Le transport d’électricité renouvelable : un nouvel enjeu pour le réseau Le transport d’électricité renouvelable : un nouvel enjeu pour le réseau

Le transport d’électricité renouvelable : un nouvel enjeu pour le réseau

La transition énergétique et l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix électrique français ne sont pas sans poser des problèmes. Contrairement à d’autres pays, la France n’a pas encore entamé les grands changements structurels pour améliorer son réseau d’électricité et le préparer à accueillir l’électricité verte. Car cette électricité issue des énergies renouvelables possède certaines particularités qui réclament une gestion de réseau nouvelle. Pour être en phase avec sa future production d’électricité, le réseau français va devoir s’adapter et entamer une mutation pour devenir une véritable smart grid.

Pourquoi le transport d’électricité renouvelable pose problème ?

En 2016, la part des énergies renouvelables en France a connu un vrai coup d’accélérateur et elle a atteint le cap des 35% de production installée. Une bonne nouvelle pour le virage énergétique du pays, mais ces nouvelles sources de production ne sont pas identiques aux sources traditionnelles (les centrales nucléaires notamment) et de fait, leur transport sur le réseau fonctionne d’une manière différente. Par le passé, lorsque la capacité de production de la France augmentait, la stratégie pour adapter le réseau consistait à construire des lignes électriques supplémentaires pour que la capacité de trafic du réseau soit en adéquation avec la capacité de production. Mais l’électricité verte et l’électricité « classique » ne répondent pas aux mêmes règles en ce qui concerne le stockage et l’acheminement.

Du point de vue de sa production, l’électricité verte est tributaire des sources d’énergies renouvelables… elles-mêmes tributaires des éléments, ce qui rend la production intermittente par définition. Ainsi, les panneaux solaires ne produisent pas d’énergie la nuit, l’éolien ne produit pas d’énergie quand il n’y a pas de vent… Autrement dit, le pic de production ne correspond pas au pic de consommation, ce qui entraîne donc des flux moins réguliers sur le réseau électrique. Dans le même temps, le modèle de production d’électricité a été complètement modifié par l’avènement des énergies renouvelables, non seulement dans la gestion du flux mais aussi dans la gestion des unités de production. Le modèle d’un petit nombre de très grosses centrales de production semble avoir vécu, et on se dirige désormais vers un modèle dans lequel un observe une démultiplication des unités de production électrique. Les sources d’énergie sont beaucoup plus nombreuses, également plus dispersées sur le territoire, et le réseau doit là encore s’adapter au nouveau cahier des charges. D’ailleurs, on observe aussi la naissance de nouveaux comportements de la part des usagers : l’autoconsommation et l’autoproduction tiennent une part grandissante dans les habitudes énergétiques des français.

En plus de devoir faire face à une mutation profonde du système de production de l’énergie, le réseau électrique français doit aussi monter en puissance pour répondre aux modes de consommation. Les besoins en électricité n’ont jamais été aussi élevés qu’à l’heure actuelle, et c’est un phénomène qui est encore appelé à augmenter dans les prochaines années. Objets connectés, maisons intelligentes, smart cities, routes solaires, voitures électriques : l’électricité est partout. En aval comme en amont, le réseau doit faire face à une démultiplication des points d’alimentation. Et pour éviter le black-out, il va falloir innover.

Un problème de réseau… et de stockage

Avec les nouvelles problématiques liées au transport de l’électricité renouvelable, le réseau français doit non seulement trouver des solutions pour aller vers une plus grande capillarité de ses lignes, mais il doit aussi résoudre le problème du stockage de l’énergie. Puisque la production de l’électricité verte ne correspond pas à un flux constant et facilement prévisible et qu’il est en décalage avec les besoins électriques de la population, la solution évidente est de stocker cette énergie.

Mais l’évidence n’en est pas vraiment une : à l’heure actuelle, les solutions de stockage de l’énergie ne sont pas encore assez avancées et surtout elles ne sont pas assez déployées sur le territoire français pour faire face aux besoins des consommateurs. Les fermes de batteries sont la meilleure solution pour stocker l’électricité produite par les sources d’énergies renouvelables. Ces sites sont composés de plusieurs unités de stockage de l’électricité, et leur capacité peut atteindre les 100 MW. C’est encore peu par rapport aux besoins, mais l’avantage de ces fermes de batteries, c’est qu’elles peuvent être construites n’importe où . On peut donc les placer à des points stratégiques du réseau pour être proches par exemple des plus gros bassins de consommation.

