Tibet: la Chine lance son barrage controversé sur le Brahmapoutre - L'EnerGeek

Tibet: la Chine lance son barrage controversé sur le Brahmapoutre

brahmapoutre_tibert_photo_So_PPékin a annoncé dimanche 23 novembre la mise en route de son barrage hydroélectrique situé au Tibet, sur la rivière Yarlung Zangbo (également appelé rivière Brahmapoutre dans sa partie indienne). Ce barrage, qui vise à résoudre les problèmes de carence en électricité du Tibet, suscite de nombreuses inquiétudes en Inde et au Bangladesh, pays situés en aval du cours d’eau.

Plus grand ouvrage hydroélectrique du Tibet, construit par la Chine pour un budget de 9,6 milliards de yuans (1,26 milliard d’euros), le barrage hydroélectrique de Brahmapoutre culmine à 3.300 mètres d’altitude, sur les contreforts de l’Himalaya. Lorsque sa construction sera entièrement achevée, à l’horizon 2015, il affichera une puissance de production de 510 MW, et participera à résoudre les problèmes d’approvisionnement électrique qui frappent le Tibet, notamment en hiver.

L’agence de presse Chine Nouvelle a indiqué la mise en marche de la première unité hydroélectrique de ce barrage, une annonce qui préoccupe les pays situés en aval de la rivière Brahmapoutre, cours d’eau qui se trouve dans une région où beaucoup de fleuves asiatiques prennent leur source. Le Brahmapoutre est en effet vital pour des pays comme l’Inde et le Bangladesh, densément peuplés, et dont la fertilité du sol est étroitement liée au débit du fleuve.

Alors que la nation de Gandhi craint une réduction de débit sur son territoire, le Bangladesh, dernier pays traversé par la rivière, s’inquiète des projets hydrauliques développés par l’Inde sur le Brahmapoutre et le Gange.

Consciente des inquiétudes de ses voisins, la Chine a assuré qu’elle conserverait une attitude responsable dans la gestion transfrontalière des ressources hydriques. Se voulant rassurant, un porte-parole du gouvernement a indiqué que la Chine s’assurerait que les pays situés en aval du Brahmapoutre ne soient pas lésés et ne subissent aucune conséquence négative.

“Les centrales hydroélectriques que construit la Chine n’affecteront pas la prévention des risques d’inondations et le système écologique des zones en aval”, a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Crédit photo : So_P

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 22 Juin 2017
Souhaitant devenir à moyen un terme un acteur majeur de la transition énergétique centré sur les énergies peu émettrices de CO2, le groupe français Engie s’est engagé, jeudi 15 juin 2017, auprès de l’Alliance mondiale des solutions efficientes fondée par…
mar 17 Sep 2013
EDF continue de développer son activité éolienne en Amérique du Nord. Alors que l’électricien vient d’achever la moitié d’un programme portant sur plus de 1.000 MW au Québec, une filiale américaine du groupe (EDF Renewable Energy) annonce avoir passé un…
lun 4 Fév 2013
Vendredi, le PDG du groupe Alstom Patrick Kron vient d’inaugurer le nouveau siège du centre mondial de technologie en hydroélectricité du groupe, à Grenoble.  Ce pôle d’expertise permet de coordonner l’ensemble des activités  de recherche et développement du groupe dans…
mer 15 Jan 2014
Le groupe français Alstom a annoncé jeudi 9 janvier la signature d'un contrat avec la compagnie japonaise Green Power Hamada Corporation. L'accord porte sur "la fourniture, l'installation et la mise en service de 29 éoliennes ECO 74" pour un parc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.