Uranium, rejets thermique, EPR à Fos : la France sur tous les fronts nucléaires - L'EnerGeek

Uranium, rejets thermique, EPR à Fos : la France sur tous les fronts nucléaires

uranium rejets thermique epr fos france sur tous fronts nucleaires - L'Energeek

Ce jeudi 29 juin 2023, la ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna est arrivée en Mongolie pour favoriser, notamment, l’attribution à Orano d’une future mine d’uranium. La veille, un rapport parlementaire a demandé de « mettre à jour les fondements scientifiques justifiant les limites réglementaires des rejets thermiques » des centrales nucléaires. Le même jour, le président Emmanuel Macron évoquait la possible construction d’un EPR sur le port de Fos-Marseille.

Un rapport parlementaire invite à se pencher sur les rejets thermiques des centrales nucléaires

Milieu de semaine très chargé sur le front du nucléaire en France. Le mercredi 28 juin 2023, les députés Patrice Perrot (Renaissance, Nièvre) et René Pilato (LFI Nupes, Charente) ont déposé un rapport parlementaire réclamant de « mettre à jour les fondements scientifiques justifiant les limites réglementaires des rejets thermiques ».

Les centrales nucléaires utilisant un circuit de refroidissement ouvert en bord d’un cours d’eau y captent de l’eau avant de la rendre, réchauffée. La température limite de ces rejets est définie pour chaque centrale, afin de ne pas perturber la faune et la flore. Les deux rapporteurs estiment qu’il est « indispensable de renforcer la résilience du parc nucléaire, en particulier des sites thermosensibles en bord de fleuve ».

Les députés « préconisent également de renforcer les réservoirs de stockage d’effluents » chimiques des centrales, des réservoirs utilisés quand le niveau des fleuves est trop bas, « et d’accélérer la recherche et le développement de systèmes de refroidissement sobres en eau ». Leur objectif est de limiter au maximum les épisodes où une canicule pourrait réduire fortement la disponibilité du parc nucléaire.

Emmanuel Macron veut un EPR2 pour le port de Marseille-Fos-sur-mer

Ce même jour, Emmanuel Macron, en visite au port de Marseille-Fos-sur-mer, a lancé l’idée d’y construire un EPR2, sur la période 2035-2050, afin d’assurer son approvisionnement énergétique. « Il est clair qu’aujourd’hui ce que nous sommes en train de faire, la décarbonation de l’industrie, l’explosion du numérique et les besoins d’électricité vont supposer d’accélérer sur le renouvelable mais aussi sur le nucléaire », a indiqué le président de la République.

« C’est une vraie question qu’il faut se poser. C’est pas une question absurde du tout, c’est un terrain qui a une vocation en la matière, et notamment parce qu’on sait aussi qu’on a un immense sujet de refroidissement des centrales, et les centrales à venir auront vocation à être beaucoup plus près de la mer », ajoute-t-il, invitant à « se poser cette question sans tabou ».

Il reconnaît toutefois que « la loi ne prévoit pas aujourd’hui de développer des EPR hors des sites existant » et que Marseille-Fos ne dispose pas de centrale nucléaire. Le maire PS de Marseille, Benoît Payan, a présenté d’autres objections : « on est en zone submersible, en zone sismique, s’il y a un endroit en France où on ne pourra pas faire un EPR, c’est à Marseille ».

Catherine Colonna en VRP de l’uranium pour Orano en Mongolie

Le jeudi 29 juin 2023, Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des Affaire étrangères, est arrivée à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, pour un voyage de deux jours, qui fait suite à celui d’Emmanuel Macron le mois dernier.

Une source diplomatique a indiqué que l’un des objets de cette visite était un projet « majeur qui vise à exploiter des mines d’uranium ». Le groupe français Orano est en effet sur les rangs pour obtenir la concession d’un projet d’extraction de l’uranium qui n’a pas encore reçu l’aval du gouvernement.

Ce projet, estimé à plus d’un milliard d’euros, « doit permettre d’extraire une quantité importante d’uranium et de renforcer l’autonomie stratégique » de la France, selon cette source. Elle a indiqué que le groupe français disposait de l’expertise technique pour mener de tels projets, dans une optique de développement durable et d’inclusion des populations locales.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 30 Sep 2022
Actuellement chargé des opérations internationales chez Schneider Electric, Luc Rémont devrait prendre la succession de Jean-Bernard Lévy à la tête d’EDF. La passation de pouvoir est prévue pour le printemps prochain.  En attendant, d’après le Figaro, Luc Rémont a été…
Enedis serait en train de préparer une réforme du système des heures creuses à la demande de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), afin d'alléger le réseau électrique public et de l'adapter à la production d'électricité produite à partir…
mar 8 Nov 2022
Quel est le bon prix pour les actions d’EDF ? Selon plusieurs fonds américains, il serait plus proche des 15 euros, que des 12 euros proposés par le gouvernement français dans le cadre du plan de nationalisation d'EDF.   15,80…
lun 8 Jan 2024
La France s'engage dans une ambitieuse expansion de son parc nucléaire. Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, confirme que les six nouveaux réacteurs EPR ne sont qu'un début. Huit autres sont prévus ! Réacteurs EPR : Pannier-Runacher plus ambitieuse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.