G7 : la France plaide pour un prix maximum du pétrole - L'EnerGeek

G7 : la France plaide pour un prix maximum du pétrole

G7 : la France plaide pour un prix maximum du pétrole

Les dirigeants des pays du G7 sont réunis jusqu’à mardi en Allemagne. Sans surprise, les prix de l’énergie sont au coeur des discussions. Et les pays membres doivent en particulier discuter de mesures pour mieux encadrer les prix du pétrole. Dans un contexte toujours aussi instable, la France plaide pour la mise en place d’un prix maximum du pétrole. Une solution loin de faire l’unanimité.

La crise de l’énergie s’invite au programme du G7

Ce sera le sujet incontournable du sommet du G7 en Allemagne : la crise de l’énergie n’en finit pas. Et pour l’instant, les dirigeants peinent à mettre en place des solutions alternatives pérennes. La sécurité de l’approvisionnement et l’envolée des prix inquiètent les consommateurs de tous les pays. Or, les différents gouvernements ont mis en place des mesures temporaires en faveur du pouvoir d’achat. Mais certains états réclament désormais des mesures plus durables.

En matière du contrôle des prix du pétrole, la France plaide pour un encadrement plus strict. Son idée : la mise en place d’un prix maximum au niveau des pays producteurs de pétrole. L’Elysée a présenté son idée d’un prix maximum du pétrole dimanche 26 juin, en marge du G7. Pour Paris, il s’agit d’une priorité pour lutter efficacement contre l’envolée des prix de l’essence. “C’est ce qu’il faut qu’on réengage dans la discussion avec l’Opep+, et avec tous les producteurs de pétrole du monde”.

Pour que la mesure entre en vigueur, il faudrait que l’Opep+ s’engage à ne pas dépasser un prix plafond pour le pétrole. Et que ce prix soit acceptable pour les pays du G7. Mais encore faut-il que tous les pays se mettent d’accord sur cette mesure.

Les Etats-Unis favorables à un prix maximum du pétrole chez les pays consommateurs

Washington aussi est favorable à un prix plafond du pétrole. Mais l’administration américaine défend une proposition différente. Elle souhaite que le prix maximum du pétrole soit fixé au sein de chaque état. Ce serait donc les pays consommateurs, et non les pays producteurs de pétrole, qui décideraient de cette mesure.

Pour la Maison Blanche, cette mesure devient d’autant plus urgente que l’administration démocrate fait face à la gronde américaine face à l’envolée des prix de l’énergie. Le président Joe Biden est critiqué dans son propre camp pour ses mesures jugées insuffisantes. La semaine dernière, le président américain a annoncé la suspension temporaire de la taxe fédérale sur les prix de l’essence. Un geste qui ne semble pas être suffisant pour apaiser les inquiétudes des consommateurs américains.

Mais pour concrétiser la mesure proposée par les Etats-Unis, il faudra d’abord convaincre les autres pays membres du G7. Or, les discussions annoncées pour aujourd’hui et demain risquent de s’avérer compliquées. Paris défend l’idée d’un plafonnement de la part des pays producteurs. Et l’Allemagne juge qu’une mesure état par état sera trop complexe à mettre en oeuvre. Il n’est donc pas certain qu’une décision soit prise à la fin de ce sommet du G7.

Paris veut anticiper l’hiver 2022

En l’état actuel, il est difficile de dire si les pays du G7 parviendront à une stratégie alignée sur l’encadrement du prix du pétrole. De plus, le pétrole n’est pas la seule source d’énergie qui nécessiterait un meilleur encadrement. Le gaz est également concerné par la hausse des prix. Et pour l’instant, les discussions ne sont pas ouvertes pour mettre en place un prix plafond sur le gaz.

Paris n’a pas attendu les décisions du G7 pour anticiper sur ses futurs besoins en énergie. Dès à présent, l’Elysée souhaite envisager plusieurs solutions pour couvrir les besoins en énergie de l’hiver prochain. Dimanche 26 juin, le ministère de la transition écologique et solidaire a ainsi confirmé le redémarrage “à titre conservatoire” de la centrale à charbon de Saint-Avold, fermée en mars dernier.

La mesure risque de faire bondir les mouvements écologistes. Elle illustre surtout le besoin d’agilité et de diversité des sources d’approvisionnement énergétiques. Le gouvernement français veut faire de la sécurité de l’approvisionnement énergétique une priorité. Entre la crise en Ukraine et la question de la disponibilité du parc nucléaire, le charbon s’impose comme un joker qui pourrait s’avérer bien utile pour passer l’hiver.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 21 Avr 2021
Dans son Global Energy Review, publié ce 20 mars 2021, l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) tire à nouveau le signal d'alarme : après un recul en 2020, pour cause de pandémie mondiale, la consommation d'énergies fossiles devrait repartir fortement à…
mer 19 Juin 2019
L'Afrique du Sud va comparaître devant la justice à cause de la mauvaise qualité de l'air. L'action en justice vient d'être lancée, le 7 juin 2019, par deux associations de défense de l'environnement. Elles reprochent au gouvernement d'avoir violé le…
mer 15 Fév 2017
A la suite de la mise en application de l'accord de réduction de la production signé en décembre par les pays membres de l'Opep et certains pays non membres, l'offre mondiale de pétrole a diminué de manière significative au mois…
lun 16 Nov 2020
Encouragé par les nouvelles réglementations environnementales, le secteur de la construction opère une transition progressive vers des procédés plus durables, et donc moins dépendants des énergies fossiles. En France comme en Europe, l’heure est désormais au bâtiment bas carbone. Comme…

COMMENTAIRES

  • Réponse des saoudiens et des russes aux débiles congénitaux:
    Pas de problème pour vous faire un prix max sur le pétrole et ça sera 2000 dollars le baril.

    En attendant, démerdez vous avec vos eoliennes et vos panneaux solaires….

    Répondre
  • Quelle vision mon ami, il est sûr que le PV et l’éolien sont les énergies de demain, pas le choix autrement. Ah ! si , un peu de nucléaire si on sait encore le dimensionner et le construire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.