Investissements verts insuffisants pour limiter le réchauffement climatique Investissements verts insuffisants pour limiter le réchauffement climatique

Les investissements verts toujours insuffisants pour limiter le réchauffement climatique selon l’Irena

investissements verts

Présentées à l’occasion de son assemblée annuelle organisée ce weekend à Abou Dhabi, les conclusions de l’Irena sur les efforts menés actuellement pour lutter contre le réchauffement climatique n’ont rien d’encourageant. Selon l’Agence internationale, le niveau des investissements dans les énergies renouvelables serait encore largement insuffisant pour limiter la hausse des températures à 2° Celsius.

« Même si les investissements dans les énergies renouvelables ont beaucoup augmenté ces dix dernières années (…), leur niveau reste insuffisant pour atteindre les objectifs climatiques », a déploré dimanche le directeur général de l’Irena, Adnan Amin. L’Irena précise en effet que la part des renouvelables dans le mix énergétique mondial, aujourd’hui équivalente à 18%, devra doubler d’ici 2030 si l’on veut inverser la tendance du changement climatique.

Lire aussi : Les investissements verts stagnent en France depuis 2013

« Les investissements dans les énergies renouvelables doivent passer de quelque 305 milliards de dollars (286 milliards d’euros) en 2015 à environ 900 milliards de dollars (845 milliards d’euros) par an entre 2016 et 2030″, a précisé M. Amin. Un objectif qui semble bien difficile à atteindre alors même que ces investissement ont baissé de manière significative en 2016. Selon un bilan récent réalisé par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), les investissements dans les énergies renouvelables ont en effet reculé de 18 % dans le monde l’année dernière en raison notamment de la baisse des prix des équipements et du fléchissement de certains marchés porteurs en Asie.

Lire aussi : Les investissements mondiaux dans les renouvelables ont baissé de 18% en 2016

L’Irena reste pourtant relativement optimiste et met l’accent sur les progrès technologiques dans les filières renouvelables. La baisse des coûts des énergies renouvelables leur permettra à court terme de passer « du statut de niche au statut de solution préférée » comme source d’énergie, malgré la baisse des prix des énergies fossiles. « Les panneaux solaires sont le meilleur exemple. Leur coût a baissé de moitié depuis 2010 et devrait baisser encore de 60% dans les dix prochaines années », projette le rapport.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 25 Jan 2017
Le maire de Bordeaux Alain Juppé était présent mardi 24 janvier au palais de congrès pour inaugurer les 18èmes Assises européennes de la Transition Énergétique organisées du 24 au 26 janvier 2017 dans la cité girondine. Un rendez-vous annuel dont…
mar 18 Fév 2014
La plus puissante centrale thermodynamique au monde a été inaugurée, jeudi 13 février, dans le désert de Mojaves (Etats-Unis). A la frontière entre le Nevada et le Californie, l’Ivanpah Solar Electric Generating System est né de l’association de NRG Energy,…
mar 7 Fév 2017
Contrairement à l'éolien qui a enregistré un taux de raccordements record, 2016 a été une année plutôt timorée pour le secteur de l'énergie solaire, avec seulement 700 MW de capacités solaires installées dans l'Hexagone. Une baisse de 36% par rapport à 2015.…
mar 22 Nov 2016
Le constructeur américain de voitures électriques Tesla a annoncé jeudi 17 novembre la validation par ses actionnaires et ceux du producteur d'énergie solaire SolarCity du projet de fusion entre les deux entreprises. Estimé à 2,6 milliards de dollars, ce projet est…

COMMENTAIRES

  • Si l’on veut financer les investissements « verts », il me semblerait logique de le faire avec le produit d’une taxe carbone dont on parle rarement et que l’on tarde toujours à instituer, bien que ce serait le meilleur moyen d’inciter à l’abandon des combustibles fossiles. Qu’attend-t-on ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *