Tibet: la Chine lance son barrage controversé sur le Brahmapoutre - L'EnerGeek Tibet: la Chine lance son barrage controversé sur le Brahmapoutre - L'EnerGeek

Tibet: la Chine lance son barrage controversé sur le Brahmapoutre

brahmapoutre_tibert_photo_So_PPékin a annoncé dimanche 23 novembre la mise en route de son barrage hydroélectrique situé au Tibet, sur la rivière Yarlung Zangbo (également appelé rivière Brahmapoutre dans sa partie indienne). Ce barrage, qui vise à résoudre les problèmes de carence en électricité du Tibet, suscite de nombreuses inquiétudes en Inde et au Bangladesh, pays situés en aval du cours d’eau.

Plus grand ouvrage hydroélectrique du Tibet, construit par la Chine pour un budget de 9,6 milliards de yuans (1,26 milliard d’euros), le barrage hydroélectrique de Brahmapoutre culmine à 3.300 mètres d’altitude, sur les contreforts de l’Himalaya. Lorsque sa construction sera entièrement achevée, à l’horizon 2015, il affichera une puissance de production de 510 MW, et participera à résoudre les problèmes d’approvisionnement électrique qui frappent le Tibet, notamment en hiver.

L’agence de presse Chine Nouvelle a indiqué la mise en marche de la première unité hydroélectrique de ce barrage, une annonce qui préoccupe les pays situés en aval de la rivière Brahmapoutre, cours d’eau qui se trouve dans une région où beaucoup de fleuves asiatiques prennent leur source. Le Brahmapoutre est en effet vital pour des pays comme l’Inde et le Bangladesh, densément peuplés, et dont la fertilité du sol est étroitement liée au débit du fleuve.

Alors que la nation de Gandhi craint une réduction de débit sur son territoire, le Bangladesh, dernier pays traversé par la rivière, s’inquiète des projets hydrauliques développés par l’Inde sur le Brahmapoutre et le Gange.

Consciente des inquiétudes de ses voisins, la Chine a assuré qu’elle conserverait une attitude responsable dans la gestion transfrontalière des ressources hydriques. Se voulant rassurant, un porte-parole du gouvernement a indiqué que la Chine s’assurerait que les pays situés en aval du Brahmapoutre ne soient pas lésés et ne subissent aucune conséquence négative.

« Les centrales hydroélectriques que construit la Chine n’affecteront pas la prévention des risques d’inondations et le système écologique des zones en aval », a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Crédit photo : So_P

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 17 Août 2016
Un peu plus de deux ans après la création du Centre Régional d’e-Exploitation (CREEX) de l’unité de production Est hydraulique d’EDF, Le Périscope dresse un premier bilan de son activité. En interrogeant la responsable du site, Valérie Bauman, le média…
mar 11 Fév 2014
Les sociétés DCNS et Nass & Wind ont annoncé le report de la construction de leur prototype d’éolienne flottante appelé Winflo. L’aérogénérateur d’une puissance d’1 mégawatt (MW) devait être installé au large de Croisic (Loire-Atlantique) à la fin de l’année. A l'heure…
mar 12 Jan 2016
Alors que la lutte contre le réchauffement climatique est devenue l'objectif de l'ensemble de la communauté internationale, l’Algérie contribue activement à la transition énergétique. Le pays qui dispose pourtant d’importantes réserves d’hydrocarbures veut désormais développer l’industrie photovoltaïque pour assurer sa production…
ven 27 Jan 2017
On n’a jamais autant parlé de transition énergétique que depuis la COP 21. Pourtant, même si les français sont globalement favorables aux énergies alternatives, l’engouement pour ces dernières est quelque peu retombé ces dernières années. Notamment pour le photovoltaïque, dont le marché a…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *