France : les employeurs de l’énergie refusent de négocier sur les salaires - L'EnerGeek

France : les employeurs de l’énergie refusent de négocier sur les salaires

france employeurs energie refusent negocier salaires - L'Energeek

Les salariés de l’énergie continuent leur mouvement social de grande ampleur pour réclamer des revalorisation salariales – des agents de RTE sont notamment en grève depuis trois mois. Ils avaient exigé de leurs employeurs une journée de négociation sur les salaires ce 9 juin 2022, qui a été refusée, repoussant d’éventuellement discussion après le 20 juin 2022.

Les employeurs de l’énergie refusent de mettre les salaires à l’ordre du jour de la réunion de branche

La grogne est toujours aussi vive chez les salariés de l’énergie, qui réclament des revalorisations de salaires. Ce 2 juin 2022, ils ont ainsi mené une journée de grève nationale, à l’appel de l’interfédérale syndicale réunissant les quatre principales fédérations de l’énergie, (FNEM-FO, FNME-CGT, CFE-Energies et CFDT Chimie-énergie).

35% des effectifs présents des industries électriques et gazières (IEG) ont ce jour-là suivi le mouvement de grève, rejoignant les salariés de RTE, en grève depuis trois mois. Cette journée a été le théâtre de plusieurs coupures de courant d’importance (85 000 foyers à Béthune, 175 000 à Angers), décidée par les salariés de base, puisque les syndicats n’ont pas appelé à de telles actions, contre lesquelles la direction de RTE entend porter plainte systématiquement.

L’interfédérale avait par la suite appelé à mettre « la question du salaire national de base » à l’ordre du jour de la réunion de branche prévue ce jeudi 9 juin 2022. Mais, à l’ouverture de la réunion, les employeurs de l’énergie ont indiqué qu’il refusait toute négociation sur les salaires, et qu’ils repoussaient au-delà des élections législatives, c’est à dire au 20 juin, toute discussion sur le sujet.

Colère des syndicats de l’énergie

En réaction, les syndicats auraient immédiatement quitté la réunion. « Il y a un refus officiel des employeurs d’ouvrir la négo sur le salaire national de base en séance », a indiqué à l’AFP Fabrice Coudour, secrétaire fédéral de la FNME-CGT, dénonçant une « posture » des employeurs « incompréhensible et méprisante mais surtout complètement irresponsable ».

« Il nous a été précisé que le 20 juin ne serait pas une séance de négociations, mais une réunion de travail sur le sujet, donc on continue à repousser de loin en loin une éventuelle ouverture de négociations », a pointé Stéphane Chérigié, de la CFE-Energie.

« On a un calendrier qui n’inspire pas confiance, puisque la branche a annoncé des négos à partir du 20 juin jusqu’au 8 juillet, ce qui sous-entend que ça va se finir début juillet, période de congés qui démarre, ils essayent de se mettre à l’abri des mobilisations éventuelles », dénonce Francis Casanova, de la CGT de RTE, à la pointe de la mobilisation.

Pour protester contre ce refus, des agents Enedis ont immédiatement coupé l’électricité de la mairie de Tourcoing, fief du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 26 Déc 2023
L'ombre d'une crise énergétique majeure plane sur l'Amérique du Nord. Selon un rapport de la North American Electric Reliability Corporation (NERC), plus de 300 millions d'habitants aux États-Unis et au Canada pourraient être confrontés à des pénuries d'électricité d'ici à…
ven 20 Oct 2023
Face à un ralentissement inattendu de la 5G, le géant des télécoms Nokia prend une décision radicale : jusqu’à 14 000 postes sont menacés. Nokia : bénéfices en chute libre de 69 % par rapport à 2022 La scène technologique…
    L'UE persiste et signe : la France doit impérativement rehausser ses objectifs concernant les énergies renouvelables. C'est ce qu'à une nouvelle fois demandé la commissaire européenne à l'énergie, Kadri Simson, lors de son discours devant la Commission de…
jeu 20 Mai 2021
La mise en service de la centrale électrique du Larivot, qui répond à la nécessité de sécuriser l’approvisionnement électrique de la Guyane, département français où la demande énergétique devrait croître à une cadence d’environ 3 % par an dans les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.