Le géant bancaire allemand Deutsche Bank se détourne du charbon - L'EnerGeek

Le géant bancaire allemand Deutsche Bank se détourne du charbon

charbon

Le groupe bancaire allemand Deutsche Bank a annoncé mardi 1er février sa volonté de ne plus financer d’activités liées au charbon conformément à son engagement de ne pas soutenir des infrastructures incompatibles avec l’accord de Paris sur le climat. Une décision logique qui reflète une nouvelle tendance des investissements internationaux dirigés vers les énergies vertes au détriment des combustibles fossiles.

Alors que les investissements dans les combustibles fossiles reculent de manière significative à l’échelle internationale, le géant bancaire allemand Deutsche Bank a annoncé la semaine dernière son intention d’abandonner le financement d’activités énergétiques liées au charbon, afin de se conformer aux engagements de lutte contre le réchauffement climatique pris fin 2015 lors du sommet de Paris.

Lire aussi : Le désinvestissement des énergies fossiles gagne du terrain

La banque et ses filiales “ne concluront plus d’engagements financiers pour des nouveaux projets visant à promouvoir le charbon thermique et la construction de nouvelles centrales électriques au charbon”, a fait savoir le groupe dans un communiqué transmis à l’AFP. “Les crédits encore existants seront par ailleurs progressivement réduits”, ajoute le groupe, expliquant cette décision par les engagements de lutte contre le réchauffement climatique pris fin 2015 par la banque et 400 autres organisations publiques et privées dans le cadre du sommet de Paris sur le climat.

Lire aussi : La Société générale renonce au financement d’une centrale à charbon indonésienne

De manière générale, les investisseurs internationaux se détournent progressivement des énergies fossiles. Selon une enquête réalisée par le cabinet de conseil Arabella Advisors pour l’association DivestInvest et publiée au mois de décembre, un nombre grandissant d’institutions financières tourneraient le dos aux énergies polluantes, jugées de plus en plus risquées dans un monde mobilisé contre le réchauffement climatique. Les fonds de pension, les assureurs, les fonds souveraines, ou les fondations et fonds de dotation, savent généralement reconnaître les filières d’avenir sur lesquelles miser, et les énergies fossiles seraient désormais un secteur d’activité un peu trop risqué compte tenu des évolutions actuelles. En France, des groupes bancaires comme le Crédit Agricole, la Banque Populaire ou BNP Parisbas ont déjà annoncé leur décision de ne plus investir dans ces filières et de réduire progressivement les opérations en cours.

Crédits photo : Deutsche Bank

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 23 Mai 2018
Si les Pays-Bas accusent toujours un certain retard (à l’instar de la France) sur leurs objectifs en matière d’énergie renouvelable, ils ne prévoient pas pour autant de prolonger plus en avant l’exploitation du charbon. Le gouvernement néerlandais a annoncé vendredi…
Pour le co-fondateur du Breakthrough Institute, Michael Shellenberger, la transition énergétique à l’échelle mondiale n’est pas à l’ordre du jour. En effet, il affirme que lors des dix dernières années, la part des énergies propres a diminué tandis que celle…
ven 14 Juil 2017
Si nos besoins en hydrocarbures ne devraient pas commencer à diminuer avant plusieurs décennies, compte tenu notamment de leur domination dans le secteur des transports, la filière connaît malgré tout un ralentissement significatif du fait des faibles prix du pétrole…
jeu 1 Fév 2018
Après trois années d'une stagnation prometteuse, qui tranchait avec les records battus en matière d’émissions mondiales de gaz à effet de serre tous secteurs confondus, les rejets de CO2 liés à la production d'énergie sont repartis à la hausse en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.