55 milliards d'euros pour le "grand carénage" d'EDF - L'EnerGeek

55 milliards d’euros pour le “grand carénage” d’EDF

centrale_nucleaire_Chooz_photo_MOSSOTEDF a détaillé, jeudi 20 février, les coûts de son plan « grand carénage » qui doit permettre la prolongation de la durée d’exploitation des centrales nucléaires du parc EDF au-delà de 40 ans. Les centrales seront mises aux nouvelles normes de sécurité post-Fukushima. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) se prononcera sur le sujet en 2015.

Le géant de l’énergie française prévoit 55 milliards d’euros en vue de travaux de maintenance sur ses 58 réacteurs français à l’horizon 2025.

Le directeur délégué à la direction Production-Ingénierie d’EDF, Dominique Minière, assure que sur ces 55 milliards, 10 milliards d’euros concernent des investissements de mise aux nouvelles normes des centrales décidées après la catastrophe de Fukushima.

Le reste des sommes iront à l’amélioration de la sûreté nucléaire (20 milliards), à la maintenance lourde des grands composants (15 milliards) et 10 autres milliards au titre « d’autres projets patrimoniaux (environnement, risque incendie, risque grand chaud-grand froid) », annonce EDF.

1800 à 7200 MW retirés du réseau tous les ans ? 

Un responsable de l’entreprise a rappelé la volonté de la firme de prolonger la durée de vie des centrales nucléaire de 40 à 60 ans et ajoute que « la plupart des grosses opérations auront été menées d’ici 2025 ».

« Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres opérations à mener derrière, notamment sur des réacteurs de 1.300 mégawatts, qui sont un petit peu plus jeunes », poursuit-il.

Des déclarations à prendre avec des pincettes. L’ASN ne s’est pas encore prononcé au sujet de la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires. Son président, Pierre-Franck Chevet, a rappelé hier que l’autorisation du fonctionnement des réacteurs français après 40 ans n’était « pas acquise ».

L’agence rendra son premier avis en 2015, avant de donner son avis final générique en 2018 ou 2019. La France doit anticiper rapidement le vieillissement de ces centrales. Deux à huit unités atteindront 40 ans chaque année entre 2020 et 2030. Concrètement, si la durée de vie des centrales nucléaires n’est pas prolongée, de 1.800 à 7.200 mégawatts seront retirés du réseau tous les ans, qu’il faudra compenser.

 Crédit photo : MOSSOT

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 30 Juil 2016
Les deux industriels du nucléaire viennent de conclure un partenariat stratégique pour l'avenir de la filière nucléaire française. Ils ont signé jeudi 28 juillet un protocole d’accord pour la cession de New ANP, la branche réacteurs d'Areva, à EDF, tout en s'engageant à…
lun 15 Fév 2016
La fusion nucléaire ne cesse de progresser. Après la France, les Etats-Unis et l'Allemagne, la Chine, dans le cadre du programme EAST de l’Académie Chinoise des Sciences, a réussi à maintenir un plasma d'hydrogène à 50 millions de degrés durant plus…
mer 13 Sep 2017
Si les énergies solaire et éolienne représentent incontestablement le futur d'une production énergétique plus respectueuse de l'environnement et du climat, la transition engagée par le gouvernement français ne pourra se concrétiser sans le maintien d'une énergie de complément capable d'accompagner…
jeu 19 Juil 2018
En cours depuis plusieurs années maintenant, le chantier de démantèlement du petit réacteur nucléaire de la centrale de Brennilis dans le Finistère devrait arriver à son terme à l’horizon 2038. Un délai qui s’explique, selon un communiqué du département publié…