Bilan électrique 2021 de la France : les chiffres de RTE - L'EnerGeek

Bilan électrique 2021 de la France : les chiffres de RTE

Jeudi 24 février, RTE a publié les chiffres du bilan électrique de la France pour 2021. Le gestionnaire de réseau fait notamment le point sur la part d’énergies renouvelables dans le mix électrique national. Il observe aussi les nouvelles tendances au lendemain de la crise sanitaire, à l’heure du fort rebond de la consommation d’énergie.

France : la consommation électrique repart à la hausse

Le bilan électrique 2020 de la France avait été chahuté par la crise sanitaire. Elle avait bousculé les habitudes de consommation d’électricité dans l’Hexagone, avec une industrie ralentie et une plus forte consommation des foyers. L’année 2021 s’inscrit elle aussi dans un contexte particulier. Au lendemain de la crise sanitaire, RTE observe un rebond de la consommation électrique : +1,7% par rapport à 2021. Le secteur industriel à lui seul voit sa consommation électrique progresser de +8% en 2021. L’augmentation est particulièrement marquée dans la filière de la sidérurgie : sa consommation électrique augmente de +20% sur l’année.

92% d’électricité décarbonée en 2021

Dans son rapport, RTE se félicité du verdissement du mix électrique national. Le gestionnaire de réseau précise que la production d’électricité tricolore provient pour plus de 92% de sources qui n’émettent pas de gaz à effet de serre. “L’intensité carbone du mix électrique français demeure donc l’une des plus faible du monde.” Le rapport RTE annoncé une intensité carbone de 36 gCO2/kWh. C’est 6 fois moins que la moyenne européenne.

Dans le détail, le mix électrique français 2021 se répartit avec 69% de nucléaire, 12% d’hydraulique, 7% de thermique fossile, 7% d’éolien, 3% de solaire et 2% de thermique renouvelable. Si RTE observe un léger recul de la part des ENR (22,5% en 2021 contre 24,2% en 2020), le gestionnaire de réseau précise que ce décalage s’explique par la consommation particulièrement basse en 2020, qui avait coïncidé avec “une bonne disponibilité de l’hydraulique et de l’énergie éolienne”.

Autre ombre au tableau : la hausse des prix du gaz sur la fin d’année 2021 ont entraîné “un recours plus fréquent aux centrales à charbon” au détriment de celles à gaz. RTE observe ainsi une hausse de 2,3 TWh d’électricité produite par les centrales à charbon françaises en 2021 par rapport à l’année de référence 2019.

La production nucléaire française repart à la hausse

En 2021, RTE a observé un rebond de la production électrique issue du nucléaire. Sa part progresse de +8% par rapport à 2020. Au global de l’année, la capacité disponible a été plus élevée de 2,5 GW par rapport à 2020. Mais RTE nuance cette moyenne annuelle par une faible disponibilité observée en fin d’année. La crise sanitaire a bouleversé le calendrier de maintenance d’EDF. Et plusieurs réacteurs nucléaires ont connu des arrêts exceptionnels, comme ceux de Civaux et de Chooz.

RTE alerte sur la question de la disponibilité des réacteurs nucléaires. Le rapport la qualifie même “d’historiquement basse”. Et d’après le rapport RTE, le parc nucléaire devrait être “durablement bouleversé” par les effets de la crise sanitaire. Il n’est donc pas certain que la France retrouve en 2022 une capacité disponible de son parc nucléaire comparable à celle de 2019.

La France : 1e exportateur européen d’électricité

C’est l’une des informations clés du rapport RTE pour le bilan électrique de la France 2021. La France a conservé sa place de premier exportateur européen d’électricité. Le solde des échanges d’électricité de la France se monte ainsi à 43,1 TWh. RTE souligne que ce niveau est “quasiment identique à celui de 2020”. Mais il reste en recul par rapport à 2019, de près de 13 TWh.

Vers quels pays la France exporte-t-elle son électricité ? La Suisse reste le premier bénéficiaire des exportations d’électricité tricolore, avec 21,7 TWh importés. Juste derrière, on retrouve la Grande-Bretagne (19,7 TWh) et l’Italie (18,8 TWh). RTE remarque que ces pays ont privilégié l’importation d’électricité française pour faire face à la forte hausse du prix du gaz. Dans ces pays dont les mix électriques sont fortement dépendants au gaz, l’électricité française, principalement nucléaire, reste très attractive.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 13 Août 2018
Appelé à s’exprimer sur un litige opposant Bruxelles à la Russie au sujet de la conformité du Paquet énergie européen, le "panel" de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) s’est prononcé vendredi 10 août 2018, en faveur de l’Union européenne. Ce…
jeu 29 Sep 2016
Alors que le nombre de personnes concernées par la précarité énergétique augmente trois fois plus vite que les prix de l’énergie, l’Association des acteurs locaux de l’énergie (Amorce) et la fondation Abbé Pierre dénoncent l'impuissance des pouvoirs publics sur le…
mar 24 Mar 2015
Les gestionnaires de réseaux européens peuvent être satisfaits, le réseau électrique a fait preuve d'une bonne résistance face à l'éclipse solaire intervenue le vendredi 20 mars dernier en Europe sur plus de 4.000 km du Portugal à la mer Noire.…
ven 15 Jan 2016
Le directeur général de la Caisse des dépôts, Pierre-René Lemas, veut donner la priorité à « la croissance verte, et à la transition écologique et énergétique ». Au moment où l’on célèbre le bicentenaire de l’institution, celle-ci se prépare à créer un…

COMMENTAIRES

  • Et la France continiue à importer massivement depuis l’Allemagne. Depuis toujours nous achetons plus d’électricité à l’Allemagne que nous ne lui en vendons !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.