Renationalisation d'EDF : avis favorable du conseil d'administration

Renationalisation d’EDF : avis favorable du conseil d’administration

Renationalisation d'EDF : avis favorable du conseil d'administration

Jeudi 27 octobre, le conseil d’administration d’EDF s’est prononcé sur le projet de renationalisation. Le conseil a émis un avis favorable. Il reste à déterminer le prix de vente des actions. Car le conseil d’administration d’EDF attend un prix “équitable” validé par des experts indépendants.

Feu vert pour la renationalisation d’EDF

Dans le contexte de la crise énergétique, la renationalisation d’EDF est un sujet crucial. L’énergéticien français devrait être racheté par l’état français. Mais le délai de l’opération dépendra en premier lieu de l’accord financier qui reste à trouver avec les actionnaires d’EDF.

C’est pour avancer sur le sujet que le conseil d’administration d’EDF s’est réuni hier, jeudi 27 octobre. Le conseil a soumis au vote le projet de renationalisation d’EDF. Et il a conclut a un avis favorable. Le conseil d’administration s’est prononcé sur l’offre publique d’achat, qu’il a jugé être “conforme aux intérêts” de l’entreprise et de ses actionnaires.

Un expert indépendant pour un prix “équitable” des actions

Dans ses recommandations, le conseil d’administration d’EDF estime que la renationalisation doit s’opérer avec un prix “équitable” pour les actions de l’entreprise. Il ne s’agit pas pour les actionnaires de brader leurs actions. Et l’état doit prendre en compte dans son offre de rachat la valeur réelle de l’entreprise.

C’est pourquoi un expert indépendant a soumis une recommandation au sujet du prix de vente. L’état français a déjà avancé ses pions sur le sujet. En effet, il a proposé un prix de 12 euros par action dans son offre de début octobre.
Renationalisation d’EDF : une opération à 9,7 milliards d’euros minimum pour l’état français

Pour mener à bien l’opération financière, l’état français doit se porter acquéreur des 16% de capital qu’il ne détient pas encore. Le 4 octobre, l’Autorité des Marchés financiers (AMF) avait validé l’offre de rachat au prix de 12 euros par action. Dans cette hypothèse, le coût global de la renationalisation d’EDF serait de 9,7 milliards d’euros pour l’état français.

Mais pour que l’offre de rachat puisse avancer, il faudra trouver un compromis sur le montant des actions. Il faudra désormais attendre la préconisation de l’expert indépendant pour que les négociations se concrétisent.

Le rachat des obligations océanes, également dans la balance

Et le rachat des actions d’EDF n’est pas le seul sujet à négocier. Car de nombreux actionnaires d’EDF possèdent également des obligations océanes. Ces actions convertibles sont échangeables en actions. Et elles doivent aussi être rachetées par l’état français dans le cadre du projet de renationalisation d’EDF.

L’état a déjà fait une offre pour racheter les obligations océanes qu’il ne possède pas encore. Et son offre est de 15,52€ par obligation. Pour que le rachat soit validé, il faudra là aussi trouver un terrain d’entente avec les actionnaires.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
En remplacement de Nicolas Hulot, démissionnaire, le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, a été nommé mardi 4 septembre 2018 par l’Elysée, ministre de la Transition écologique et solidaire. Un choix de raison de la part du gouvernement qui…
mer 29 Juin 2022
Ce 28 juin 2022, la société énergétique de Tchéquie ČEZ a signé un contrat avec l’américain Westinghouse et le français Framatome pour la livraison d’assemblages de combustible destinés à la centrale nucléaire de Temelín, à partir de 2024, en remplaçant…
mer 25 Oct 2017
Après plusieurs mois de débats nationaux sur la suite à donner à son industrie nucléaire, la Corée du Sud a finalement opté pour une prolongation des chantiers en cours. Séoul a annoncé, vendredi 20 octobre 2017, sa décision de terminer…
ven 13 Nov 2015
La Finlande a finalement autorisé la construction du premier site de stockage "éternel" de déchets nucléaires au monde. Réalisé par l’entreprise Posiva, ce site pourra conserver les combustibles usagés pendant 100.000 ans, à proximité de l’EPR d’Olkiluoto. (suite…)

COMMENTAIRES

  • Avis du conseil d’administration ? Come s’il y avait une alternative….?
    La faillite ou la nationalisation ! Et pour l’avenir …le nucléaire c’est la faillite assurée de ….. la France !

    Répondre
  • Un peu dur Rochain. Mais que diable si EDF ne sait pas construire des EPR il faut passer vers un autre produit surtout qu’il va falloir reconstruire 30GW soit presque 18 EPR

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.