Manifeste des 39 : une cinquantaine d'entreprises rejoignent le mouvement

Manifeste des 39 : une cinquantaine d’entreprises rejoignent le mouvement

manifeste_des_39_engagement_entreprises_françaises_climat

A chaque grand rendez-vous ses effets d’annonce. Le 11 décembre, à la veille du sommet de Paris sur le climat, une cinquantaine d’entreprises françaises ont fait part de leurs ambitions en matière de lutte contre le changement climatique, et ont rejoint le manifeste des 39. Cette initiative lancée en 2015 par 39 grands groupes économiques français les avait conduits, dans le cadre d’un manifeste donc, à s’engager financièrement contre le changement climatique via des promesses d’investissements dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et d’autres technologies bas carbone.

Une cinquantaine d’entreprises avaient donc annoncé, lundi 11 décembre, leur intention de rejoindre l’initiative lancée il y a deux ans par 39 grands groupes français en faveur du climat dans le cadre d’un manifeste public et engageant. Ce document précise notamment les engagements individuels de chaque entreprise en termes de réduction des consommations énergétiques et de gaspillage, d’efficacité énergétique, de réduction des émissions et d’investissements dans les technologies bas carbone, et dresse une ligne de conduite collective à tenir afin d’accompagner la transition énergétique en cours à l’échelle internationale. Il réitère également leur appel à l’instauration de « mécanismes de tarification du carbone reliés entre eux dans les principales régions économiques », outil essentiel pour que les acteurs économiques puissent prendre en compte les émissions de gaz à effet de serre liées à leur activité dans leurs choix d’investissements.

Une volonté collective de « changer de cap »

« Nous (…) affirmons la nécessité de changer collectivement de cap, pour engager une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre de la planète », écrivaient-ils dans leur manifeste, présenté au siège du Medef. Représentant près de 1500 milliards d’euros de chiffre d’affaires et employant plus de 6 millions de personnes dans le monde, ces entreprises souhaitent ainsi jouer un rôle moteur dans l’instauration progressive d’un modèle économique plus durable et plus respectueux de l’environnement. Ils prévoient pour cela d’investir 60 milliards d’euros d’ici 2020 dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, les technologies bas carbone et les pratiques agricoles durables, ainsi que 15 milliards d’euros dans le nucléaire et 30 milliards dans le gaz, présentés comme des énergies de transition en complément des énergies renouvelables.

En parallèle, sur l’ensemble des signataires du manifeste, 60 se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et 27 entreprises se sont dotées d’un prix interne du carbone afin d’influer sur les décisions d’investissements et d’encourager davantage cette transition. On retrouve parmi les nouveaux, les groupes Air Liquide, ArcelorMittal, Bouygues, LVMH, PSA ou Renault, et parmi les 39 à l’origine de ce manifeste en 2015 les groupes BNP Paribas, Danone, EDF, JCDecaux, Kering, La Poste, Michelin, la RATP, Carrefour, Orange, Publicis, Schneider Electric, ou encore Total. Ensemble, ils sont désormais plus de 90 à afficher l’ambition partagée de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Crédits photo : Pascal Tebibel (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 11 Juin 2013
Vendredi 7 juin, EDF  a annoncé la mise en service de la 2ème unité de la nouvelle centrale à cycle combiné au gaz naturel (CCG) de Martigues. La première tranche est en service depuis août 2012. Avec ses 930 MW…
ven 8 Sep 2017
Alors que le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a présenté lors du conseil des ministres du mercredi 6 septembre, le nouveau texte de loi visant à mettre fin à l’exploitation des hydrocarbures en France à l’horizon…
mar 11 Avr 2017
Dans un nouveau rapport publié jeudi 6 avril 2017, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) tempère l'effet, à première vue négatif, d'une baisse des investissements dans le secteur des énergies renouvelables en 2016. Compte tenu du nouveau record…
A l'occasion de la publication de son livre Mon journal du monde, le professeur à l'Université Paris Dauphine, Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières, analyse le secteur de l'énergie pour le journal La Dépêche. Selon lui, alors que les énergies renouvelables ne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.