusieurs mois, les opérations de carburant à prix coûtant sont de retour dans les stations-service Leclerc. Cette initiative vise à soutenir le pouvoir…
Le rapport du 9 avril 2024 de l’Académie des sciences s'apparente à une véritable douche froide pour les ambitions du gouvernement pour l'hydrogène vert.    Des ambitions démesurées pour l'hydrogène vert Le gouvernement français avait un plan bien ambitieux pour…
mer 14 Fév 2024
La Commission de régulation de l'énergie (CRE) vient de publier, mardi 13 février 2024, le prix repère du gaz pour le mois de mars 2024.   Prix du gaz : la tendance à la baisse du marché de gros se…
mar 25 Juin 2024
Le Niger entre dans une nouvelle ère en lançant ses premières opérations d'exploration et d'exploitation pétrolière. Un nouveau départ pour le Niger Le 22 juin 2024, la Société nigérienne du pétrole (SONIDEP) a officiellement démarré ses activités d'exploration et d'exploitation pétrolière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.