Toulouse : un réseau de chaud et de froid alimenté à 100% par des déchets - L'EnerGeek

Toulouse : un réseau de chaud et de froid alimenté à 100% par des déchets

reseau_chaleur_froid_dechets_toulouse

La métropole de Toulouse a inauguré jeudi 7 septembre 2017, un nouveau réseau de chaud et de froid unique en France dans le quartier de la Cartoucherie. Alimenté à 100% par la combustion de déchets, ce réseau achemine l’eau chaude dans des canalisations jusqu’à des sous-stations qui peuvent en fonction des besoins, transformer par absorption cette eau chaude en eau froide, et offrir aussi bien de la chaleur l’hiver que de la fraîcheur l’été.

Destinés à exploiter l’énergie générée par la combustion des déchets pour alimenter des bâtiments publics ou des logements collectifs, les réseaux de chaleur et de froid se développent de plus en plus dans les grandes agglomérations françaises. On en compte désormais plus de 670 dans l’Hexagone dont 650 réseaux de chaleur et une vingtaine de réseaux de froid. Les réseaux combinant les deux sont pour le moment assez rares. Ils répondent à des besoins bien spécifiques dans des quartiers tertiaires et résidentiels qui présentent un équilibre entre les besoins de chaud et de froid.

Lire aussi : Le réseau de chaleur : recycler la chaleur pour économiser l’énergie

A Toulouse, après Bellefontaine et Bagatelle, le quartier de la Cartoucherie dans l’ouest de la ville a lui aussi inauguré cette semaine son nouveau réseau de chaleur et de froid renouvelable. En service depuis le 15 mai 2017, ce réseau chauffe et climatise les 12.000 m3 d’un pôle régional de formation et 7.000 m3 de bureaux. Il doit être étendu à 54.000 m3 d’ici 2025. “Il s’agit du premier réseau de froid, en France, alimenté à 100% par la valorisation énergétique des déchets, les autres réseaux de froid étant alimentés”à 95%” par de l’électricité, explique dans un communiqué le groupe Eneriance à l’origine du projet.

Lire aussi : A Toulouse, l’éclairage public fonctionne aux énergies vertes

Mis en œuvre pour un coût de 2,7 millions d’euros (financé à hauteur de 512.000 euros par l’Ademe), ce projet permet d’avoir recours aux énergies locales renouvelables et de récupération, de faire bénéficier les utilisateurs d’un tarif compétitif et de lutter contre la précarité énergétique. Enfin, en comparaison à une alimentation électrique plus traditionnelle, ce système permettra d’éviter à terme les émissions de 57 tonnes de CO2 par an pour le froid et 1.512 tonnes de CO2 pour le chauffage.

Crédits photo : Eneriance

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 14 Nov 2018
Fer de lance de la lutte contre le réchauffement climatique, la ville de Paris est engagée en faveur de la transition énergétique. Et l'un des secteurs les plus concernés par cette stratégie énergétique verte est le tourisme. Il représente une…
jeu 13 Juin 2013
L'industriel français DCNS (un des leaders mondiaux de l'exploitation de l'énergie thermique des mers) et le groupe britannique OTEplc ont signé un accord de partenariat pour développer conjointement des systèmes de climatisation par eaux de mer.  Les deux entreprises développent…
mar 8 Oct 2019
Le Commissariat général au développement durable a publié début octobre 2019 les chiffres des dépenses publiques en Recherche & Développement en énergie pour l'année 2018 en France. La reprise des investissements est notamment tirée par les filières du nucléaire et…
jeu 2 Oct 2014
La préfecture a annoncé ce mardi 30 septembre la fin de non recevoir opposée à la demande d'autorisation concernant un projet de ferme éolienne près des champs de bataille de la Grande Guerre dans le département de la Meuse. Au…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.