Gaz vert : une filière française toujours à la traîne - L'EnerGeek

Gaz vert : une filière française toujours à la traîne

methanisation-biogaz-gaz-vert

biogaz_méthanisation_photo_Dirk_SchmidtSelon le deuxième observatoire européen réalisé par le cabinet Sia Partners pour le think tank France Biométhane, la France ne compte actuellement que vingt sites de production de biométhane et affiche un retard conséquent sur ses voisins européens. Le gouvernement entend pourtant encourager cette filière renouvelable et s’est fixé pour objectif d’atteindre plus de 10 % de gaz vert dans les réseaux d’ici à 2030.

L’Allemagne et le Royaume-Uni, leaders européens de la filière biogaz

L’observatoire du biométhane se positionne comme le guide de référence de la filière en France. Il a pour but de décrire et de mesurer l’évolution de la filière au travers d’indicateurs pédagogiques et fiables. Selon ses derniers résultats, l’Hexagone ne comptait fin 2015 que 20 unités produisant du biométhane, c’est-à-dire du biogaz issu d’un processus de méthanisation puis purifié afin de pouvoir être injecté dans les réseaux.

Lire aussi : Biogaz : croissance stable pour une filière énergétique d’avenir

Avec 82 gigawattheures (GWh) injectés en 2015 (mais 279 GWh de capacité annuelle installée), la France se situe à l’avant-dernier rang des neuf pays européens étudiés dans l’observatoire. L’Allemagne arrive largement en tête, avec 10.000 GWh injectés pour 190 unités, suivie par le Royaume-Uni avec 2.000 GWh et 51 unités.

Ces deux pays sont aujourd’hui très avancés dans la filière du gaz vert du fait de véritables politiques incitatives et d’une orientation des cultures vers un objectif de méthanisation. L’Allemagne, par exemple, produit des cultures dédiées à la production de biogaz, ce qui lui permet d’industrialiser ses processus de production. Au Royaume-Uni, “le gouvernement britannique a introduit un tarif de rachat garanti pour le biométhane en 2011, tout comme en France”, explique dans les Echos Cédric de Saint-Jouan, président de France Biométhane. Mais “le succès du biométhane dans ce pays s’explique par un tarif légèrement supérieur au tarif français, mais surtout par l’autorisation, là aussi, des cultures énergétiques”, ajoute-t-il.

Une filière française limitée à la valorisation des déchets

En France, le gouvernement mène lui aussi une politique favorable au développement de la filière via l’instauration d’un tarif d’achat depuis 2011 et l’octroi de subventions par l’Ademe. Pourtant, le secteur de la méthanisation progresse lentement et souffre encore d’une limitation trop stricte à la seule exploitation des déchets, rendant les projets particulièrement complexes à réaliser. Selon l’observatoire, 67 % des unités de l’Hexagone utilisent des déchets agricoles.

Autre obstacle au développement croissant de la filière dans l’Hexagone, le financement très irrégulier des banques pour ce type de projets qui craignent, entre autres, le retour des difficultés rencontrées dans le passé par de nombreuses installations de méthanisation agricoles. “Pour lever ces réticences, il faudrait prolonger le tarif garanti, aujourd’hui prévu sur quinze ans, sur une durée de vingt ans”, estime Cédric de Saint-Jouan.

Lire aussi : France Biométhane : un laboratoire d’idées pour l’après-transition énergétique 

En attendant, plus de 200 projets étaient toujours en liste d’attente au début du mois d’avril selon GRDF, représentant une production annuelle de 5.200 GWh à l’horizon 2019. Selon un décompte du distributeur de gaz, 16 projets devraient entrer en service cette année et 46 en 2017.

Crédits photo : Dirk Schmidt

Rédigé par : lucas-goal

Avatar
lun 26 Août 2013
Les subventions aux énergies renouvelables baissent un peu partout en Europe. Alors que la France, l’Allemagne ou encore l’Espagne réduisent significativement leurs politiques de soutien aux énergies vertes, la Suisse fait part de son intention de les imiter. Face aux…
lun 5 Oct 2015
Dans un rapport publié le 2 octobre, l’Agence Internationale de l’Energie affirme que les énergies renouvelables (ENR) représenteront 26% de la production d’électricité mondiale. Au total, 700 GW de capacités ENR seront installés au cours des 5 prochaines années, soit…
mar 28 Août 2018
La première moitié de l'année 2018 a été historique pour les énergies renouvelables : d'après RTE, entre avril et fin juin, 31% de l'électricité consommée en France provenait des énergies renouvelables. C'est le plus haut score jamais enregistré dans l'Hexagone,…
lun 20 Fév 2017
Si la majeure partie de l’électricité produite par les particuliers est toujours réinjectée dans le réseau électrique, l’électricité renouvelable (photovoltaïque principalement) est de plus en plus compétitive, et l’autoconsommation représente aujourd'hui une alternative de poids dans le développement des énergies…

COMMENTAIRES

  • Le kwheure de gaz “vert” injecté dans le réseau est il subventionné en France par rapport à celui du gaz qui provient de l’étranger par gazoduc ou par bateau ? Si oui de combien ?
    Qui paie cette subvention ? Est ce comme pour le solaire avec la taxe CSPE ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.