Chesapeake, pionnier américain du pétrole de schiste, est en faillite

Chesapeake, pionnier américain du pétrole de schiste, est en faillite

chesapeake petrole schiste faillite - L'Energeek

L’effondrement des cours des hydrocarbures vient de faire sa première victime de poids. L’américain Chesapeake Energy, une des premières entreprises à s’être lancée dans l’extraction du pétrole de schiste, a annoncé, ce lundi 29 juin 2020, sa mise en faillite. Comme un premier coup de semonce pour un secteur miné par les dettes et fragilisé par la crise pétrolière en cours.

Industrie du schiste : pour qui sonne le glas ?

Le glas va-t-il sonner pour le pétrole et le gaz de schiste américains ? Les cours du brut ont en effet connu un effondrement historique durant ce premier semestre 2020. Début mars 2020, au tout début de la crise du Covid-19, les pays de l’OPEP+, Russie en tête, n’étaient pas parvenus à s’entendre pour limiter la production de pétrole.

La pandémie qui a suivi a provoqué un effondrement de la demande. Les producteurs de pétrole ont alors décidé de réduire leur production, mais avec un effet retard. En conséquence, les cours ont plongé, pour descendre, au plus fort de la crise, aux alentours de 20 dollars le baril. Ils sont depuis remonté vers les 40 dollars. Très loin des 70 dollars de début janvier.

Certains analystes estimaient que la manœuvre de la Russie, début mars, visait à affaiblir l’industrie du schiste américain. En effet, cette technique d’extraction du pétrole et du gaz nécessite de lourds investissements, continus, avec de nouveaux forages réguliers, car la durée de vie d’un puits ne dépasse pas les 3 ans, avec une baisse souvent spectaculaire de la production dès la fin de la première année. Pour être rentable, le pétrole de schiste a donc un besoin absolu d’un cours du pétrole élevé.

Chesapeake Energy, plombée par les dettes et l’effondrement des cours, se met en faillite

L’effondrement des cours vient ainsi de faire sa première victime d’importance. Ce lundi 29 juin 2020, Chesapeake Energy, pionnier du pétrole de schiste aux Etats-Unis, s’est mise sous la protection du régime des faillites. L’entreprise, créée en 1989 à Oklahoma City, fait face à une dette colossale de 7 milliards de dollars (6,2 milliards d’euros). Depuis le début de l’année, le cours de son action a chuté de 95%.

Début 2016, durant la précédente crise pétrolière, l’entreprise avait déjà failli succomber, plombée par une dette de 9,8 milliards de dollars (8,7 milliards d’euros). La relance des cours avait sauvé l’entreprise de la faillite.

Mais cette année, la reprise des prix du pétrole est trop timide. Chesapeake Energy n’a donc pas eu d’autre choix que de se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux États-Unis, afin de pouvoir négocier avec ses créanciers. Le PDG de Chesapeake, Doug Lawler, a ainsi obtenu qu’une partie de ces créanciers souscrivent une émission de 600 millions de dollars de titres de dette, « en plus d’assurer le financement de nos opérations en cours et faciliter notre sortie de ce processus » de faillite.

Reste que cette première mise en faillite d’un géant des hydrocarbures pourrait être le point de départ de l’effondrement de l’industrie du schiste aux Etats-Unis et au Canada. L’ensemble de la dette du secteur se monte à 86 milliards de dollars à échéance 2020-2024. Dans le contexte actuel, des heures sombres attendent probablement cette industrie : le journaliste Sylveste Huet estime ainsi que “les faillites vont tomber”.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 24 Avr 2017
Fragilisées depuis la crise de Crimée en 2014, les relations commerciales entre l'Ukraine et la Russie sont aujourd'hui réduites au stricte minimum. L'Ukraine, dont le réseau électrique est sous tensions constantes, ne peut pas pour l'instant se passer du charbon…
sam 20 Août 2016
Après le Wall Street Journal en juillet, le quotidien économique Nikkei affirme également que deux électriciens japonais, Tokyo Electric Power et  Chubu Electric Power, négocient la reprise des activités de commerce de charbon d’EDF. Privées de leurs réacteurs nucléaires, les entreprises…
sam 10 Juin 2017
Au lendemain du choc planétaire provoqué par la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le changement climatique, le gouverneur de Californie Jerry Brown se rendait en Chine vendredi 2 juin 2017 pour parler…
mar 18 Oct 2016
Alors que l’Allemagne a accepté de ratifier l’Accord de Paris, elle ne semble pas en mesure de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, en 2015, même si les énergies renouvelables atteignent des sommets, ses émissions de…

COMMENTAIRES

  • Il serait utile et juste de publier aujourd’hui les plaidoyers enflammés (et courroucés) des experts qui ne comprenaient pas que les Français soient à ce point rétrogrades et obtus, pour refuser le déploiement des sites de prospection de gaz et de pétrole de schiste.
    … Et sans doute équitable de mettre en regard les textes que les opposants -dont j’étais- avaient un mal fou à faire publier dans les médias mainstream.
    A vous de jouer!
    Le même exercice sera bientôt d’actualité sur d’autres sujets. Comme par exemple ITER, le nucléaire civil de 4è génération (dit EPR), les méga-fermes éoliennes, les ago-carburants, et j’en passe pour ne pas risquer de lasser le lecteur.

    Répondre
  • Pour l instant depuis le PIC OIL de 2008 en pétrole conventionnel on avait pas senti de crise pétrolière a cause du pétrole de schistes USA et bitumineux du canada . On était sous air bag ; Désormais , avec l effondrement annoncé de ces deux rustines , nous allons bientôt connaitre la vraie crise du pétrole récessif et la flambée des prix . Le monde va devoir ne plus vivre avec ses 100 millions de baril / jour …. Il va devoir faire ramadan …. . Les vrais ennuis vont commencer car n oublions pas que la monde tourne en énergie avec 80 % de pétrole !! Une pure folie !

    Répondre
  • Tant mieux et tant pis pour eux ! Il est grand temps que les gens prennent conscience des méfaits de ces pratique

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.