BNP Paribas vise la neutralité carbone en 2017 BNP Paribas vise la neutralité carbone en 2017

BNP Paribas vise la neutralité carbone en 2017

Outre une politique d’investissement réorientée depuis plusieurs années vers les énergies vertes au détriment des activités liées aux combustibles fossiles, le groupe bancaire français s’attaque également à ses propres émissions de gaz à effet de serre. BNP Paribas s’est engagé dans un communiqué publié mercredi 3 mai 2017, à atteindre la neutralité carbone d’ici la fin de l’année pour l’ensemble de ses infrastructures et de ses collaborateurs.

Engagée depuis 2015 (avec plus ou moins d’efficacité) à ne plus soutenir ni financer de projets de centrales thermiques au charbon ou d’infrastructures associées, à l’échelle internationale, la banque française veut une fois encore se poser en exemple dans la lutte contre le changement climatique. Elle a annoncé cette semaine sa volonté de neutraliser ses émissions de carbone d’ici la fin de l’année, c’est-à-dire de réduire ses émissions au maximum et de compenser celles qui seront inévitables.

Lire aussi : Projet de terminal méthanier aux Etats-Unis : BNP Paribas mis en cause par des ONG

Pour cela, BNP Paribas compte s’appuyer sur trois leviers différents. Mettre en place tout d’abord, une politique « d’efficacité énergétique des bâtiments, des data centers » et « d’optimisation des déplacements professionnels » qui lui permettra, selon ses estimations, de réduire de 25% les émissions de carbone par collaborateur. « Ces émissions ont été diminuées de plus de 15% par collaborateur depuis 2012″, souligne le groupe bancaire. Dans un second temps, le groupe entend neutraliser la moitié de ses émissions dues à sa consommation électrique en recourant à de l’électricité bas carbone « dans tous les pays où cela est possible ». Cette électricité pourra être soit renouvelable, soit nucléaire en fonction de l’énergie disponible dans chaque pays où la banque est présente.

Lire aussi : La Société générale renonce au financement d’une centrale à charbon indonésienne

Enfin, les émissions ne pouvant être réduites, telles que celles issues des voyages professionnels ou de la consommation de gaz, seront compensées « par le biais de partenariats avec des organisations de référence », précise BNP Paribas. La banque s’est d’ores et déjà engagée dans ce cadre aux côtés de l’association GoodPlanet, présidée par le photographe Yann Arthus-Bertrand, pour construire « des biodigesteurs, équipements individuels de production de biogaz, en milieu rural en Inde » qui permettront à 50.000 personnes de bénéficier d’une énergie propre.

Crédits photo : BNP Paribas

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 20 Jan 2017
Depuis l’avènement de la domotique, piloter son chauffage domestique n’a plus rien de révolutionnaire. Chacun peut ainsi rationaliser sa consommation d’énergie et faire baisser sa facture. Mais une nouvelle étape vient d’être franchie par une entreprise française, Lancey, qui a…
jeu 9 Fév 2017
Si la nouvelle administration au pouvoir aux Etats-Unis ne semble pas vouloir prendre au sérieux le réchauffement des températures, le changement climatique pourrait pourtant avoir de fâcheuses conséquences sur le réseau électrique américain à long terme. Une étude publiée le…
ven 3 Fév 2017
L'énergéticien EDF a annoncé mercredi 1er février avoir finalisé la cession de la totalité du capital de sa filiale hongroise, Démasz, à l'entreprise publique Enksz, suite au feu vert des autorités compétentes. Le groupe français poursuit ainsi son plan stratégique…
jeu 16 Fév 2017
Désireux de se rapprocher de la Chine dans un environnement commercial international incertain depuis l'élection aux Etats-Unis de Donald Trump, adepte du protectionnisme, l'Union européenne devrait alléger les mesures anti-dumping en cours depuis 2013 contre les produits solaires chinois. La…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *