Les énergies renouvelables ont couvert 20% de l'électricité en France en 2016 - L'EnerGeek

Les énergies renouvelables ont couvert 20% de l’électricité en France en 2016

energies-renouvelables

Le dernier bilan du Syndicat des énergies renouvelables (SER), publié le 31 janvier dernier, présente un nouvel état des lieux des énergies vertes en France pour l’année 2016. Selon ses conclusions, la puissance du parc de production d’électricité renouvelable (hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies) s’élèverait désormais à plus de 45,84 GW pour une production correspondante à près de 20% de l’électricité consommée dans l’Hexagone l’année dernière.

Si la France accuse toujours un certain retard sur ces objectifs 2020 en termes d’énergies renouvelables, elle comptait au 31 décembre 2016, 45,84 GW d’énergies vertes installées sur son territoire, et atteint désormais 89% de l’objectif 2018 entériné par la Programmation pluriannuelle d’investissements (PPI).

Lire aussi : La France comptait 46 GW d’énergies renouvelables fin 2016

2.188 mégawatts ont été raccordés l’an dernier, dont près des deux tiers (62%) dans l’éolien et plus d’un quart (26%) dans le solaire, pour une production globale équivalente à 19,6% de l’électricité consommée sur l’année. “Ce niveau de production est similaire à ce qui avait été enregistré en 2014, après une baisse à 18,7% en 2015 sous l’effet cumulé d’une hausse de la consommation électrique globale et d’une baisse de la production hydraulique à cause d’une pluviométrie inférieure“, explique le SER dans un communiqué diffusé en marge de son colloque annuel.

Lire aussi : 2016, une année record pour l’énergie éolienne en France

A noter la bonne performance de la filière éolienne qui a enregistré une hausse des raccordements de 13% sur un an avec 1.345 MW raccordés en 2016 pour un total atteignant désormais 11.670 MW. “Ces chiffres sont les meilleurs jamais enregistrés pour la filière éolienne et traduisent notamment les effets des dispositions de simplification réglementaire prises ces dernières années”, ajoute le SER. Le parc solaire a quant à lui atteint 6.672 MW fin 2016, avec 576 nouveaux mégawatts raccordés au réseau, en baisse de 36% par rapport à 2015, année qui avait vu la mise en service d’un méga projet en Gironde. Cette tendance devrait néanmoins s’inverser compte tenu des nombreux projets lancés ces dernières années et prévus pour raccordement en 2017.

Le SER rappelle toutefois que l’atteinte de l’objectif de 2018 nécessitera au minimum le raccordement de 1.665 mégawatts par an pour 2017 et 2018.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 10 Juin 2017
Si les nouvelles directives européennes et gouvernementales réglementant l'exploitation des rivières dans le sens d'une protection croissante de la biodiversité, contraignent logiquement le développement de la filière hydroélectrique, les canalisations artificielles offrent quant à elles un potentiel certain pour l’installation…
mer 21 Juin 2017
Réunis avec Areva au sein de la Plateforme France Nucléaire (dont l’accord de partenariat a été renouvelé au mois de mai 2017), le groupe EDF et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) devraient renforcer encore un peu plus leur collaboration…
mer 21 Août 2019
À partir du 24 août 2019, Emmanuel Macron accueillera les dirigeants des six pays les plus riches du monde. Après avoir reçu Vladimir Poutine, le chef de l'Etat tentera de poursuivre son action pour Make Our Planet Great Again !…
lun 21 Août 2017
Placée sous redressement judiciaire le 17 mai 2017 pour défaut de trésorerie, la société française de fabrication de mâts d’éoliennes Francéole pourrait finalement poursuivre son activité, ou du moins en partie. Une offre de reprise partielle a été déposée jeudi…

COMMENTAIRES

  • J’ai déjà dit souvent qu’il était sans intérêt et tout à, fait absurde de mélanger les énergies hydrauliques classiques, à caractère garanti, que ce soit du fil de l’eau ou de lacs de barrages (qui, elles, sont de plus stockables) et des énergies à caractère aléatoire sans stockage, telles que éoliennes ou photovoltaïques.
    Le bilan annuel permettant d’apprécier le rendement des installation doit distinguer:

    1 – l’énergie garantie (hydraulique classique), pour laquelle seront précisées la puissance installée (GW) et la production annuelle (TWh), en comptant tous les producteurs (EDF, CNR…).

    Répondre
    • Je reprends la suite de mon commentaire précédent, tronqué par une panne de courant;

      2 – les énergies non garanties (éolien terrestre, éolien offshore, hydroliennes, solaire thermique, photovoltaïque,…), pour chacune desquelles seront précisées, non seulement la puissance installée et l’énergie produite, mais la réalisé un graphique portant en ordonnée la puissance réelle en fonctionnement (de 0 à la puissance maximale) pendant la durée de fonctionnement à cette puissance, durée portée, elle, en abscisse (de 0 à 8760 heures). Dans un tel graphique, la surface comprise entre la courbe et les deux axes de coordonnées représente la production annuelle d’énergie.

      Avec ces éléments, on pourra alors connaître vraiment le rendement de installations réalisées.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.