EnR : un projet d'îles artificielles en mer du Nord pourrait alimenter 80 millions d'Européens - L'EnerGeek EnR : un projet d'îles artificielles en mer du Nord pourrait alimenter 80 millions d'Européens - L'EnerGeek

EnR : un projet d’îles artificielles en mer du Nord pourrait alimenter 80 millions d’Européens

hydrolien

Les opérateurs de réseaux électriques européens TenneT (Pays-Bas/ Allemagne) et Energinet (Danemark) ont annoncé la signature jeudi 23 mars prochain d’un accord tripartite relatif au développement en mer du Nord d’une plateforme de production d’électricité renouvelable inédite. Baptisée North Sea Wind Power Hub, elle sera composée d’ici 2050 de plusieurs îles artificielles spécialisées dans la production d’énergie renouvelable et capables de fournir à terme plus de 80 millions d’Européens en électricité. Explications.

Économies d’échelle et réduction des coûts

Aussi utopiste que prometteur, le projet North Sea Wind Power Hub pourrait paraître de prime abord un peu trop gros, voire même beaucoup trop cher à mettre en place. Pourtant, c’est bien ce type de projets innovants qu’il faudra concrétiser si l’on veut à terme réussir la transition énergétique européenne et répondre aux engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris en décembre 2015. L’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique représente en effet le premier facteur de succès pour limiter le réchauffement climatique à 2°C, et nécessitera avant toute chose, une réduction continue des coûts de production et une hausse du prix de revient du mégawattheure d’origine renouvelable.

Lire aussi : En Europe, l’éolien est désormais plus fort que le charbon

En concentrant la production solaire et éolienne dans une zone géographique aux caractéristiques météorologiques avantageuses, les promoteurs de ce projet entendent réaliser d’importantes économies d’échelle, et réduire de manière significative les coûts d’installations, de maintenance et de raccordement. “Les éoliennes marines se sont montrées, ces dernières années, de plus en plus compétitives et il est important pour nous d’aller plus loin dans la réduction de leur coût de raccordement et d’interconnexion au réseau de distribution. Nous avons besoin de projets innovants de grande envergure pour permettre à l’énergie éolienne de jouer un rôle plus important dans notre approvisionnement énergétique futur”, a déclaré Peder Østermark Andreasen, le PDG d’Energinet.

Valoriser le fort potentiel de la mer du Nord

La mer du Nord constitue, dans ce cadre, un environnement de premier choix. Le potentiel en matière d’énergie éolienne offshore y est considérable et sa position centrale entre plusieurs pays européens (Belgique, Danemark, France, Allemagne, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège Suède, Royaume-Uni) permet d’envisager une optimisation significative des interconnexions dans la région.

La déclaration politique européenne du 6 juin 2016 sur la coopération énergétique entre les pays de la mer du Nord représente pour cela une étape importante vers une collaboration accrue des opérateurs et producteurs européens. Tennet et Energinet, les deux opérateurs de réseaux à l’initiative du projet, souhaitent, à l’horizon 2050, faire de la mer du Nord un centre de distribution stable permettant d’alimenter un système énergétique européen plus durable, et négocient actuellement avec d’autres acteurs afin de constituer le consortium capable de le mettre sur pied. « Ce projet peut contribuer de manière significative à une offre d’électricité renouvelable dans le nord-ouest de l’Europe. TenneT et Energinet possèdent une vaste expérience dans les domaines des réseaux terrestres, de la connexion de l’énergie éolienne en mer et des connexions transfrontalières« , a ajouté de son côte Mel Kroon, PDG du groupe TenneT.

A ce jour, les bancs de sable de Dogger Bank, à une centaine de kilomètres à l’est du Royaume-Uni, ont déjà été retenus comme le site géographique le plus approprié pour accueillir les îles du projet North Sea Wind Power Hub. Cette zone propose à la fois une forte exposition aux vents et un ensoleillement satisfaisant (lors des périodes estivales), une faible profondeur des fonds marins facilitant l’installation des turbines, et une situation centrale dans la mer du Nord permettant la distribution de l’électricité produite au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays Bas, en Allemagne, au Danemark et en Norvège.

Une puissance possible de 100.000 MW

Cette zone de 6,5 km2 pourrait en effet accueillir (en théorie) plusieurs îles artificielles nommées Power Link Islands, chacune abritant des installations de production solaire et des centres techniques de maintenance, et entourée de multiples fermes de production éolienne offshore. A terme (soit pas avant 2050), les trois gestionnaires de réseaux hollandais, allemands et danois, y envisagent l’installation de plus de 7000 turbines d’une puissance cumulée comprise entre 70.000 et 100.000 MW et capables d’alimenter près de 80 millions de consommateurs européens pour un budget global de 1,2 milliards d’euros.

Cela n’est bien sûr qu’une estimation très optimiste qui reste néanmoins tout à fait réaliste selon Torben Glar Nielsen, directeur technique d’Energinet. « Nous n’avons pas laissé notre imagination prendre le dessus, même si cela peut sembler un peu fou et tout droit sorti de la science-fiction« , a-t-il expliqué au Copenhagen Post.

Lire aussi : 9 pays européens s’allient pour développer l’éolien offshore

Si ce projet est effectivement réalisable, il nécessitera dans la pratique de nombreuses années, voire des décennies, de préparation et d’études préalables, afin de trouver les partenaires adéquats, d’obtenir l’appui de l’Europe, des Etats concernés et des associations environnementales, et de trouver les financements.

Crédits photo : Tennet

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 4 Avr 2013
Un arrêté ministériel paru mercredi 3 avril au Journal Officiel instaure un nouveau tarif d’achat, plus élevé, pour la filière éolienne ultramarine. Les départements et territoires d’outre-mer, non-connectés au réseau électrique national connaissent des difficultés pour assurer leur approvisionnement énergétique.…
mer 9 Jan 2013
La ministre de l’Energie et du développement durable Delphine Batho vient d’annoncer le lancement du second appel d’offres sur l’éolien offshore français. Il concerne l’installation d’une puissance de 1.000 MW sur deux sites : au large du Tréport, en Haute-Normandie, et…
mar 14 Avr 2015
En 2008, EDF décide de se lancer dans l'expérimentation d'une nouvelle technologie de production d'électricité grâce aux courants des marées. L'électricien français fait appel à la société OpenHydro pour mettre au point une hydrolienne prototype qui sera testée en conditions…
ven 30 Jan 2015
Le balai des convois exceptionnels en charge de la livraison de plusieurs tonnes de matériel est désormais terminé. La société Sabella peut enfin s'atteler au montage, sur le site du Port de Brest dans le Finistère, de son hydrolienne prototype.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *