Mobilité électrique : la Chine envisagerait d'interdire les voitures thermiques - L'EnerGeek

Mobilité électrique : la Chine envisagerait d’interdire les voitures thermiques

chine_voiture_thermique_interdiction

Après la France, qui a annoncé début juillet dans le cadre du plan Climat de Nicolas Hulot, son ambition d’en finir avec les voitures thermiques à l’horizon 2040, la Chine pourrait elle aussi s’engager sur la voie exclusive de la mobilité électrique. Le gouvernement chinois a en effet annoncé lundi 11 septembre 2017 travailler actuellement à un calendrier “pour une interdiction” de la production et de la vente de voitures à carburants fossiles.

Le premier marché automobile mondial (28 millions de véhicules vendus pour la seule année 2016), peut-il réellement tourner la page de la voiture thermique et imposer les véhicules propres de manière aussi drastique ? C’est en tous cas une éventualité évoquée ce weekend par le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information (MIIT) qui a annoncé avoir “entamé des recherches” sur le sujet, et prévoit d’établir “un calendrier en lien avec les administrations concernées”.

Lire aussi : Forte progression des ventes mondiales de voitures électriques en 2016

La Chine, qui a vu les ventes de voitures à énergie nouvelle bondir ces dernières années (en hausse de 53% en 2016) grâce notamment à une forte politique incitative, regroupe désormais plus de 507.000 unités en circulation (1,7% du marché automobile), et veut inciter les constructeurs à s’engager encore davantage dans la mobilité électrique. Désireux de réduire les aides financières attribuées aux consommateurs pour l’achat de véhicules propres (via des primes gouvernementales ou des facilités d’immatriculation par exemple), le gouvernement chinois s’en remet désormais aux grands groupes automobiles et pourrait même leur forcer la main via l’instauration de nouveaux quotas. Il a notamment introduit en juin dernier un projet de règlement pour leur imposer un quota de voitures propres qui débuterait dès 2018.

Lire aussi : Voiture électrique : les quotas chinois inquiètent Bruxelles et Washington

De telles mesures vont conduire à de profonds changements dans l’environnement de l’industrie automobile en Chine”, a expliqué le vice-ministre de l’Industrie Xin Guobi devant un forum automobile à Tianjin dans l’est du pays. “Les entreprises devront, conformément aux exigences, améliorer le niveau d’économies d’énergie des voitures traditionnelles et développer vigoureusement les véhicules à énergies propres”, a-t-il insisté.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 6 Mar 2018
Peu considéré en Europe du fait de coûts de production trop élevés, l’hydrogène constitue de l’autre côté du monde, au Japon, une alternative à part entière aux énergies fossiles. Pour preuve, dix compagnies japonaises et le français Air Liquide ont…
jeu 10 Jan 2019
Alors que les soldes d’hiver ont débuté le 9 janvier 2019, la question de l’impact de l’industrie textile sur l’environnement se pose avec acuité. À cette occasion, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe) et son président, Arnaud…
mar 29 Déc 2015
Les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) seront raccordés au réseau électrique européen à partir de janvier 2016. Longtemps tributaires du gaz et du pétrole de la Russie, ces pays comptent désormais profiter de tarifs avantageux pour diminuer la facture…
lun 11 Jan 2021
Ce 11 janvier 2021, le constructeur automobile chinois Nio a présenté sa future berline électrique ET7, qui s'annonce comme la première voiture à batterie à électrolyte solide du marché. Cette technologie de rupture propose des batteries moins lourdes, plus puissantes,…

COMMENTAIRES

  • En 2015 la Chine avait annoncé son intention de dominer l’industrie automobile électrique mondiale d’ici 2025 (à coup de subventions)

    Refaisant un peu ce qu’elle a fait dans le solaire et plus globalement une part du secteur énergétique, entre autres.

    Le président de PSA précise ces jours-ci « Nous sommes à la veille d’un point de rupture qui conduira l’industrie automobile chinoise à imposer au 21 eme siècle à l’Europe (avec l’électrique) ce que celle-ci lui avait imposé au 20 éme siècle dans les motorisations thermiques »

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/mise-en-garde-de-carlos-tavares-sur-l-electromobilite-750049.html

    Il y a donc comme dans le domaine de l’énergie d’autres formes de mobilité à exploiter, c’est le cas en France des navettes autonomes, d’Hyperloop etc et çà suppose des alliances européennes et internationales les plus appropriées.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.