France : une centrale photovoltaïque respectueuse du paysage et des écosystèmes - L'EnerGeek

France : une centrale photovoltaïque respectueuse du paysage et des écosystèmes

france centrale photovoltaique respect ecosystemes - L'Energeek

La commune de Marignac-Laspeyres pilote la création d’une centrale photovoltaïque sur le site d’une ancienne carrière revégétalisée. Lors d’une visite des relevés topographiques, ce dimanche 29 novembre 2020, les équipes ont détaillé leur prise en compte des contraintes écologiques, afin de respecter les écosystèmes locaux.

Marignac-Laspeyres : un parc photovoltaïque qui allie EnR et respect des écosystèmes

Dans la Haute-Garonne, ce 29 novembre 2020, nos collègues de La Dépêche ont pu accompagner les équipes de Voltalia, maître d’oeuvre et d’ouvrage d’un projet de centrale photovoltaïque, en plein relevé topographique, dans une ancienne carrière revégétalisée.

Depuis la fermeture de cette carrière, en 1990, les 109 hectares de la colline de Cassagnau ont été réhabilités. 30 hectares du site ont été rendu à la commune mitoyenne de Marignac-Laspeyres, qui a décidé d’y installer, sur 6 hectares, une centrale photovoltaïque, intégrée au paysage et respectueuse de son environnement : “Les chemins resteront libres d’accès pour la promenade des Maripeyrains. Une société pour l’exploitation a été créée : le parc solaire de Laspeyres”, expose Jean-Marie Pampoulie, ancien conseiller municipal, à l’origine du projet.

Actuellement, Voltalia programme l’implantation des panneaux, des accès, la préparation du terrain et la mise en sécurité du site : « Il y a des contraintes de pente, et des contraintes écologiques avec la présence de papillons, de chauves-souris, de lézards crapauds, de serpents, de pelouses mésobromions et d’iris qui sont protégés. Les zones à enjeu écologique ont été repérées sur plusieurs saisons par un bureau d’études spécialisé, elles sont délimitées par une clôture de piquets et cordages », détaille Mathias Leenhardt, chef de travaux pour Voltalia.

Les relevés devraient être achevés dans le courant du mois de décembre. Les bureaux d’étude travailleront durant le reste de l’hiver, afin de commencer la mise en place des panneaux au début du printemps 2021. La centrale, composé de 11 700 panneaux et d’une puissance de 5 MWc, devrait être mise en service en juin 2021.

La filière photovoltaïque française en plein paradoxe

Ce projet émerge dans une période paradoxale pour la filière photovoltaïque en France. Elle profite d’une part d’un profond dynamisme : le dernier panorama des énergies renouvelables de RTE a révélé que la barre des 10 GWc de puissance photovoltaïque installée en France avait été franchie au troisième trimestre 2020, et les appels d’offre respectent le calendrier prévu par la PPE. Sur les 12 derniers mois, l’énergie solaire a couvert 2,9% de la consommation d’électricité en France.

Mais dans le même temps, la filière critique fortement les signaux envoyés par le projet de loi finance 2021, qui envisage une réduction du montant du tarif d’achat garanti, pour les centrales de plus de 500 kWc construites ou validées sous ce régime de subvention (abrogé par la loi de Transition écologique de 2015 au profit d’un système d’appels d’offre).

Si les tarifs garantis par l’Etat à l’époque sont bien au-dessus des prix actuels du marché, de nombreux acteurs de la filière craignent que ce signal des autorités fragilise l’ensemble de l’écosystème.

« Le risque d’une telle démarche, en pleine crise économique, est la perte de confiance des banques et des investisseurs sur les projets en cours et à venir. La menace d’un effet domino n’est pas à exclure sur les exploitants et les emplois directs des installations photovoltaïques en service, sur les bailleurs fonciers et emplois indirects, voire l’ensemble de la filière », expose ainsi Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, première région photovoltaïque de France, dans un communiqué en date du 27 novembre 2020.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 14 Juil 2016
Le vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), Jean-Yves Le Déaut, se félicite de l’adoption de la nouvelle loi sur Cigéo. Avec ce texte, qui prévoit l’arrivée des premiers colis sur le site de Bure en…
mer 21 Sep 2016
A la tête de Total depuis presque deux ans, Patrick Pouyanné a livré récemment une interview au journal Jeune Afrique. Tout en revenant sur ses ambitions pour la rive sud de la Méditerranée, il affirme que son groupe reste « le leader du…
lun 21 Nov 2016
Face à l'éventualité d'une baisse de la production électrique cet hiver du fait de l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires, le SER (Syndicat des énergies renouvelables), a choisi de mettre en avant les atouts du bois, première source d'énergie renouvelable en…
ven 25 Avr 2014
Et si un parc éolien offshore pouvait permettre de lutter et d’atténuer les vents violents !? C’est bien ce qu’affirme deux chercheurs américains dans le cadre d’une étude analysant l’impact possible des éoliennes sur les ouragans et leur efficacité dans…

COMMENTAIRES

  • 6 hectares pour produire 5MWc… déjà l’unité MWc c’est à dire combien de temps par an ? il serait préférable de parler de MWh annuels. Ensuite pour produire 5MW (permanents ceux là) avec une petite turbine à gaz, il suffit de 400m² avec production combiné d’énergie thermique injectée sur un réseau de chauffage urbain et d’énergie électrique injectée sur le réseau ENEDIS. Pour atteindre la puissance d’un des 34 réacteurs nucléaires français de 900MW il faudrait couvrir 1080 hectares et je ne parle que d’un réacteur de 900MW, car il y en a une vingtaine de 1300MW et 4 de 1450MW… ce n’est pas pas pour demain…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.