Carburants : le gouvernement autorise la vente à perte - L'EnerGeek

Carburants et pouvoir d’achat : le gouvernement autorise la vente à perte

Carburants et pouvoir d'achat : le gouvernement autorise la vente à perte

Les Français le constatent : les prix des carburants sont repartis à la hausse à la pompe. Depuis la fin du bouclier tarifaire, le plein d’essence coûte cher aux automobilistes. Alors en guise de coup de pouce, le gouvernement donne son feu vert à une nouvelle initiative. Début décembre, les carburants pourront faire l’objet d’une vente à perte.

Elisabeth Borne, favorable à la vente à perte pour les carburants

L’annonce a fait grand bruit dans l’édition du journal Le Parisien du 16 septembre. C’est dans les pages du journal à tirage national qu’Elisabeth Borne a annoncé une mesure très attendue. La première ministre a confirmé que les distributeurs pourront prochainement faire de la vente à perte pour les carburants. “Avec cette mesure inédite, nous aurons des résultats tangibles pour les Français, sans subventionner le carburant.”

La décision est importante dans le contexte économique actuel d’inflation. Durant l’été, les Français ont pu compter sur plusieurs opérations de vente de carburants à prix coûtant pour alléger leur facture. Mais la rentrée a marqué le clap de fin de ces promotions de saison. Or, le gouvernement exclut de remettre en place le bouclier tarifaire.

Les grandes enseignes au premier rang pour les carburants et le pouvoir d’achat

Comme Elisabeth Borne l’a précisé, ce n’est donc pas l’état qui portera le nouvel effort économique sur le prix des carburants. Pour la première fois depuis près de soixante ans, les grandes enseignes auront le droit de vendre leurs carburants à perde. Et elles pourront le faire dès le 1e décembre prochain.

Pour rappel, Leclerc a déjà proposé le carburant à prix coûtant pendant les week-ends de cet été. Et d’autres enseignes de la grande distribution ont également mis en place plusieurs opérations, avec par exemple des bons d’achats pour rembourser une partie des dépenses de carburants.

Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique, a plaidé depuis début septembre pour que les géants de la grande distribution continuent leurs efforts pour rendre plus accessibles les prix des carburants. La mesure à venir devrait donc les encourager à baisser encore leurs prix.

Bercy se félicite, les stations indépendantes s’indignent

La décision d’Elisabeth Borne a trouvé un écho favorable chez son ministre de l’économie. Bruno Le Maire a souligné qu’il s’agissait là d’un bon levier pour “engager tout le monde, l’ensemble des acteurs économiques, dans cette lutte contre l’inflation”. Le ministre de l’économie a également rappelé que l’état ne pouvait pas soutenir seul cette lutte contre l’inflation. Même si parmi l’opposition certains souhaiteraient le retour du bouclier tarifaire, la mesure coûterait trop cher.

Prochaine étape : la loi sur les négociations commerciales entre producteurs et distributeurs sera présentée début octobre prochain. Et elle intègrera la levée de l’interdiction de revente à perte pour les distributeurs de carburants. Il faut que la mesure soit votée pour que le dispositif entre effectivement en vigueur au 1e décembre.

Mais cette perspective ne fait pas que des heureux. Du côté des stations-service indépendantes, on qu’inquiète de l’impossibilité de s’aligner sur les futurs tarifs. Car contrairement aux grandes enseignes, les indépendants n’ont pas les moyens de vendre les carburants à perte. Pour eux, la vente de carburants reste l’activité qui rapporte l’essentiel de leur chiffre d’affaires. Alors que pour les enseignes de grande distribution, les carburants représentent une activité très secondaire après l’alimentation.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 12 Jan 2024
Face à une hausse vertigineuse des prix de l'électricité, l'UFC-Que Choisir lance un appel urgent. Avec une augmentation prévue de 10% dès février 2024, le portefeuille des Français est en péril.     Électricité : une folle hausse des factures…
L'augmentation des prix de l'électricité en février 2024 a secoué les budgets de nombreux Français. Selon une enquête de Rothelec, plus de la moitié des ménages prévoient de réduire encore davantage leur consommation et se tournent de plus en plus…
mer 24 Jan 2024
Les factures de gaz en 2024 pourraient considérablement augmenter en 2024. Alors que le gouvernement s'est promis de réduire la dette publique de l'État, cela pourrait avoir un impact majeur sur les consommateurs.       La dette publique est…
lun 10 Oct 2022
La situation s’aggrave dans les stations-service. Lundi 10 octobre, la CGT a confirmé que le mouvement de grève dans les raffineries de TotalEnergies et ExxonMobil allait continuer.  La veille pourtant, la direction de TotalEnergies avait proposé de négocier immédiatement sur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.