Que dit la loi de transition énergétique sur l'électricité ? - L'EnerGeek

Que dit la loi de transition énergétique sur l’électricité ?

assemblé national_freedom wizardMercredi 22 juillet, les députés du Palais Bourbon ont adopté définitivement, en dernière lecture, la fameuse loi sur la transition énergétique, qui avait été un des fers de lance de la campagne du président actuel en 2012. Pomme de discorde entre les deux chambres du Parlement, la loi présentée au conseil des ministres il y a plus d’un an est enfin votée à quelques mois de la Conférence de Paris sur le Climat (COP21). Mais quid de l’électricité dans cette loi ?

 

Grande architecte de la loi sur la transition énergétique, Ségolène Royal, la ministre de l’écologie n’a pas tari d’éloge concernant le texte voté mercredi dernier, parlant d’une « loi ambitieuse et mobilisatrice, qui sera la plus avancée d’Europe et d’au-delà ». À moins de quatre mois du début de la COP 21, que la France accueille le 30 novembre prochain, cette loi « vise à faire de la France le pays de l’excellence environnementale » selon les dires de la ministre.

Les 66 mesures de cette loi ont pour objectif d’accompagner la société et l’économie française vers un autre modèle de consommation énergétique, où l’électricité jouera un rôle déterminant comme le montre la place importante accordée à l’électromobilité et aux EnR dans la loi. Les députés et les membres du gouvernement avaient d’ailleurs comme but principal de trouver des mesures cohérentes pour faire évoluer le mix énergétique français vers un modèle moins dépendant des énergies fossiles et du nucléaire. À cet égard, la loi prévoit de réduire la consommation énergétique du pays de 50% d’ici 2050.

François Hollande l’avait annoncé durant la campagne présidentielle, il prône une baisse progressive de la part du nucléaire dans la production électrique française. La nouvelle loi votée mercredi va dans ce sens puisqu’elle annonce une réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique français d’ici 2025, la faisant passer de 75% à 50% de notre mix.

Concernant le nucléaire, le fameux article 55 de la loi fixe une limite de puissance de 63,2 GW au parc nucléaire français, ce qui contraindrait EDF à fermer deux réacteurs nucléaires pour compenser la mise en service de l’EPR de Flamanville. Une mesure qui ne plaît pas à tout le monde, et qualifiée notamment par le syndicat FO d’« économiquement et socialement stupide » alors que l’électricien français a entrepris il y a peu de rénover le parc nucléaire français. Pour compenser la réduction du nucléaire, la loi prévoit une augmentation significative de la part des énergies renouvelables qui devraient atteindre 40% du mix électrique en 2030 contre 13,7% aujourd’hui.

Une autre mesure phare de la loi sur la question électrique est l’installation d’ici 2021 de plus de 35 millions de compteurs d’électricité intelligents baptisés Linky. L’objectif de ce dispositif est de fournir des données statistiques aux ménages afin de les renseigner sur leurs habitudes de consommation en temps réel et qu’ils puissent faire des économies d’énergie en comprenant où sont leurs dépenses énergétiques les plus dispensables.

Quant aux énergies renouvelables, le Palais Bourbon et celui du Luxembourg se sont globalement entendus pour leur donner la part belle dans cette loi. Ainsi, la distance minimale entre une éolienne et des habitations est fixée à 500 mètres (et non 1 kilomètre comme le demandait le Sénat), des enveloppes de millions d’euros ont été débloquées pour financer divers projets de méthanisation, de parcs éoliens offshore mais aussi pour promouvoir la création de sociétés mixtes (publique-privée) dans le domaine de l’hydroélectricité.

