La production de biométhane reste toujours insuffisante en France - L'EnerGeek

La production de biométhane reste toujours insuffisante en France

biogaz-gaz-vert-methanisation

Si la production de gaz biométhane produit par méthanisation en France se développe progressivement, sa croissance reste aujourd’hui toujours insuffisante pour espérer atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la loi de transition énergétique. Dans le dernier panorama du gaz renouvelable publié cette semaine, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et les gestionnaires de réseaux (Grdf, GRTgaz, TIGF) plaident dans ce cadre pour un renforcement des soutiens publics (notamment sur le tarif d’achat du gaz produit) afin de dynamiser la filière.

Selon ce bilan, seuls 26 unités de production de biogaz produisaient du biométhane sur les 550 recensées en France en 2016, beaucoup de sites préférant valoriser le biogaz produit par méthanisation des déchets en électricité ou en chaleur. Résultat, si la production de biométhane a progressé de 162% en un an pour atteindre 215 GWh (l’équivalent de la consommation de 18.000 logements), elle est encore loin de l’objectif intermédiaire fixé pour 2018 à 1,7 TWh.

Lire aussi : Waga Energy réalise une première injection de biogaz issu de déchets ménagers sur le réseau

Fin 2016, 241 projets étaient en phase de développement avancé, pour une capacité maximale de production de 5 TWh par an, mais la plupart ne rentreront pas en service avant 2018, étant donné la durée de développement des projets. « Malgré cette dynamique, le rythme actuel des projets n’est pas en adéquation avec l’objectif gouvernemental de 8 TWh (térawattheure) de biométhane injecté en 2023« , fixé dans la loi sur la transition énergétique, explique le rapport.

Lire aussi : Biogaz : croissance stable pour une filière énergétique d’avenir

Les professionnels de la filière tentent, pour y remédier, de faire la promotion des avantages environnementaux du biogaz, et demandent au gouvernement d’agir dans le sens d’un renforcement des soutiens publics, notamment sur le tarif d’achat du gaz produit. Sans une aide rapide de l’Etat, l’objectif de 10% de biogaz dans la consommation française de gaz naturel à l’horizon 2030 consacré dans la loi de transition énergétique, restera illusoire.

Crédits photo : Dirk Schmidt

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 4 Juil 2013
L’aménagement Robert Bourassa, situé au nord-ouest du Québec sur la Grande Rivière, inclut le barrage Robert Bourassa et le barrage de La Grande-2-A. Avec une puissance installée de 7.722 MW, c’est actuellement le cinquième complexe hydroélectrique le plus puissant du monde.…
mar 20 Oct 2015
Du 13 au 15 octobre derniers, lors du Forum World Efficiency à Paris, le secteur de l'énergie faisait sa petite révolution. Bilan : une transformation irréversible en cours, soutenue par les technologies du numérique et les énergies renouvelables. (suite…)
jeu 27 Juil 2017
Si les maisons basse consommation ou à énergie positive tendent à se généraliser dans l’avenir compte tenu des nouvelles réglementations comme la RE2018 et la RT2020, il est d’ores et déjà possible d’anticiper cette transition dès la construction de votre…
mer 8 Mar 2017
Très peu évoquée dans la loi de transition énergétique, la question du gaz comme énergie de complément pour les années à venir paraît pourtant essentielle. Cette énergie polyvalente serait aujourd'hui la seule capable de satisfaire les besoins thermiques des bâtiments…

COMMENTAIRES

  • La combustion du biométhane est tout aussi productrice de CO² que le gaz naturel; c’est donc une source d’énergie, mais pas d’énergie « verte », comme tous les autres combustibles « bio », et devrait être taxée au même titre que les combustibles fossiles, et surtout ne pas être subventionnée.

    Répondre
    • Pas exact car les produits utilisés concernés seraient de toute manière émetteurs alors qu’ils le sont moins via la méthanisation et par ailleurs l’incorporation sous forme d’engrais et réactions avec les micro-organismes du sol. Il y a de plus de nouveau captage de Ges par replantation de cultures ce qui n’est pas le cas du gaz fossile. En plus les technologies évoluent pour améliorer encore ces bilans positifs. On évite par ailleurs des importations de gaz et d’engrais dont le cycle global est bien plus émetteur et de plus en plus au fur et à mesure de leur raréfaction.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *