L'agence russe Rosatom manifeste son intérêt pour Areva - L'EnerGeek

L’agence russe Rosatom manifeste son intérêt pour Areva

Rosatom

Toujours très entreprenant sur la scène internationale, le géant russe du nucléaire n’a jamais caché ses ambitions et pourrait désormais tenter une percée sur le marché français. Le groupe a fait savoir, le 27 décembre dernier, qu’il était intéressé par une prise de participation au sein de l’entreprise Areva, actuellement en pleine restructuration, si le gouvernement français l’y autorisait.

Entérinée par la signature d’un contrat de cession le 16 novembre dernier entre Areva et EDF, la restructuration du groupe nucléaire français et son besoin de recapitalisation offrent des opportunités d’investissements à d’autres partenaires privés. Si des rapprochements ont déjà été engagés ces derniers mois avec les groupes nucléaires nippons MHI et JNFL dans le but de faire entrer ces nouveaux investisseurs dans NewCo et Areva NP aux côtés d’EDF, d’autres pourraient suivre. On pense notamment au groupe chinois CNNC, déjà partenaire d’EDF sur le dossier de l’EPR britannique, ou à l’agence russe Rosatom qui a exprimé la semaine dernière son intérêt pour Areva.

Lire aussi : Recapitalisation d’Areva : une offre ferme à 500 millions d’euros pour 10% de NewCo

Lors d’une conférence de presse, Andrey Rozhdestvin, directeur de la filiale Europe de l’Ouest du géant russe, a fait savoir que son groupe serait prêt à investir dans n’importe laquelle des deux branches d’Areva, mais que l’Etat français n’y était pour l’instant pas vraiment favorable. « L’entrée dans le capital d’Areva n’est pas exclue, mais il n’y a pas de négociations [entre Rosatom et Areva] à ce jour et l’arrivée des Japonais et des Chinois dans son capital nous inquiète car Areva est notre partenaire », a-t-il expliqué.

Lire aussi : Rosatom, globe-trotteuse à la recherche de contrats nucléaires

Le groupe russe souhaiterait en effet renforcer une coopération historique avec la France et Areva. « Il y a des commandes de contrôle d’Areva dans les réacteurs des centrales russes et nous aimerions maintenant élargir notre coopération avec le groupe », a-t-il ajouté. Rosatom a déjà conclu un accord avec EDF en avril 2016 afin d’assurer une coopération technique et scientifique visant à garantir la sûreté des centrales nucléaires russes, et pourrait, entre autres, selon son directeur, épauler le groupe français sur le chantier de l’EPR finlandais.

Crédits photo : Sayid Tsarnaev

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 20 Sep 2016
La filière nucléaire française vient de renforcer sa présence en Grande Bretagne après la validation du projet d’Hinkley Point par le gouvernement de Theresa May. Pour autant, le directeur général d’EDF Energy, Vincent de Rivaz, ne limite pas ses ambitions à…
mer 25 Jan 2017
Le conseil d'administration d'EDF a adopté mardi 24 janvier la délibération sur la convention d'indemnisation, ouvrant ainsi la voie à la procédure de fermeture anticipée de la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace. La plus vieille centrale de France pourrait…
lun 7 Juil 2014
[caption id="attachment_3829" align="alignleft" width="300"] photo : Luigi Rosa[/caption] L’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire suisse (IFSN) vient de livrer son rapport pour l’année 2013. Il en ressort qu’aucun incident grave n’a été en signalé parmi les 34 irrégularités recensées (7…
D’après le rapport annuel de l'Agence des participations de l’État, publié jeudi 27 octobre, les entreprises dont l’État est actionnaire ont rapporté 3,9 milliards d’euros de dividendes en 2015, deux énergéticiens se classant parmi les 5 premiers contributeurs. (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *