Paralysée par une grève, l'Ukraine déclare l'état d'urgence énergétique Paralysée par une grève, l'Ukraine déclare l'état d'urgence énergétique

Paralysée par une grève, l’Ukraine déclare l’état d’urgence énergétique

ukraine

Déjà fortement fragilisé depuis la crise de Crimée et la fin des relations commerciales entre l’Ukraine et la Russie en 2014, le réseau électrique ukrainien est aujourd’hui confronté à de grandes difficultés d’approvisionnement. Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence énergétique mercredi 15 février dernier, demandant ainsi à la population d’économiser autant d’énergie que possible.

Depuis bientôt deux semaines, une grève bloque une voie ferrée reliant la région est, fortement productrice de charbon et soutenue par la Russie, et le reste du pays. Les utlra-nationalistes à l’origine de ce mouvement de contestation, justifient leur action par le fait que Kiev ne devrait pas commercer avec des rebelles qui s’efforcent à leurs yeux d’établir leur fief près de la frontière avec la Russie. Or, Kiev continue d’acheter un type particulier de charbon qui ne se trouve que dans l’est séparatiste du pays, et qui est nécessaire au fonctionnement des centrales ukrainiennes.

Lire aussi : Arrêt des livraisons de gaz à l’Ukraine par la Russie : quelles conséquences ?

Ce flux s’est poursuivi en dépit du conflit entre les séparatistes pro-russes et l’armée ukrainienne qui a coûté la vie à plus de dix mille personnes. Une situation complexe pour le gouvernement ukrainien qui manque aujourd’hui cruellement de ressources et n’a eu d’autres choix que de déclarer l’état d’urgence dans le secteur énergétique pour une durée indéterminée.

Lire aussi : L’Ukraine va produire son combustible nucléaire avec Westinghouse

N’étant plus en capacité de garantir l’approvisionnement du réseau électrique national, les autorités préviennent dans ce cadre que des délestages réguliers pourraient avoir lieu prochainement et demandent à la population d’optimiser et de réduire de manière drastique leurs consommations d’énergie. Plusieurs grandes villes ukrainiennes et certains quartiers de la capitale Kiev « pourraient se retrouver sans chauffage », a déclaré le Président ukrainien Petro Porochenko lors d’un discours, en ajoutant que plusieurs usines pourraient être obligées d’arrêter leur production, ce qui menace 300.000 emplois.

Crédits photo : Raimond Spekking

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 29 Avr 2014
Jeudi 17 avril, une page s'est tournée : la production de la dernière tranche à charbon (250MW) de la centrale de Blénod encore en activité a été définitivement arrêtée après 46 ans de fonctionnement. Le site lorrain a désormais entièrement…
mar 12 Jan 2016
La demande de gaz naturel a augmenté de 4,4% dans l’Union européenne d’après les estimations de la Société Générale. La banque française, qui vient de publier son indicateur Energy Pulse, explique cependant qu’il ne s’agit pas d’un retournement de tendance.…
lun 23 Juin 2014
L’unité 4 de la centrale thermique du Havre, la seule encore en activité, est à l’arrêt depuis le 15 mars. Un arrêt qui devrait se prolonger jusqu’à la fin du mois d’octobre et au cours duquel d’importants travaux de maintenance…
lun 26 Juin 2017
En annonçant officiellement, vendredi 16 juin 2017, sa volonté de commercialiser dans l'avenir son modèle de pile à combustible pour particuliers en Europe, le groupe japonais Panasonic a relancé d’une certaine manière, l’espoir d’une micro-cogénération énergétique responsable et applicable à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *