La France comptait 46 GW d'énergies renouvelables fin 2016 - L'EnerGeek

La France comptait 46 GW d’énergies renouvelables fin 2016

puissance-energie-energies-renouvelables

Selon les chiffres du baromètre de l’association Observ’ER, publiés mardi 10 janvier, la France comptait fin 2016 plus de 46 gigawatts de capacités de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables. Une capacité totale en progression donc, mais qui reste malgré tout légèrement insuffisante pour espérer atteindre les objectifs nationaux fixés dans la loi de transition énergétique.

La 15ème édition du Baromètre des énergies renouvelables électriques en France de l’association Observ’ER, offre comme à son habitude, un état des lieux complet des dynamiques de neuf secteurs renouvelables au cours des douze derniers mois (filières éolienne, photovoltaïque, hydraulique, biomasse solide, biogaz, déchets, géothermie, énergies marines, solaire thermodynamique).

Lire aussi : L’Assemblée Nationale approuve le projet de loi sur l’autoconsommation

Ces filières auraient enregistré un développement moyen de 5% des installations raccordées sur l’année, faisant de 2016 une année globalement positive pour les énergie renouvelables. “45,82 GW étaient installés à fin septembre 2016 et si on prolonge les tendances, on arrive à 46,5 GW fin 2016″, explique Frédéric Tuillé, directeur des études d’Observ’ER, lors d’une conférence de presse.

Problème, si l’on suit effectivement une tendance similaire dans les prochaines années, il sera difficile d’atteindre, selon M.Tuillé, la fourchette de 71 à 78 GW de capacités installées à l’horizon 2023 comme espéré par le gouvernement et les professionnels du secteur. D’autre part, les bons résultats enregistrés cette année seraient liés pour l’essentiel au dynamisme des filières solaire et éolienne qui ont bénéficié d’une croissance respective de 7,1% et de 7,8%.

Lire aussi : Le financement des ENR, une priorité pour tous ?

Les autres filières, comme les énergies marines (hydrolien, éolien en mer, etc.), la géothermie ou la biomasse, avancent quant à elles beaucoup moins vite que prévu, avec des retards annoncés ou encore le désengagement de certains grands acteurs, comme Areva dans l’éolien en mer, ou Engie dans l’hydrolien. De son côté, la filière hydraulique augmente peu malgré le potentiel de la petite hydroélectricité, du fait de la réglementation très restrictive sur le classement environnemental des cours d’eau.

Crédits photo : Kenueone

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 31 Jan 2017
Convaincu du fort potentiel de développement de l'éolien flottant, Ideol a conçu une fondation flottante totalement nouvelle destinée à réduire les coûts de la conception à l’installation et à rendre ainsi l’éolien flottant le plus compétitif possible. Une innovation qui…
mar 7 Mar 2017
Le groupe français Eranove, spécialisé dans la gestion de services publics et la production d’électricité et d’eau potable en Afrique de l’Ouest, devrait bel et bien hériter des concessions pour deux nouveaux barrages hydrauliques au Gabon. Le gouvernement gabonais a…
mer 7 Sep 2016
A l’occasion du sommet du G20 organisé le week end dernier, les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre (Chine et Etats-Unis) ont ratifié l’Accord de Paris sur le climat. Pour l’ONG WWF, cela confirme que « la…
ven 3 Mar 2017
Nevers n’est pas forcément la ville de France que l’on associe le plus aux technologies de pointe. Et pourtant... Courant mars, la ville se prépare à inaugurer une première sur le territoire français : un arbre solaire. Bien loin des accessoires solaires…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.