Maroc : la révolution de l'électricité (renouvelable) est en marche

Maroc : la révolution de l’électricité (renouvelable) est en marche

maroc electricite renouvelable noor midelt solaire - L'Energeek

Ce dimanche 24 novembre 2019, la BERD a approuvé un prêt de 45 millions d’euros pour la première tranche de la centrale Noor Midelt, dans le désert marocain. Ce projet de grande ampleur sera, une fois achevé, le plus grand complexe solaire multi-technique du monde. Signe d’une politique énergétique résolument tournée vers l’électricité renouvelable, les autorités marocaines ont annoncé ce week-end que la production d’électricité nationale allait croitre de 22,3% en 2019.

Un prêt de la BERD pour Noor Midelt I, la nouvelle centrale solaire géante du Maroc

Les centrales solaires Noor sont un symbole de la volonté du gouvernement marocain de miser sur l’électricité renouvelable pour décarboner sa production d’énergie. Le projet solaire multi-technique de Noor Ouarzazate est opérationnel depuis plusieurs mois : il combine, dans le désert marocain, une centrale thermodynamique à capteur cylindro-parabolique de 360 MW, un centrale thermodynamique avec tour de 150 MW et un parc photovoltaïque de 72 MW.

Le projet Noor Midelt est encore plus ambitieux, puisqu’il associera, une fois achevé, 1 000 MW de photovoltaïque et 600 MW de solaire thermodynamique CSP, ce qui en fera le plus grand complexe solaire multi-technique du monde. Les travaux de la première tranche de ce projet, baptisée Noor Midelt I, devraient démarrer fin 2019. Ce dimanche 24 novembre, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a approuvé un prêt de 45 millions d’euros à cette première tranche, pour un budget total de 740 millions d’euros.

Le prêt est accordé à la société qui pilote ce projet, détenue à 35% par EDF Renouvelables, à 10% par Green of Africa (une co-entreprise marocaine spécialiste des renouvelables), à 25% par l’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) et à 30% par l’énergéticien Masdar. Ce dernier, détenu à 100 % par le gouvernement des Emirats arabes unis, est également le garant de ce prêt.

Outre la BRED, Noor Midelt I est notamment financée par la Banque européenne d’investissement, la Banque mondiale, l’Agence française de développement, la Banque africaine de développement et le Fonds des technologies propres.

Une hybridation de technologie solaire, pour des rendements optimaux

Noor Midelt I se compose de 300 MW de thermodynamique CSP et de 525 MW de photovoltaïque. Contrairement à Noor Ouarzazate, qui était essentiellement une centrale thermodynamique, avec un “petit” parc photovoltaïque de complément, Noor Midelt associe pleinement les deux technologies. Cette hybridation, considérée par les porteurs du projet comme « une première mondiale », permet d’augmenter les rendements de la centrale, et lui offre ainsi un tarif extrêmement compétitif de 0,68 dirham (0,064 centimes d’euros) le kWh en heure de pointe.

Par ailleurs, la partie thermodynamique de la centrale permet un stockage de 5 heures de production, permettant de la prolonger au-delà du coucher du soleil et répondre au pic du soir au Maroc.

Ces centrales solaires de grande envergure participent à la volonté du gouvernement marocain d’augmenter sa production d’électricité tout en la rendant plus verte. Le Maroc s’est ainsi donné l’objectif d’atteindre 52% de renouvelables dans sa production électrique en 2030.

Ce week-end du 24-25 novembre, les autorités marocaines ont annoncé que la production électrique nationale allait augmenter de 22,3% en 2019 par rapport à 2018, après une hausse de 5,9% l’année dernière. Cela a permis au Royaume de diminuer ses importations d’électricité de 86,2% et de s’approcher de l’autonomie électrique.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 12 Mai 2014
Selon un arrêté gouvernemental publié jeudi 8 mai au Journal Officiel, l'électricité issue des installations solaires européennes ne peut plus prétendre au tarif d'achat bonifié. Ce dispositif de majoration tarifaire, mis en place pour soutenir les industriels du secteur photovoltaïque…
jeu 10 Avr 2014
A l’instar du gouvernement allemand qui vient d’annoncer son intention de réduire les subventions accordées aux énergies renouvelables en Allemagne, la Commission européenne suspend le régime dérogatoire dont bénéficient les énergies vertes en Europe. Bruxelles chercher à ouvrir ce secteur…
mer 3 Mai 2017
Désignant l'utilisation de la force hydraulique par de petites unités de production décentralisées, la "petite hydraulique" s'affiche désormais comme une solution valable en plein développement dans le cadre du processus de transition énergétique. La ministre de l'Energie et de l'Environnement…
mer 7 Déc 2016
Une nouvelle étude de l'Observatoire français des conjonctures économiques publiée le 2 décembre dernier met en avant le rôle des énergies renouvelables et de la transition énergétique dans le retour de la croissance économique et de l'emploi en France. L'OFCE…

COMMENTAIRES

  • Alors là, concernant le Maroc et son intérêt à valoriser ses ressources naturelles, le discours que je tiens ci dessus et qui épingle le solaire en France (sans le condamner complètement d’ailleurs) ce discours donc à l’évidence ne s’applique pas au Maroc qui ne dispose pas comme la France d’un puissant réseau alimenté majoritairement par du nucléaire. De plus, le Maroc a construit un centre multi-technique, c’est encore mieux ! Que dire ? Chapeau à nos amis marocains.
    Une leçon à retenir: ce qui vaut pour un pays situé à un endroit du globe, ne vaut pas pour la planète entière sauf, hélas, l’effet de l’activité humaine que l’on cerne bien aujourd’hui.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.