Les compteurs communicants Linky sans danger pour la santé selon l'Anses - L'EnerGeek

Les compteurs communicants Linky sans danger pour la santé selon l’Anses

Compteurs linky

Mis en cause par quelques communes récalcitrantes et autres associations anti-ondes depuis leur déploiement en décembre 2015, les compteurs électriques intelligents Linky n’en sont pas moins inoffensifs pour la santé. Une nouvelle étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) publiée le 15 décembre dernier confirme une fois encore les conclusions de l’Agence nationale des Fréquences (ANFR) quant à la probabilité très faible de risques sanitaires à court et long terme.

Le compteur intelligent Linky, installé un peu partout en France depuis fin 2015, équipera à terme plus de 35 millions de foyers. Il permet d’éviter le passage d’un technicien pour relever les compteurs, de mesurer la consommation en temps réel, de transmettre ces données quotidiennement au fournisseur d’électricité, et de proposer en fin de compte, une facturation plus précise que celle basée sur des estimations.

Lire aussi : Linky a un an et fait toujours aussi peu consensus

Problème, plusieurs communes ont annoncé vouloir refuser l’installation de ces nouveaux compteurs sur la base de rumeurs liées aux risques sanitaires des ondes électromagnétiques qu’ils dégageraient. Des craintes qui ont poussé la Direction générale de la santé à conduire, via l’Anses, des études et expertises complémentaires sur ces effets sanitaires potentiels. Or, que ce soit en champ électrique ou magnétique, les compteurs Linky seraient selon les résultats de cette enquête, à l’origine d’une exposition minimale comparable à celle d’autres équipements électriques comme une télévision, un chargeur d’ordinateur portable ou une table de cuisson à induction.

Lire aussi : Les nouvelles questions posées par Linky appellent de nouvelles solutions

« Les conclusions de l’agence, dans la configuration de déploiement actuelle (…), vont dans le sens d’une très faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis (…) puisse engendrer des effets sanitaires à court ou long terme », précise l’Anses. Ces conclusions confirment les résultats des mesures réalisées fin septembre par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) qui avaient indiqué que les compteurs Linky n’émettaient pas de champ électromagnétique plus élevé que les anciens compteurs.

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 5 Juil 2017
Bpifrance, filiale de la Caisse des dépôts, a annoncé lundi 3 juillet 2017, le lancement d'un nouveau fonds d'investissement doté de 100 millions d'euros, dédié aux PME et petites Entreprises de taille intermédiaires (ETI) actives dans la transition énergétique et…
lun 24 Juil 2017
Si les rapports successifs de l’ANFR et de l’ANSES (aussi rassurants soient-ils) ne semblent pas suffire pour convaincre les communes encore récalcitrantes à l’idée d’accueillir les nouveaux compteurs Linky sur leur territoire, la justice devrait finalement mettre un terme définitif…
mer 26 Avr 2017
Souhaitant accélérer la lutte contre la précarité énergétique, Ségolène Royal annonçait jeudi 23 février 2017, le lancement d'une nouvelle prime "économies d’énergie" allant de 50 à 1300 euros à destination des ménages les plus modestes. Attribuée sous conditions de ressources…
jeu 13 Avr 2017
Historiquement positionné comme opérateur de services à valeur ajoutée dans les télécommunications, Budget Telecom étend désormais son action sur le marché de l'énergie renouvelable. Le groupe Montpelliérain a annoncé mi-avril le lancement de Mint Energie, une nouvelle offre d’électricité 100…

COMMENTAIRES

  • Je viens vous exposer pourquoi je suis très opposé au Linky ainsi qu’au Gazpar et autres compteurs intelligents.

    D’abord, la facture de réalisation et pose des Linky s’élévera au bas mot à 3,5 Mds d’euros sans doute le double; est il judicieux de plomber un peu plus les comptes d’EDF alors que les compteurs actuellement installés fonctionnent très bien qu’ils soient électroniques ou mécaniques.

    La relève automatique obtenue par Linky permettra sans doute un gain pour EDF par la suppression des releveurs humains; mais est il bien raisonnable de supprimer encore de la main d’oeuvre française non hautement qualifiée au moment où le chômage sévit avec force ? L’intérêt d’EDF doit il passer avant l’intérêt des citoyens sachant qu’EDF est encore une société nationale donc au service des citoyens ?

    Linky permet de relever la consommation instantanée de chaque usager par pas de quelques minutes; ce relevé est mémorisé dans le Linky puis émis une fois par jour durant quelques secondes, par CPL vers le transformateur lequel rediffuse ces mêmes informations vers un serveur EDF. C’est bien le compteur de l’usager qui mémorise le profil de consommation; comment se fait il qu’un compteur aussi intelligent ne soit pas capable de rapporter directement ces informations à l’usager ? N’est il pas incongru d’obliger l’usager à se connecter à un serveur EDF pour connaitre son profil alors qu’il en est la source ? Cet usager peut alors considérer que Linky est intrusif dans la mesure ou il prend des informations chez l’usager sans son contrôle ni son accord !

    Linky permet de prendre en compte des tarifications complexes et variables selon la période de l’année, la période de pointe instantanée journalière, la puissance appelée, etc … Cette complexité des tarifs est pensée afin soit de dissuader l’usager de consommer aux périodes de pointe, soit de le taxer plus fortement s’il consomme durant ces pointes. En effet l’énergie électrique fournie en majorité par les centrales nucléaires est très peu modulable; du coup les pointes de consommation exigent le recours aux énergies renouvelables si possible et aux énergies fossiles sinon, ces dernières étant plus chères.
    Déjà la possibilité de surtaxer l’usager négligent des intérêts d’EDF n’est pas recevable et ce d’autant plus que la pointe de consommation pourrait être assurée par des énergies renouvelables si EDF daignait investir largement et rapidement dans ce domaine.
    Linky possède une prise TIC sur laquelle sont disponibles des données permettant de savoir si on consomme durant une pointe ou une tranche particulière. Fort bien mais pourquoi impose donc à l’usager d’acquérir un automate délesteur utilisant ces données ? Au minimum, Linky devrait comporter un système de délestage intégré et automatique permettant à l’usager de couper automatiquement son chauffage en cas de pointe.
    Ensuite, en imaginant que tous les usagers soient vertueux et coupent une grande partie de leur consommation pendant la pointe, ne va t on pas se retrouver avec une pointe décalée puisqu’il faudra bien rallumer le chauffage par exemple ? Si ce scénario se vérifie, l’intérêt de la tarification complexe possible grâce à Linky, ne réglerait rien du tout ! Je suis conscient qu’en décalant les périodes de pointe et/ou surtaxation dans diverses régions du pays, on puisse étaler la pointe. Mais la quantité d’énergie intégrée à fournir en surplus par rapport au niveau obtenu par les centrales nucléaires reste globalement la même et nécessite donc des besoins en renouvelables ou en fossiles un peu moins hauts en intensité mais plus dans la durée. Où est le gain escompté ?
    L’usager que je suis, pense alors que Linky n’est qu’un outil pour maintenir le parc nucléaire en place et non pas un système capable de résoudre intelligemment le problème de l’équilibrage entre production et consommation.

    Pour toutes les raisons évoquées, je suis opposé au déploiement de Linky. Merci de tenir compte de mon avis et si c’est possible, de prendre des mesures corrigeant les inconvénients majeurs de Linky ou mieux de décider de son abandon.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *