WagaBox : première usine de méthanisation des déchets domestiques au monde - L'EnerGeek

WagaBox : première usine de méthanisation des déchets domestiques au monde

wagabox_biométhane_déchets_domestiques_photo_AdemeSi le processus de méthanisation est bien connu pour la valorisation énergétique des déchets verts en provenance de l’agriculture ou de l’industrie agroalimentaire, il n’avait encore jamais été appliqué à une échelle industrielle sur les déchets domestiques. C’est ce que propose aujourd’hui de réaliser la société française Waga-Energy via son nouveau dispositif d’épuration de biogaz. Celui-ci permet de valoriser le méthane récupéré des déchets enfouis en l’épurant pour l’injecter dans les réseaux de gaz naturel ou l’utiliser comme carburant automobile. Une première mondiale.

La valorisation des déchets domestiques

Exploiter les déchets ménagers pour produire du biométhane, une énergie renouvelable décarbonée et substitut possible au gaz naturel, c’est ce que souhaiterait généraliser la société iséroise Waga-Energy afin de répondre à la fois aux besoins énergétiques croissants de la population et aux problèmes de stockage des déchets, eux aussi en forte augmentation en raison de la hausse de la population mondiale, de l’urbanisation et de l’élévation des niveaux de vie.

Comme l’explique au journal L’Essor Mathieu Lefebvre, président de la société Waga-Energy, “l’électricité spécifique représente environ 15 % de notre consommation finale d’énergie. Le gaz et le pétrole couvrent l’essentiel de nos besoins, que ce soit en termes de chauffage ou de transport”. Or, “en France, environ 40 % des déchets sont stockés, et près de 95 % dans le monde”. Valorisé en biométhane, ce gisement serait donc considérable, sans compter que le stockage des déchets est responsable à lui tout seul de 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Lire aussi : France Biométhane : un laboratoire d’idées pour l’après-transition énergétique ?

Pour cela, le groupe Waga-Energy a conçu des unités innovantes d’épuration du biogaz (gaz énergétique composé de méthane et d’impuretés) produit par les installations de stockage de déchets. De taille réduite (25 mètres de long sur 10 mètres de large), ces installations, baptisées WagaBox, sont composées d’une membrane couplée à un procédé de distillation par cryogénie qui permet de séparer le CO2, l’oxygène et l’azote lors d’une même opération afin d’obtenir du méthane à l’état pur prêt à être injecté dans le réseau de gaz naturel.

Une WagaBox dans toutes les décharges

L’objectif de la société WagaBox est clair : équiper une quarantaine de décharges, dans un premier temps, puis, à terme, tous les centres de stockage de déchets de l’Hexagone, et mettre ainsi à profit les déchets domestiques dans la production d’énergie. Elle propose notamment de fournir et d’installer ces unités de purification pour ensuite racheter le gaz obtenu et le revendre aux fournisseurs d’énergie.

“Nous sommes à la fois investisseurs et exploitants. Nous nous positionnons comme le maillon manquant entre les gestionnaires de déchets et les énergéticiens”, précise Mathieu Lefebvre. La première WagaBox devrait être installée dès le mois de septembre sur le site de stockage de déchets de Saint-Florentin, près de Chablis (Yonne), exploité par la société Coved (filiale propreté du groupe Saur), pour une mise en service prévue le 1er janvier 2017.

Lire aussi : CATMAG : produire du méthane pour stocker les énergies renouvelables

Ce site traite 70.000 tonnes annuelles de déchets en provenance de 200.000 habitants du département. La matière organique qu’ils contiennent se dégrade et produit du biogaz que Coved récupère déjà partiellement pour le traitement des eaux et le chauffage des bâtiments du site. Ce biogaz sera épuré par la WagaBox puis injecté sous forme de biométhane dans le réseau de distribution de gaz naturel local à hauteur de 20 GWh/an, soit la consommation annuelle d’une commune de 3.000 habitants. A ce jour, deux autres commandes ont été validées pour le printemps et l’été 2017, dans le nord et le sud-ouest de la France.

Crédits photo : Waga-Energy

Rédigé par : lucas-goal

jeu 7 Avr 2016
Si l'objectif de 40 % d'électricité renouvelable en 2030 prévu dans la loi de transition énergétique reste tout à fait possible aujourd'hui, il nécessitera néanmoins un développement rapide de l'énergie éolienne marine, plus coûteuse, mais aussi plus régulière dans la production d'électricité…
mar 28 Nov 2017
Au moment où s’élabore la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), l’Association Française des Économistes de l’Énergie prépare sa conférence annuelle sur le thème : « Décider aujourd’hui des infrastructures énergétiques nécessaires pour demain ». Peu de temps après la publication des scénarios prévisionnels…
lun 2 Déc 2013
Les dirigeants de GDF Suez, Areva, EDP Renewables et Neoen ont confirmé, vendredi 29 novembre, leur participation commune au nouvel appel d'offres gouvernemental pour l'éolien offshore. Les représentants de ces sociétés ont présenté officiellement la nouvelle éolienne de 8 MW…
jeu 12 Jan 2017
Malgré des sécheresses à répétition qui fragilisent son fort potentiel hydroélectrique et plongent régulièrement le pays dans de graves crises énergétiques, la Zambie poursuit le développement de l'énergie hydraulique. Le gouvernement cherche actuellement à mobiliser des fonds dans le cadre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.