Kyocera réhabilite deux terrains de golf abandonnés en parcs solaires - L'EnerGeek

Kyocera réhabilite deux terrains de golf abandonnés en parcs solaires

green de golf au Japon - MIKI YoshihitoKyocera Corporation, producteur japonais de systèmes à énergie solaire, a annoncé le lancement des travaux de deux centrales solaires, implantées sur d’anciens terrains de golf désaffectés dans les préfectures de Kyoto et de Kagoshima. C’est environ 40 000 habitants qui bénéficieront de cet apport électrique.

Au cours des dernières décennies, l’industrie du golf nippone, un temps en plein essor, a fortement décliné. La première baisse de la demande s’est faite sentir dans les années 80. A partir des années 1990, la pratique de ce sport a diminué de 40%, laissant nombre de terrains de golf à l’abandon.

La solution de Kyocera est simple. Transformer ces espaces verts abandonnés en parcs solaires. Les terrains de golf, de grands espaces ouverts captant beaucoup de soleil, se trouvent être parfaitement adaptés pour l’énergie solaire.

Le premier projet de Kyocera, actuellement en construction, est une centrale photovoltaïque de 23 mégawatts sur un terrain de golf dans la préfecture de Kyoto. Dès sa mise en service en 2017, ce parc produira suffisamment d’énergie (26 312 MWh par an) pour fournir en électricité environ 8 100 foyers.

La société développe également une centrale solaire de 92 mégawatts, en partenariat avec 3 autres entreprises, sur un parcours de golf abandonné dans la préfecture de Kagoshima, pouvant alimenter en énergie près de 30.000 ménages. Cette dernière devrait être opérationnelle d’ici 2018. La puissance combinée des deux centrales sera d’environ 115 MW.

Kyocera a annoncé qu’il allait utiliser des “méthodes de construction respectueuses de l’environnement” pour mener à bien son projet.

La réhabilitation de green délaissés pourraient s’exporter à l’international puisque, par exemple, les Etats-Unis subissent eux aussi une crise du golf. L’idée pourrait être déclinée à d’autres espaces à l’abandon et des chantiers de reconversion pourraient se généraliser dans les banlieues pour donner une seconde vie à des espaces en perdition.

Rappelons que Kyocera a également investi massivement dans des centrales solaires flottantes. En plus de l’énergie verte qu’elles collectent, ces structures sont 100%  recyclables. Le polyéthylène réduit l’évaporation de l’eau dans le réservoir et limite l’apparition d’algues qui assombrissent l’eau.

Crédits photo : MIKI Yoshihito

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 23 Jan 2017
Présentées à l'occasion de son assemblée annuelle organisée ce weekend à Abou Dhabi, les conclusions de l'Irena sur les efforts menés actuellement pour lutter contre le réchauffement climatique n'ont rien d'encourageant. Selon l'Agence internationale, le niveau des investissements dans les…
ven 15 Juil 2016
L’énergéticien tricolore EDF vient d’annoncer l’acquisition de 80 % de la société chinoise UPC Asia Wind Management (AWM), et prouve une fois de plus que l’expertise française en matière énergétique est l'une des plus séduisante au monde. (suite…)
jeu 5 Fév 2015
Le Forum Netexplo 2015, organisé mercredi 4 et jeudi 5 février au siège de l'UNESCO à Paris, a décidé d'attribuer son Grand Prix de l'Innovation à une équipe de chercheurs coréens qui ont mis au point un dispositif baptisé Wearable…
Entre le développement des énergies renouvelables en pleine expansion, les innovations dans le secteur du thermique et les débats houleux dont fait l'objet le secteur du nucléaire, la France a connu une actualité énergétique 2016 passionnante sur laquelle «  L'Energeek  » se propose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.