Crédits photo: freedom wizard

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 7 Oct 2014
Le Président bolivien, Evo Morales, a annoncé le jeudi 2 octobre dernier la volonté de son gouvernement d'investir à long terme dans l'énergie nucléaire et de lancer la construction de la première centrale dans le département de La Paz d'ici…
lun 28 Oct 2013
Le parc solaire de Saint-Antonin-du-Var, implanté par SolaireDirect sur le Domaine de Salgues, a été inauguré vendredi 25 octobre. D'une puissance de 7,7 MW, le coût total du projet s'élève à 12,1 millions d'euros. Le site produira 12 GWh d'électricité…
jeu 22 Oct 2015
Au Maroc, la croissance économique bénéficie de la baisse conjoncturelle des prix du pétrole. Cependant, afin de préparer l’avenir, le royaume chérifien s’intéresse également au nucléaire civil. A l’occasion de la venue de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, le ministre…
mer 26 Oct 2016
L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) vient de revoir à la hausse sa prévision concernant la production des énergies renouvelables en 2021. D’après les experts de l’OCDE, le solaire, l’éolien et l’hydroélectricité produiront alors 825 gigawatts (GW), soit 42 % de…

COMMENTAIRES

  • Concernant les énergies renouvelables, j’ai lu un article sur la progression de l’énergie solaire qui risque d’être fulgurante d’ici à 2040. Une installation photovoltaïque chez un particulier pourrait devenir moins chère que de s’alimenter via le réseau d’électricité.

    Répondre
  • Dans plus de la moitié de la France, le coût de l’électricité solaire, avec des panneaux en installation simplifiée au bâti, est déjà inférieur au prix des fournisseurs classiques.

    http://energeia.voila.net/solaire/pv_rentabilite_autoconso.htm

    Mais cela ne peut fournir qu’une partie de l’électricité consommée. A certains moments, il y a excédent de production photovoltaïque qu’il faut vendre sur le réseau, à d’autres moments il faut acheter l’électricité classique du réseau.

    Le stockage, lorsque son coût aura bien baissé, permettra seulement des cycles journaliers : moins de vente à faible prix, moins d’achat à prix élevé aux heures de pointe.

    Car les compteurs communicants, c’est surtout pour avoir des tarifs très modulables en faisant payer beaucoup plus cher l’électricité le soir vers 19h-20h.

    Répondre
  • Comme l’EPR ne sera pas terminé avant fin 2017 au plus tôt, donc après l’élection présidentielle de 2017, la promesse du candidat de 2012 de fermé les deux très vieux réacteurs de Fessenheim sera-t-elle tenue ?

    Mais la prétendue réduction à 50% de la part du nucléaire en 2025 est une belle entourloupe, car rien de sérieux n’est entrepris pour cela.

    Une bonne analyse ici :
    http://energeia.voila.net/nucle/ambiguite_nucleaire.htm

    Car combien d’électricité nucléaire, renouvelable, fossile en 2025 ? Rien n’est indiqué à ce sujet.

    Si 40% d’électricité est indiquée pour 2030, encore faudrait-il faire un effort sérieux en ce sens, quel sera le pourcentage en 2025 ?

    Répondre
  • 50% de nucléaire en 2025, vu l’évolution de la consommation, ça va revenir grosso modo à fermer prématurément un tiers du parc nucléaire actuel.

    Un parc qui est aujourd’hui une véritable usine à cash (permettant à EDF de survivre dans un environnement de prix bas), et produisant une électricité très largement décarbonnée, seule responsable des bons résultats environnementaux français.

    Or fermer ce tiers de parc nucléaire d’ici 2025, une échéance à laquelle la production ENR ne sera assurément pas suffisante pour compenser, ça reviendra à recourir à de la production à base de fossiles, au moins temporairement. Je vous laisse imaginer le prix à payer pour 10-15GW de centrales à gaz qu’on n’utilisera que pendant 5 ou 10 ans, sans parler de la pollution…

    Ensuite 2025, pour une industrie à temps long comme l’énergie, c’est demain. Donc même avec toute la bonne volonté du monde, cette échéance serait impossible à tenir d’un point de vue strictement industriel.

    Et enfin on ferait tout cela… pour des motifs purement idéologiques.

    Autant vous dire que personne de sérieux ne se fait d’illusion : La partie de cette loi concernant le nucléaire a été écrite pour des raisons politiques, pour satisfaire un allié de la majorité parlementaire, et ne sera jamais mis en application.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *