Waga Energy réalise une première injection de biogaz issu de déchets ménagers sur le réseau - L'EnerGeek

Waga Energy réalise une première injection de biogaz issu de déchets ménagers sur le réseau

biogaz

Si le processus de méthanisation est bien connu pour la revalorisation énergétique des déchets verts en provenance de l’agriculture ou de l’industrie agroalimentaire, il n’avait encore jamais été appliqué à une échelle industrielle sur les déchets domestiques. C’est ce que propose aujourd’hui la start-up française Waga Energy via un nouveau dispositif permettant de valoriser le méthane récupéré des déchets enfouis en l’épurant pour l’injecter dans les réseaux de gaz naturel. Une première mondiale.

La start-up Waga Energy a réalisé une première mondiale en injectant sur le réseau de gaz du biogaz issu des déchets stockés dans une décharge. “Jamais personne n’avait encore distillé du biométhane et de l’air”, ce qui fait de ce site une “première mondiale”, s’est félicité mercredi auprès de l’AFP Mathieu Lefebvre, président de Waga Energy.

Lire aussi : WagaBox : première usine de méthanisation des déchets domestiques au monde

De taille réduite (25 mètres de long sur 10 mètres de large), la technologie utilisée est baptisée Wagabox et composée d’une membrane couplée à un procédé de distillation par cryogénie qui permet de séparer le CO2, l’oxygène et l’azote en une même opération pour obtenir du méthane à l’état pur prêt à être injecté dans le réseau de gaz naturel. Cette Wagabox a été installée dans un centre d’enfouissement situé à Saint-Florentin (Yonne), géré par l’entreprise Coved (groupe Paprec), et permettra de produire 20 gigawattheures de biométhane (du biogaz épuré pour pouvoir être injecté dans le réseau), soit la consommation annuelle de 3.000 foyers.

Lire aussi : Le gaz vert, une solution pour le stockage des énergies renouvelables ?

La société veut “engager une dizaine de sites dans les 18 à 24 mois en France” et vise une centaine d’installations à horizon 2025, dont les trois-quarts à l’international. Elle propose pour cela de fournir et d’installer gratuitement ces unités de purification pour ensuite racheter le gaz obtenu et le revendre aux fournisseurs d’énergie. L’entreprise a déjà signé un contrat supplémentaire avec la groupe Suez, pour équiper un de ses centres d’enfouissement dans l’Oise.

Crédits photo : Waga Energy

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 15 Nov 2016
Source d’énergie renouvelable prometteuse à l’heure de la transition énergétique, la géothermie rencontre toutefois quelques difficultés à se développer, à cause notamment de coûts de prospection et des investissements de base très importants. Un constat que les chercheurs de l’Ecole…
jeu 6 Avr 2017
Regroupant près de 400 contrats de concessions hydroélectriques, dont l'essentiel est exploité par EDF (85% de la puissance installée) et dans une moindre mesure par Engie, le parc hydroélectrique français vit aujourd'hui une période de transition. La loi de transition énergétique…
lun 27 Oct 2014
Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont dévoilé mercredi 22 octobre 2014 les quatre nouveaux lauréats d'un appel à manifestation d'intérêts lancé dans le but de développer une filière française des énergies renouvelables marines innovante et performante. Mis en place par…
ven 12 Jan 2018
Déjà très présent en Chine dans les secteurs nucléaire, thermique et hydraulique, le groupe français EDF entend poursuivre dans cette voie et investit massivement sur les marchés des énergies renouvelables et des services énergétiques. Présent mardi 9 janvier 2018 à…

COMMENTAIRES

  • Pour mémoire la société Cryo Pur est très intéressante aussi pour la liquéfaction du biogaz des sites non raccordés assez nombreux, permettant la réduction du volume par un facteur 600 :

    http://www.cryopur.com/

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.