Projet Noor IV : le Maroc poursuit le développement de l'énergie solaire Projet Noor IV : le Maroc poursuit le développement de l'énergie solaire

Projet Noor IV : le Maroc poursuit le développement de l’énergie solaire

Confronté à une demande d’électricité en forte augmentation ces dernières années et à la nécessité de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, le Maroc souhaite développer ses capacités de production renouvelables pour atteindre 42% de son mix énergétique à l’horizon 2030. L’énergie solaire connaît dans ce cadre une forte croissance via notamment le développement progressif d’une des plus grandes centrales solaires du monde située aux portes du désert près de Ouarzazate.

Le Maroc s’est lancé depuis plusieurs années maintenant dans un programme ambitieux de renforcement de son réseau et de diversification de son mix énergétique, trop largement dépendant des combustibles fossiles. Dépourvu de ressources naturelles, le royaume ne produit presque pas d’hydrocarbures et doit importer 95% de l’énergie qu’il consomme. Une situation intenable sur le long terme qui pousse aujourd’hui le gouvernement à adopter une nouvelle stratégie de diversification énergétique via le lancement de nombreux programmes de développement des énergies renouvelables éolienne et solaire.

Lire aussi : Le Maroc, royaume africain des énergies vertes

Dans le secteur solaire, le projet Noor, situé à 20 km de Ouarzazate dans le sud du pays, s’impose comme le projet phare du gouvernement. Il est développé en plusieurs phases de construction dont la quatrième vient d’être officiellement lancée le weekend du 1er avril 2017 par le roi Mohamment VI. Noor IV s’étendra sur une surface de 137 hectares et aura une capacité de production de 72 mégawatts. Nécessitant un budget global de 750 millions de dirhams (70 millions d’euros) financés en majeure partie par la banque allemande KfW Bankengruppe, il entrera en service au premier trimestre 2018, et produira de l’énergie électrique à partir du rayonnement solaire capté par des cellules semi-conductrices. Il sera exploité par un consortium composé de l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen) et de la société saoudienne Acwa Power, qui avait également remporté l’appel d’offres pour les autres phases du projet.

Lire aussi : Energie solaire : le Maroc va investir 40 milliards de dollars sur 15 ans

Rappelons que le Maroc a déjà inauguré en février 2016 le projet Noor I, et lancé la construction des volets II et III dont les travaux sont avancés à respectivement 76% et 74%. L’ensemble du parc devrait disposer à terme d’une puissance de production de 582 mégawatts.

Crédits photo : Acwa Power

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 5 Juil 2017
Bpifrance, filiale de la Caisse des dépôts, a annoncé lundi 3 juillet 2017, le lancement d'un nouveau fonds d'investissement doté de 100 millions d'euros, dédié aux PME et petites Entreprises de taille intermédiaires (ETI) actives dans la transition énergétique et…
ven 24 Fév 2017
Si la production de gaz biométhane produit par méthanisation en France se développe progressivement, sa croissance reste aujourd'hui toujours insuffisante pour espérer atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la loi de transition énergétique. Dans le dernier panorama du…
mer 28 Juin 2017
Première énergie renouvelable de France à la fois décarbonée et réactive aux brusques fluctuations de la demande en électricité, l'hydroélectricité présente à ce jour tous les avantages pour accompagner durablement le mouvement de transition énergétique et accentuer son poids dans…
mar 30 Mai 2017
Et si on utilisait l’air pollué pour produire de l’énergie ? C’est en partant de cette idée un peu folle qu’une équipe de chercheurs belges a entamé une série de travaux visant à transformer l’air pollué en hydrogène exploitable comme source…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *