Investissements verts insuffisants pour limiter le réchauffement climatique Investissements verts insuffisants pour limiter le réchauffement climatique

Les investissements verts toujours insuffisants pour limiter le réchauffement climatique selon l’Irena

investissements verts

Présentées à l’occasion de son assemblée annuelle organisée ce weekend à Abou Dhabi, les conclusions de l’Irena sur les efforts menés actuellement pour lutter contre le réchauffement climatique n’ont rien d’encourageant. Selon l’Agence internationale, le niveau des investissements dans les énergies renouvelables serait encore largement insuffisant pour limiter la hausse des températures à 2° Celsius.

« Même si les investissements dans les énergies renouvelables ont beaucoup augmenté ces dix dernières années (…), leur niveau reste insuffisant pour atteindre les objectifs climatiques », a déploré dimanche le directeur général de l’Irena, Adnan Amin. L’Irena précise en effet que la part des renouvelables dans le mix énergétique mondial, aujourd’hui équivalente à 18%, devra doubler d’ici 2030 si l’on veut inverser la tendance du changement climatique.

Lire aussi : Les investissements verts stagnent en France depuis 2013

« Les investissements dans les énergies renouvelables doivent passer de quelque 305 milliards de dollars (286 milliards d’euros) en 2015 à environ 900 milliards de dollars (845 milliards d’euros) par an entre 2016 et 2030″, a précisé M. Amin. Un objectif qui semble bien difficile à atteindre alors même que ces investissement ont baissé de manière significative en 2016. Selon un bilan récent réalisé par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), les investissements dans les énergies renouvelables ont en effet reculé de 18 % dans le monde l’année dernière en raison notamment de la baisse des prix des équipements et du fléchissement de certains marchés porteurs en Asie.

Lire aussi : Les investissements mondiaux dans les renouvelables ont baissé de 18% en 2016

L’Irena reste pourtant relativement optimiste et met l’accent sur les progrès technologiques dans les filières renouvelables. La baisse des coûts des énergies renouvelables leur permettra à court terme de passer « du statut de niche au statut de solution préférée » comme source d’énergie, malgré la baisse des prix des énergies fossiles. « Les panneaux solaires sont le meilleur exemple. Leur coût a baissé de moitié depuis 2010 et devrait baisser encore de 60% dans les dix prochaines années », projette le rapport.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 2 Juil 2015
La République du Mali, le groupe panafricain Eranove et la Société Financière Internationale (relevant du groupe de la Banque Mondiale) ont annoncé, le 18 juin dernier, la signature d'un contrat de concession portant sur la construction de la centrale hydroélectrique…
ven 17 Avr 2015
EDF Energies Nouvelles (EDF EN) poursuit son développement sur le marché sud-américain de l'énergie en annonçant la création d'une filiale locale au Chili, son 20ème pays d'implantation. La filiale renouvelable du groupe tricolore a en effet conclu un contrat de…
lun 26 Oct 2015
Si l'énergie hydrolienne permet d'envisager à moyen terme une production d'électricité renouvelable stable et prévisible, elle nécessite toutefois pour cela des courants marins puissants et réguliers. Une condition qui limite logiquement son potentiel de développement géographique et laisse inexploitées de…
ven 25 Nov 2016
Bien qu'elle dispose de ressources renouvelables abondantes, l'Afrique est aujourd'hui confrontée à de nombreux problèmes d'approvisionnement énergétique. L'exploitation de ces énergies propres et le développement de nouvelles capacités de production électriques constituent à ce titre un défi majeur pour le continent dans les décennies à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *