Arrêt des livraisons de gaz à l'Ukraine par la Russie : quelles conséquences ? - L'EnerGeek

Arrêt des livraisons de gaz à l’Ukraine par la Russie : quelles conséquences ?

pipeline_ukraine-creditphoto-wikimedia_commonsMercredi 1er juillet, le géant russe Gazprom a indiqué qu’il procédait à l’arrêt immédiat de ses livraisons de gaz à destination de l’Ukraine. Une annonce qui fait suite à la décision de Kiev de suspendre ses achats après l’échec de négociations sur les prix. En réalité, les motifs semblent plus politiques qu’économiques.

 

Le prolongement d’un long bras de fer

Le dernier contrat signé entre le russe Gazprom et le groupe public ukrainien Naftogaz est arrivé à expiration le 30 juin sans qu’un nouvel accord sur les livraisons de gaz russe à l’Ukraine n’ait été trouvé. En cause, un désaccord sur les prix du gaz livré par la Russie, qui ont augmenté.

Toutefois, le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak, estime que la décision ukrainienne ne relève pas essentiellement d’un rapport de forces économique : “Il ne s’agit que de politique”, plaide-t-il.

Depuis le début de l’année 2014 et l’arrivé d’un gouvernement pro-occidental au pouvoir en Ukraine, Moscou et Kiev sont engagés dans un bras de fer qui se manifeste notamment dans les conflits qui se déroulent à l’Est du pays.

La Commission européenne a indiqué que les pourparlers entre les autorités russes et ukrainiennes, à Vienne, ont été “difficiles”. Les discussions devraient se poursuivre fin août, à Bruxelles. L’Union européenne envisage de convoquer de nouveau les ministres des deux pays au mois de septembre pour trouver un accord couvrant la période de l’hiver jusqu’à fin mars 2016.

 

Pas de menace sérieuse pour l’approvisionnement de l’Europe

A ce jour, l’Ukraine dispose d’un stock de 12 milliards de mètres cubes de gaz. Il lui en faut 9 milliards pour débuter la saison hivernale dans de bonnes conditions. Si Kiev doit compléter ses réserves, deux options se présentent : l’extraction domestique de gaz ou l’achat de gaz à d’autres fournisseurs (en Europe centrale ou en Norvège, par exemple).

Quant à l’Europe, elle ne devrait pas être menacée par l’arrêt des livraisons de gaz russe à l’Ukraine, puisque Naftogaz a assuré le 30 juin qu’elle continuerait à assurer normalement le transit vers les autres clients européens. On aurait pu craindre le pire, dans la mesure où près de la moitié du gaz importé par l’Union européenne transite par le territoire ukrainien.

La Commission européenne a ainsi indiqué mercredi 1er juin que l’approvisionnement en gaz de l’Europe n’était “pas en danger” pour le prochain hiver. Le commissaire chargé de l’Energie, Maros Sefkovic, s’est quant à lui déclaré satisfait de l’ “engagement clair du côté ukrainien et russe de faire en sorte que le transit vers l’Europe [continue] d’une façon fluide et ininterrompue”.

 

Crédits photo : Wikimedia Commons

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
ven 30 Août 2019
Alors que la lutte contre le réchauffement climatique était à l'ordre du jour du G7, plusieurs indices nous montrent que les hydrocarbures n'ont pas dit leur dernier mot. A l'heure de la transition énergétique, ils font de la résistance, comme…
lun 8 Avr 2019
La diversification est un des maîtres-mots des énergéticiens. Engie n’échappe pas à la règle et vient de remporter un appel d’offres géant au Brésil. Associé au fonds canadien de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Engie a…
jeu 19 Déc 2013
Les industriels japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Hitachi ont déclaré, en novembre 2012, vouloir regrouper dans une société commune leurs activités d'équipement de centrales thermiques. Cette société conjointe, baptisée Mitsubishi Hitachi Power Systems (MHPS), verra le jour le 1er…
Entre le développement des énergies renouvelables en pleine expansion, les innovations dans le secteur du thermique et les débats houleux dont fait l'objet le secteur du nucléaire, la France a connu une actualité énergétique 2016 passionnante sur laquelle «  L'Energeek  » se propose…