Les fournisseurs d'électricité français augmentent leur demande d'énergie nucléaire - L'EnerGeek

Les fournisseurs d’électricité français augmentent leur demande d’énergie nucléaire

EDF

Délaissé depuis 2015 en raison d’un prix sur le marché de gros de l’électricité plus intéressant, l’Arenh (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique) a connu ces derniers mois un regain d’intérêt de la part des fournisseurs d’énergie alternatifs. Selon un communiqué du gendarme français de l’énergie publié jeudi 1er décembre, les concurrents du groupe EDF auraient demandé 40,75 térawatts/heure d’électricité d’origine nucléaire lors de la dernière offre de souscription.

Entré en vigueur le 1er juillet 2011, l’Arenh offre aux opérateurs alternatifs qui en font la demande la possibilité d’acheter jusqu’à 100 TWh de volume d’électricité à EDF, à un prix aujourd’hui fixé à 42 euros par MWh, afin d’alimenter leur propre réseau et d’approvisionner ainsi leurs clients. Ce dispositif a pour objectif d’accroître la concurrence sur le marché hexagonal.

Lire aussi : Les réacteurs nucléaires contrôlés pourraient repartir dans un mois selon l’ASN

Problème, la baisse des prix de l’électricité sur le marché de gros ces dernières années a incité progressivement les fournisseurs à s’y approvisionner directement et donc à diminuer le recours à l’Arenh (aucun volume n’a été demandé ni livré au titre de ce dispositif en 2016). Une tendance qui devrait toutefois s’inverser dans les mois à venir compte tenu de l’augmentation des prix du marché en raison de l’arrêt d’une dizaine de réacteurs nucléaires français. La stabilité des prix proposé par l’Arenh apparaît dans ce contexte beaucoup plus attractif pour les fournisseurs.

« La Commission de régulation de l’énergie (CRE) constate une augmentation importante des demandes d’Arenh des fournisseurs alternatifs pour le 1er semestre de l’année 2017« , a-t-elle indiqué dans un communiqué. « Le volume d’Arenh demandé pour le 1er semestre 2017 s’élève à 40,75 TWh« , a-t-elle précisé.

Lire aussi : La CRE propose de modifier l’Arenh

Rappelons enfin que la CRE avait rendu en novembre le recours à l’Arenh plus contraignant, privant notamment les opérateurs alternatifs de la possibilité de résilier leur contrat quand ils ne peuvent plus revendre l’électricité achetée à EDF à un prix plus élevé sur le marché de gros.

Crédits photo : E48616

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 25 Jan 2017
Le conseil d'administration d'EDF a adopté mardi 24 janvier la délibération sur la convention d'indemnisation, ouvrant ainsi la voie à la procédure de fermeture anticipée de la centrale nucléaire de Fessenheim en Alsace. La plus vieille centrale de France pourrait…
ven 28 Août 2015
De nombreux scientifiques et experts internationaux de la fusion nucléaire se sont réunis cette semaine au sein de l'Université du Saskatchewan au Canada afin d'évoquer les différentes alternatives en matière de production électrique décarbonée et les défis de la commercialisation…
Le 24 août, l’Autorité environnementale a publié son avis sur la programmation pluriannuelle de l’énergie du ministère de l’Environnement. Ce dernier étant « positif », selon Ségolène Royal, une consultation du public sera lancée dans les jours qui viennent. (suite…)
lun 14 Mar 2016
La ministre de l’Energie, Ségolène Royal, a présenté il y a quelques jours une « version préliminaire du Plan de programmation Pluriannuel de l’Energie ». Tandis que les ENR vont progressivement s’imposer dans le mix électrique tricolore, le parc nucléaire pourrait prochainement voir…

COMMENTAIRES

  • Quelle autre industrie se voit forcée par la loi de vendre à prix coûtant 25% de ses produits à ses concurrents pour leur permettre de se développer à son détriment ?
    Cette loi NOME rédigée sous Sarkozy pour satisfaire Bruxelles qui exigeait plus de concurrence dans le marché de l’électricité est un scandale ! Le Service Public que constituait EDF est ainsi dépecé au profit d’intérêt privés qui n’ont même plus besoin de construire de centrales nucléaires et d’endosser les risques associés pour faire du commerce à bon compte.
    Comme il faut bien que ces concurrents se rémunèrent et rémunèrent leurs actionnaires, chacun comprendra qu’à court terme cela va faire augmenter les factures d’électricité. Mais à long terme, si EDF disparaît (au moins en France) les prix vont s’aligner sur la moyenne des prix en Europe, laquelle est 40% supérieure aux tarifs actuels d’EDF.
    Ceci pour dire que cette loi NOME et son ARENH sont une arnaque due à l’idéologie ultralibérale de Bruxelles, et que nos dirigeants nationaux sont totalement incapables d’y résister, bradant ainsi les fleurons industriels nationaux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *