Investissements bas carbone : les entreprises européennes doivent doubler leurs efforts

Investissements bas carbone : les entreprises européennes doivent doubler leurs efforts

investissements bas carbone entreprises europeennes - L'Energeek

Selon un rapport commandé par CDP et publié ce mardi 25 février 2020, les entreprises européennes devraient dépenser deux fois plus en investissements et en recherche pour atteindre l’objectif de neutralité carbone de l’UE à horizon 2050. Pour autant, au niveau mondial, les entreprises européennes, et notamment françaises, font figure de locomotives de la transition énergétique.

Les entreprises européennes ont dépensés 124 milliards pour des actions bas carbone en 2019, un effort encore insuffisant

L’ONG CDP vient de publier, ce mardi 25 février 2020, un rapport sur les dépenses des entreprises européennes visant à réduire leur impact carbone. Il concerne 882 entreprises représentant 75% de la capitalisation boursière et 75% des émissions de gaz à effet de serre de l’Union Européenne.

Au total, ces entreprises ont dépensé 124 milliards d’euros sur ce sujet en 2019, dont 65 milliards en R&D et 59 milliards en investissements. L’ONG souligne qu’il faudrait doubler ces dépenses pour atteindre les objectifs fixés par l’UE (55% de réduction d’émissions en 2030 par rapport à 1990, neutralité carbone en 2050).

Le rapport pointe également de franches disparités entre les secteurs. Les transports sont ainsi les champions de la recherche bas carbone, avec 43 milliards de dépenses R&D, 66% du total européen. Du coté des investissements, les compagnies électriques se taillent la par du lion, avec 45 milliards d’euros de dépenses, 76% du total.

En revanche, les mauvais élèves sont clairement les entreprises liées au secteur des matériaux – acier, ciment, secteurs minier et chimique. Selon le rapport, ce secteur n’a « représenté que 5 % des investissements bas carbone de 2019 alors qu’il est responsable de 38 % des émissions. Les sociétés du ciment, de la chimie, des mines et de la sidérurgie doivent développer des technologies disruptives pour se décarboner ».

Par exemple, la prometteuse technologie de stockage souterrain du CO2 n’a capté que 0,2% des financements européens en R&D des entreprises. Les investissements en efficacité énergétique ne peuvent suffire, tant les matériaux émettent de CO2 pour leur production.

Les entreprises françaises à la pointe de la lutte contre le changement climatique

Le rapport demande également à l’Union Européenne de muscler ses frontières douanières via des taxes environnementales, afin d’inciter les entreprises à investir dans les technologies bas carbone sans perdre en compétitivité par rapport à l’étranger, en particulier la Chine.

CDP souligne enfin que, si les entreprises européennes sont encore loin du compte, elles demeurent, au niveau mondial, les plus vertueuses. Ainsi, sur les 180 entreprises à qui CDP a attribué une évaluation « A » pour leurs actions bas carbone, « 93 sont européennes. Surtout, parmi les entreprises classées ‘triple A’, cinq sur six sont basées en Europe », souligne le rapport (Danone, L’Oréal, Unilever, UPM-Kymmene, Firmenich).

La France se distingue ainsi, avec deux entreprises parmi ces six et 22 entreprises tricolores classées « A », numéro 1 européen et de loin, devant le Royaume-Uni (10) et l’Allemagne (9). Danone et l’Oréal ont, logiquement, fait état de leur satisfaction à cette distinction.

Cette impression que les entreprises françaises sont à la pointe de la transition énergétique, notamment de par leurs implications dans les différents sommets climatiques, est ainsi certifié par une ONG indépendante.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 30 Avr 2015
La centrale à cycle combiné gaz qu'exploite EDF depuis 2011 à Blénod-Lès-Pont-À-Mousson, une commune située dans le département de Meurthe-et-Moselle, a été mise à l'arrêt mercredi 22 avril dans le cadre d'une révision complète de ses installations. Aucun énergie ne sera…
L’objectif du Pakistan est de mettre fin aux coupures de courant à répétition qui frappent le pays et de réduire le déficit énergétique, qui est de plus de 4000 mégawatts. Pour cela, le gouvernement a opté pour différentes solutions. Tout d’abord, une…
ven 14 Avr 2017
Mis à contribution l'hiver dernier dans le secteur de la production d'électricité, le gaz constitue une énergie d'appoint rapidement mobilisable permettant de couvrir de manière efficiente les pics de consommation hivernaux. Mais encore faut-il disposer des réserves suffisantes. Selon Storengy,…
lun 4 Juin 2018
En mai 2018, le groupe français Total a annoncé qu'il avait conclu un accord avec l'entreprise américaine Clean Energy pour entrer dans son capital. Loin d'être un simple investissement, ce nouvel accord illustre la stratégie de Total pour surfer sur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.