Renouvelables : vers de nouveaux records d’implantation en 2023 et 2024 - L'EnerGeek

Renouvelables : vers de nouveaux records d’implantation en 2023 et 2024

renouvelables vers nouveaux records implantation en 2023 2024 - L'Energeek

Un rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), rendu public le 1er juin 2023, annonce de nouveaux records de mise en service de centrales renouvelables en 2023, et plus encore en 2024. Le solaire, essentiellement photovoltaïque, va poursuivre sa hausse vertigineuse. L’éolien, après deux années en demi-teinte, devrait connaître un net rebond en 2023, voire en 2024 : au-delà, les questions réglementaires et d’approvisionnement pourraient entraver son développement.

Les renouvelables ont toujours le vent en poupe

Les renouvelables poursuivent leur marche en avant, portés par un photovoltaïque en plein boom, et un éolien en plein rebond : telles sont les conclusions du dernier rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), publié ce 1er juin 2023.

« Les ajouts mondiaux de capacités d’énergie renouvelable devraient bondir d’un tiers cette année en raison du soutien politique croissant, de la hausse des prix des combustibles fossiles et des préoccupations en matière de sécurité énergétique », peut-on lire dans le rapport.

Les experts estiment que les renouvelables devraient disposer, au niveau mondial, de 4 500 GW de puissance installée fin 2024, l’équivalent des parcs électriques combinés de la Chine et des États-Unis (même si les rendements et la disponibilité relativement faibles de l’éolien et du photovoltaïque rendent une telle comparaison hasardeuse).

Le photovoltaïque en plein boom, l’éolien rebondit

Par type d’énergie, le photovoltaïque confirme son rôle de leader des nouvelles capacités installées, avec deux-tiers du total pour 2023, une tendance qui devrait se confirmer en 2024. Le secteur profite à la fois d’un déploiement massif de centrales de grande taille, notamment dans les région à fort ensoleillement, et d’une croissance des « systèmes plus petits », comme les installations en toitures pour des particuliers et des organisations privées et publiques.

La flambée des prix de l’électricité, en 2022, a poussé à ce type d’installations, afin de réduire les factures énergétiques. L’éolien devrait quant à lui connaître un net rebond, après une période morose, consécutive à la crise sanitaire du Covid-19, qui a vu un net ralentissement de sa croissance, au niveau mondial.

L’AIE prévoit ainsi une hausse des nouvelles capacités éoliennes installées de 70 % entre 2022 et 2023, un retour de flamme en trompe-l’œil, car cette hausse est, selon l’agence, « principalement due à l’achèvement de projets qui avaient été retardés » – notamment à cause des restrictions liées au Covid-19 en Chine.

La filière éolienne pourrait donc connaître un nouveau trou d’air dès 2024 ou 2025. Le maintient d’une forte croissance dépendra notamment de la capacité des États à résoudre les soucis d’autorisation d’implantation. De plus, souligne l’AIE, contrairement au photovoltaïque, « les chaînes d’approvisionnement des éoliennes ne se développent pas assez vite pour répondre à l’accélération de la demande à moyen terme », notamment à cause d’une hausse des prix des matières premières.

Par pays, la Chine reste le leader incontestable du développement des renouvelables, avec près de la moitié des nouvelles capacités installées en 2022, une proportion qui devrait encore augmenter en 2023 : « d’ici 2024, la part du pays devrait atteindre une part record de 55% du déploiement mondial annuel », estime même l’AIE.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
L'augmentation des prix de l'électricité en février 2024 a secoué les budgets de nombreux Français. Selon une enquête de Rothelec, plus de la moitié des ménages prévoient de réduire encore davantage leur consommation et se tournent de plus en plus…
mer 10 Avr 2024
Les énergies renouvelables sont un enjeu croissant partout en France. Reste la question du financement. Pour faire sortir des projets, le géant mondial BlackRock vient prendre le contrôle de Renner Énergies. Il est prêt à investir plusieurs centaines de millions…
lun 16 Nov 2020
Encouragé par les nouvelles réglementations environnementales, le secteur de la construction opère une transition progressive vers des procédés plus durables, et donc moins dépendants des énergies fossiles. En France comme en Europe, l’heure est désormais au bâtiment bas carbone. Comme…
mer 13 Déc 2023
Une alliance inédite voit le jour, pour réduire l'émission de CO2 des routes. Des acteurs publics et privés, guidés par des experts, s'unissent pour un objectif commun.           Un mélange d'acteurs de secteurs privés et d'acteurs…

COMMENTAIRES

  • C’est une évidence, sauf en France où se trouvent une masse anormalement élevée d’ignorants qui croit que le nucléaire sauvera notre monde

    Répondre
  • Le futur en France sera constitué de nucléaire ET d’EnR. Mais comme hormis Flamanville 3, pas de nucléaire nouveau en France avant 2035 si tout va bien , il faut accélérer les EnR dès maintenant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.