Bruxelles donne son feu vert à la recapitalisation d'Areva par l'Etat - L'EnerGeek

Bruxelles donne son feu vert à la recapitalisation d’Areva par l’Etat

La Commission européenne a donné mardi 9 janvier son aval de principe au plan de restructuration et de recapitalisation du groupe nucléaire Areva par l’Etat français. Bruxelles a en effet conclu que le projet de la France d’octroyer une aide à Areva sous la forme d’une injection de capitaux de 4,5 milliards d’euros était bien conforme aux règles de l’UE en matière d’aides d’État.

Entérinée par la signature d’un contrat de cession le 16 novembre dernier entre Areva et EDF, la restructuration du groupe nucléaire français et son besoin de recapitalisation restaient soumis jusqu’à présent à l’approbation de la Commission européenne. Ce plan de sauvetage d’Areva prévoyait notamment la cession de son activité réacteurs (Areva NP) à EDF et le recentrage du groupe sur les activités liées au cycle du combustible, logées dans la nouvelle société NewCo. Cette nouvelle entité bénéficiera d’une augmentation de capital d’un montant total de 5 milliards d’euros assurée en majeure partie par l’Etat français et complétée par d’éventuels investisseurs étrangers.

Lire aussi : Recapitalisation d’Areva : une offre ferme à 500 millions d’euros pour 10% de NewCo

A ce jour, Areva a reçu des offres des groupes japonais MHI et JNFL, pour un montant de 500 millions d’euros équivalent à 10% du capital de NewCo. L’Etat, qui s’était engagé à assurer le succès de l’opération, devra donc prendre le reste en charge, à savoir 4,5 milliards d’euros, après le feu vert de Bruxelles qui a considéré que cette injection de capitaux était conforme aux règles de l’UE en matière d’aides d’Etat. “Le plan de restructuration d’Areva permettra à l’entreprise de devenir viable sans fausser indûment la concurrence au sein du marché unique”, a expliqué la Commission pour justifier sa décision.

Lire aussi : L’agence russe Rosatom manifeste son intérêt pour Areva

Ce feu vert européen reste néanmoins soumis à deux conditions qui pourraient repousser la recapitalisation effective d’Areva à l’été 2017. Bruxelles souhaite en effet que l’autorisation de la cession d’Areva NP en vertu des règles européennes sur les concentrations soit validées également et que les essais destinés à démontrer la conformité de la cuve du réacteur EPR en chantier à Flamanville soient concluants. Un dernier point sur lequel les groupes EDF et Areva se disent confiants mais qui nécessitera d’attendre les conclusions de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) annoncées pour la fin du premier semestre.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Fév 2017
Le 1er février, la Députée Barbara Romagnan présentait son rapport sur la faisabilité technique et financière du démantèlement des installations nucléaires. Quelques jours plus tard, le 22 février, la commission du développement durable de l’Assemblée Nationale auditionnait cette fois le…
jeu 22 Fév 2018
Le marché de l’assainissement nucléaire est décidément favorable au groupe EDF. Après avoir été choisi début février (via sa filiale Cyclife) par la société publique italienne Sogin pour le traitement de 1800 tonnes de déchets métalliques issus de trois centrales…
jeu 1 Sep 2016
La Société Française de l'Energie Nucléaire (SFEN) vient de nommer un nouveau directeur de la communication et des relations institutionnelles. A 29 ans, l'ancien chargé de communication d'Areva, Boris Le Ngoc, aura la responsabilité de valoriser l'excellence scientifique de la…
D’après le rapport annuel de l'Agence des participations de l’État, publié jeudi 27 octobre, les entreprises dont l’État est actionnaire ont rapporté 3,9 milliards d’euros de dividendes en 2015, deux énergéticiens se classant parmi les 5 premiers contributeurs. (suite…)

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.