Éolien en mer : un troisième appel d'offres lancé au large de Dunkerque - L'EnerGeek Éolien en mer : un troisième appel d'offres lancé au large de Dunkerque - L'EnerGeek

Éolien en mer : un troisième appel d’offres lancé au large de Dunkerque

éolienne_offshore_photo_stig_nygaardSi l’objectif de 40 % d’électricité renouvelable en 2030 prévu dans la loi de transition énergétique reste tout à fait possible aujourd’hui, il nécessitera néanmoins un développement rapide de l’énergie éolienne marine, plus coûteuse, mais aussi plus régulière dans la production d’électricité que l’éolien terrestre.

La ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, Ségolène Royal, tente d’encourager depuis plusieurs années cette filière via le lancement d’appels d’offres réguliers. Le troisième vient d’être annoncé lundi 4 avril dernier après plusieurs mois d’exploration, et concernera des zones d’exploitation au large de Dunkerque (Nord) dans la région Hauts-de-France.

Dunkerque, nouvelle zone d’exploitation pour l’éolien en mer

Le gouvernement souhaite dans le cadre des objectifs de transition énergétique atteindre plus de 6 GW de puissance installée dans l’éolien marin à l’horizon 2020. Un objectif ambitieux qui nécessitera toutefois la multiplication des appels d’offres dans les années à venir. La ministre a par ailleurs demandé au préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord et au préfet de la région Hauts-de-France de poursuivre les consultations dans ce sens, en accompagnement du lancement de l’appel d’offres.

A ce jour, l’installation de trois parcs est déjà prévue dans les eaux de la Manche. A Courseulles-sur-Mer (Calavdos) et Fécamp (Seine-Maritime) pour le consortium EDF Dong, avec Alstom et WPD, et au Tréport (Seine-Maritime) pour GDF Suez, associé à EDP Renewables et Neoen Marine. Un quatrième est également en projet au large de Saint-Nazaire par le consortium EDF Dong, Alstom et Nass & Wind.

Réduction des coûts et simplification des procédures

En parallèle et en accord avec cette stratégie de dynamisation de la filière éolienne offshore, la ministre a annoncé toute une série de mesures visant à réduire les coûts et à simplifier les procédures, dans le cadre d’une ordonnance et d’un décret publiés prochainement.

Ainsi, une nouvelle procédure de « dialogue concurrentiel » sera adaptée aux particularités de la filière éolienne marine et permettra aux candidats potentiels d’échanger en direct sur le cahier des charges, et d’améliorer leurs offres au cours de la procédure. Des études de levée des risques liés au vent, à la houle, à la profondeur et à la composition des sols seront également réalisées par des établissements publics avant la remise des offres, donnant la possibilité aux professionnels d’affiner leurs propositions et de prendre en compte ces risques à leur juste niveau.

Enfin, plusieurs mesures de simplification visant à faciliter l’obtention des autorisations sont prévues comme l’attribution directe au lauréat d’une concession d’occupation du domaine public en même temps que l’appel d’offres. Cette double attribution devrait permettre d’accélérer considérablement la procédure administrative et la réalisation concrète du projet.

Crédits photo : Stig Nygaard

Rédigé par : livingston-thomas

mar 24 Sep 2013
Après les centrales photovoltaïques d'Istres et de Cuges-les-Pins, le groupe Solaire Direct a inauguré un troisième parc solaire dans les Bouches-du-Rhône, vendredi 20 septembre, à Charleval. Installé sur le site d'une carrière en fin d'exploitation, un choix de localisation qui…
ven 11 Avr 2014
Les énergies marines renouvelables ne permettent pas encore de produire de l’électricité en France, mais elles y sont promises à un bel avenir. Les côtes françaises offrent un potentiel très intéressant pour l’éolien offshore et l’hydrolien, les deux filières les…
ven 23 Déc 2016
La ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer Ségolène Royal était à Tourouvre dans l'Orne ce jeudi 22 décembre pour inaugurer la première route solaire du monde. Une technologie prometteuse dont la ministre souhaiterait développer plus de 1000…
mer 1 Juin 2016
Dans une tribune publiée dans le quotidien Le Monde, le 30 mai dernier, le député Les Républicains du Vaucluse, Julien Aubert, imagine « une vision alternative de la “transition énergétique” ». Selon lui, la droite doit désormais réfléchir à son programme énergétique en…

COMMENTAIRES

  • Que d’argent à faire pour tous ces consortiums alors que les comptes de EDF plongent dangereusement ! L’électricité produite par ce principe est acheté à un prix garanti élevé (autour de 85 euros le MWh)pendant que les prix de gros ne cessent de baisser pour cause de surcapacités en terme d’équipement et de puissance de crête. Des coûts importants pour les consommateurs et les contribuables qui devront payer la facture.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *