Tibet: la Chine lance son barrage controversé sur le Brahmapoutre - L'EnerGeek Tibet: la Chine lance son barrage controversé sur le Brahmapoutre - L'EnerGeek

Tibet: la Chine lance son barrage controversé sur le Brahmapoutre

brahmapoutre_tibert_photo_So_PPékin a annoncé dimanche 23 novembre la mise en route de son barrage hydroélectrique situé au Tibet, sur la rivière Yarlung Zangbo (également appelé rivière Brahmapoutre dans sa partie indienne). Ce barrage, qui vise à résoudre les problèmes de carence en électricité du Tibet, suscite de nombreuses inquiétudes en Inde et au Bangladesh, pays situés en aval du cours d’eau.

Plus grand ouvrage hydroélectrique du Tibet, construit par la Chine pour un budget de 9,6 milliards de yuans (1,26 milliard d’euros), le barrage hydroélectrique de Brahmapoutre culmine à 3.300 mètres d’altitude, sur les contreforts de l’Himalaya. Lorsque sa construction sera entièrement achevée, à l’horizon 2015, il affichera une puissance de production de 510 MW, et participera à résoudre les problèmes d’approvisionnement électrique qui frappent le Tibet, notamment en hiver.

L’agence de presse Chine Nouvelle a indiqué la mise en marche de la première unité hydroélectrique de ce barrage, une annonce qui préoccupe les pays situés en aval de la rivière Brahmapoutre, cours d’eau qui se trouve dans une région où beaucoup de fleuves asiatiques prennent leur source. Le Brahmapoutre est en effet vital pour des pays comme l’Inde et le Bangladesh, densément peuplés, et dont la fertilité du sol est étroitement liée au débit du fleuve.

Alors que la nation de Gandhi craint une réduction de débit sur son territoire, le Bangladesh, dernier pays traversé par la rivière, s’inquiète des projets hydrauliques développés par l’Inde sur le Brahmapoutre et le Gange.

Consciente des inquiétudes de ses voisins, la Chine a assuré qu’elle conserverait une attitude responsable dans la gestion transfrontalière des ressources hydriques. Se voulant rassurant, un porte-parole du gouvernement a indiqué que la Chine s’assurerait que les pays situés en aval du Brahmapoutre ne soient pas lésés et ne subissent aucune conséquence négative.

« Les centrales hydroélectriques que construit la Chine n’affecteront pas la prévention des risques d’inondations et le système écologique des zones en aval », a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Crédit photo : So_P

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Si l'actuel gouvernement polonais n'hésite pas à consacrer le charbon comme une richesse nationale, première source d'énergie du pays, ses effets indésirables sur l'environnement et la population sont aujourd'hui de plus en plus visibles. Devenu monnaie courante pour l'ensemble des…
jeu 7 Juil 2016
Cet été, l’espace EDF Truyère ainsi que la centrale hydroélectrique de Montézic ouvrent leurs portes au public. La visite de ces installations, proposée gratuitement, permet à ceux qui le désirent de découvrir en profondeur les rouages de l'hydroélectricité, et contribue à…
mer 11 Jan 2017
Selon les chiffres du baromètre de l'association Observ'ER, publiés mardi 10 janvier, la France comptait fin 2016 plus de 46 gigawatts de capacités de production d'électricité à partir d'énergies renouvelables. Une capacité totale en progression donc, mais qui reste malgré…
jeu 22 Jan 2015
Selon une étude publiée par Terna, entreprise italienne de transport d'électricité, les installations photovoltaïques implantées en Italie auraient généré un volume record de 23.299 GWh d'électricité propre en 2014. Selon le bilan préliminaire du secteur électrique italien, l'énergie solaire aurait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *