La Russie annonce l’arrestation de saboteurs ukrainiens qui auraient visé des centrales nucléaires - L'EnerGeek

La Russie annonce l’arrestation de saboteurs ukrainiens qui auraient visé des centrales nucléaires

russie annonce arrestation saboteurs ukrainiens qui visaient centrales nucleaires - L'Energeek

Les services de sécurité russe (FSB, héritier du KGB) ont annoncé, le 25 mai, avoir arrêté deux saboteurs ukrainiens, membres des services secrets extérieurs , et leurs complices, impliqués dans des attaques contre des centrales nucléaires russes. Un autre membre du groupe de sabotage serait activement recherché.

L’ex-KGB aurait arrêté deux saboteurs ukrainiens, pour avoir attaqué les lignes d’alimentation de deux centrales nucléaires russes

Début mai 2023, à quelques jours de la « Journée de la Victoire » sur l’Allemagne nazie, la Russie a été le théâtre d’une série d’attentats et de sabotages, attribués à l’Ukraine, cherchant à déstabiliser Moscou. Parmi les actions les plus spectaculaires figuraient le déraillement de deux trains de marchandises et l’incendie d’un dépôt de pétrole, attaqué par un drone.

Une ligne à haute tension avait également été endommagée dans la région de Leningrad. Si, à l’époque, les autorités russes n’avaient donné aucune précision sur la nature de cette attaque, un communiqué officiel, publié ce 25 mai 2023, indique que ce sabotage faisait partie d’un plan plus large, visant les centrales nucléaires russes de Léningrad et de Kalinine, dans le nord-ouest du pays.

« Un groupe de sabotage du Service de renseignement extérieur ukrainien (…) a tenté de faire exploser une trentaine de lignes d’alimentation électrique des centrales nucléaires de Léningrad et de Kalinine », précisent ainsi les service de sécurité intérieure russes (FSB, héritier direct du KGB). Le but des saboteurs était, selon le FSB, d’arrêter les réacteurs nucléaires ou, a minima, d’en perturber fortement le fonctionnement, pour toucher ainsi « l’économie et la réputation de la Russie ».

Quatre arrestations, et un avis de recherche

Le FSB précise que les saboteurs « ont réussi à faire exploser le pylône d’une ligne à haute tension et à déposer des mines au pied de quatre autres lignes à haute tension de la centrale nucléaire de Léningrad ». Des explosifs auraient également été installés sur sept pylônes de lignes à haute tension de la centrale de Kalinine. En creux, cela indiquerait qu’une seule bombe aurait explosé, sur toutes celles qui ont été installées.

Le FSB indique également avoir arrêté deux « citoyens ukrainiens, Alexandre Maïstrouk, né en 1978 (…), et Edouard Oussatenko, né en 1974 », accusé d’avoir organisé et réalisé l’opération, qui risquent jusqu’à 20 ans de prison, ainsi que « deux complices russes des saboteurs ». Les autorités russes ont également lancé un avis de recherche contre un troisième suspect, Iouri Kichtchak, un Russo-ukrainien né en 1963. Le FSB aurait saisi, en tout, 36,5 kilos d’explosifs et une soixantaine de détonateurs.

S’il est acquis que l’Ukraine a bien mené une vague de sabotage en Russie début mai 2023 et si l’arrestation ne fait, formellement, que peu de doutes, l’annonce du FSB doit, comme toutes les communications officielles de Moscou, être prise avec des pincettes, le Kremlin étant passé maître dans l’art d’allumer des contre-feux et d’occuper le terrain médiatique.

Rédigé par : la-redaction

La Redaction
Elon Musk, la figure emblématique derrière Tesla et SpaceX, a récemment secoué la sphère publique par une prédiction : une pénurie mondiale d'électricité dès 2025. Lors de la prestigieuse conférence Bosch Connected World, le PDG de Tesla a partagé ses…
jeu 18 Jan 2024
En 2023, la France a très bien exporté son électricité en Europe, reprenant même la tête du classement. Une belle remontée, après une année 2022 très difficile de son parc nucléaire.         Exportation d'électricité : la France…
ven 3 Fév 2023
Un « Conseil de Politique Nucléaire » se tenait vendredi 3 février à l’Élysée, sous la présidence d’Emmanuel Macron. Objectif : relancer la filière, et planifier à long terme. Un an après le discours de Belfort, ou le chef de l’Etat…
mer 8 Nov 2023
À l'approche de l'hiver, la question de la sécurité énergétique en France prend une tournure rassurante. Les dernières analyses de RTE (Réseau de Transport d'Électricité) prévoient un hiver 2023-2024 sous de meilleurs auspices que le précédent, avec un risque de…

COMMENTAIRES

  • Un risque qui n’a pas été pris en considération quand les réacteurs ont été construits
    Il s’y ajoute aussi les risques naturels autrefois inconnu et que le changement climatique va nous faire découvrir.
    Le risque n’était qu’un assez modeste argument contre le nucléaire, mais il va prendre une place de plus en plus importante, dans le contre-argumentaire mais aussi dans la réalité !

    https://www.editions-complicites.fr/pages-auteurs/serge-rochain/

    Répondre
  • Svp parlez nous des centrales au thorium préconisée des années 50 je crois – et de nikolas tesla et de l’énergie libre. Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.