En 2016, Tesla a construit une ferme de batteries en Californie en 90 jours seulement.

Tant que les solutions de stockage de l’énergie verte ne sont pas mises au point et déployées sur l’ensemble du territoire français, le réseau ne dispose pas de leviers suffisants pour gérer convenablement le transport de l’électricité renouvelable. Seul un parc de stockage adapté peut permettre une souplesse suffisante pour faire face aux pics de consommation d’électricité.

Vers un réseau intelligent

D’après les experts, l’industrie énergétique mondiale connait actuellement une mutation sans précédent depuis sa création. Dans les cinq prochaines années, elle connaîtra plus de changements qu’en l’espace des cinquante ans passés. Après l’évolution des moyens de production, c’est maintenant au réseau d’engager son virage énergétique en adoptant une stratégie 2.0. Pour les experts en énergie, le réseau électrique a besoin de devenir plus intelligent, une « smart grid ». Cela signifie que les moyens de contrôle et d’analyse du réseau en temps réel doivent devenir meilleur et permettre une plus grande finesse dans sa gestion. Ce virage technologie est déjà amorcé. En France, les compteurs communicants ont commencé à être déployés en 2016. Ils permettent d’envoyer et de recevoir des données en temps réel sans avoir recours à un technicien. Cet apport d’infirmations est vital pour la gestion de la consommation domestique des consommateurs, mais aussi à plus grande échelle pour la gestion du réseau. Les nouvelles technologies d’information et de communication ont également été embarquées à l’intérieur du réseau électrique pour permettre une analyse plus détaillée et surtout une anticipation des pics de consommation, notamment en fonction de la saisonnalité.

Les Smart Grids commencent à se déployer en France.

Mais pour basculer véritablement en mode Smart Grid, le réseau va être contraint d’ajouter une nouvelle brique à son dispositif. Aux Etats-Unis, la mise au point des smarts grids est passée par la création d’agrégateurs d’effacement dont le rôle est de faire le lien entre le réseau électrique et les utilisateurs (particuliers comme professionnels). Cette interface dispose d’une vision à 360° du réseau, et elle complète les services énergétiques. Elle agit donc comme un intermédiaire chargé de régler le trafic du réseau en l’optimisant au maximum. Un agrégateur d’effacement peut ainsi décider du délestage d’une partie du réseau électrique ou d’aller puiser dans des réserves d’énergie en cas de pic de consommation. Ce pilotage se fait en temps réel et il garantit l’approvisionnement en électricité sans risque de coupures. Véritable gestionnaire du réseau intelligent, l’agrégateur d’effacement prend de plus en plus de place dans la logique énergétique américaine, et son rôle peut encore évoluer.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 29 Avr 2015
Le 09 avril 2015, Malte inaugurait le câble électrique sous-marin reliant l’archipel à l’Italie et par là même à l’Union Européenne. Le premier ministre maltais Joseph Muscat et son homologue italien Matteo Renzi étaient tous les deux présents pour célébrer…
ven 4 Nov 2016
Alors que les projets de quartiers durables et autonomes en énergie se multiplient à l'échelle locale, l'intermittence des énergies renouvelables et les progrès limités des technologies de stockage freinent pour le moment leur développement. Plusieurs initiatives sont en cours dans…
jeu 28 Août 2014
Pour la quatrième année consécutive, le groupe énergétique français EDF ouvrira les portes de son industrie lors des Journées de l'industrie électrique organisées dans le cadre de la Fête de la science prévue au mois d'octobre prochain. Une bonne occasion…
ven 4 Sep 2015
Les habitants de la vallée de Luz, à l'intérieur du Parc National des Pyrénées, ont récemment été les témoins du passage d'un convoi exceptionnel d'une taille impressionnante. Ce convoi acheminait un transformateur EDF de 120 tonnes depuis Bayonne jusqu'à la centrale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *