Patrick Pouyanné veut des biocarburants avec de l'huile de palme durable

Patrick Pouyanné veut des biocarburants avec de l’huile de palme durable

total pouyanne

Les biocarburants ont été au cœur des sujets évoqués, lors de l’audition de Patrick Pouyanné à l’Assemblée Nationale, mardi 17 septembre 2019. Le PDG de Total était entendu par la Commission des affaires économiques. À cette occasion, il a notamment souligné l’importance de l’huile de palme durable, tant pour sauver l’Accord de Paris que pour résoudre la crise des Gilets Jaunes.

La major de l’énergie responsable contre le charbon

Quatre ans après son dernier passage dans les couloirs du Palais Bourbon, Patrick Pouyanné était auditionné par la commission présidée par Roland Lescure. Le PDG est longuement revenu sur la stratégie du groupe en matière de transition énergétique. Dans le sillage de l’Accord de Paris, Total s’engage pour “devenir la major de l’énergie responsable“.

Patrick Pouyanné souhaite convaincre de son optimisme, malgré l’urgence climatique. Contrairement aux vendeurs de peurs, il explique simplement : “si nous savions remplacer toutes les centrales à charbon de cette planète pour faire de l’électricité, en les remplaçant uniquement par du gaz et pas par des énergies renouvelables, nous serions automatiquement dans un monde à 2 degrés“. Selon lui, l’avenir de l’Humanité repose d’ores et déjà entre les mains des grands pays émergents !

La bio-raffinerie de La Mède fonctionne à l’huile de palme durable

En juillet dernier, Total a inauguré sa nouvelle bio-raffinerie à La Mède. Le site affiche une capacité de production annuelle de 500 000 tonnes de biodiesel, et compte s’approvisionner en “huile de palme durable“. Seulement dans le cadre de la loi de finances, un amendement prévoit d’écarter l’huile de palme de la stratégie de transition énergétique française. Soucieux d’obtenir un infléchissement, le PDG résume : “Nous nous sommes engagés à réaliser des investissements en 2015 en accord avec le gouvernement et les autorités, conformément à la trajectoire nationale sur le biocarburant. (…) Aujourd’hui alors que l’investissement est fini, on nous change le cadre fiscal. Je trouve que le signal lancé aux investisseurs par la représentation nationale est très perturbant“.

Aujourd’hui pourtant, Patrick Pouyanné indique que la France importe un million de tonnes de biocarburants produit à partir d’huile de palme. Il évoque par ailleurs une perte économique estimée à 70 millions d’euros pour le site de La Mède, et redoute une perte de compétitivité par rapports à nos concurrents européens. Selon lui,  “il serait très étrange que d’autres pays européens utilisent cette huile de palme”. Aussi, il estime qu’il serait préférable de renforcer son partenariat avec le monde agricole et porter au niveau européen la préférence française pour “une huile de palme durable qui ne participe pas à la déforestation“.

Quand l’huile de palme rime avec commerce international et développement économique local…

Au centre de la discorde, un amendement donc qui vise à supprimer un avantage fiscal pour les biocarburants à base d’huile de palme. D’après Patrick Pouyanné, cette mesure va non seulement entamer la rentabilité de la bio-raffinerie, mais aussi remettre en cause l’accord passé avec Nicolas Hulot. Pour l’instant, souligne-t-il, la parole donnée au monde agricole et à l’entreprise d’Avril a été respectée.

Néanmoins, la décision des parlementaires est très inamicale envers nos partenaires malaysiens et indonésiens, des pays qui respectent au demeurant l’Accord de Paris. Sans parler des consommateurs ! Alors que le groupe tente de limiter la fluctuation des cours mondiaux sur les prix à la pompe, Patrick Poyanné note que l’huile de palme pourrait représenter une solution au problème du pouvoir d’achat des Gilets Jaunes. En effet, à en croire ses estimations, “le biocarburant à base colza coute 900 à 1000 dollars la tonne (…) [tandis que] le biocarburant à base d’huile de palme vaut 600 dollars la tonne (…) [cela revient à] une différence de 1 à 2 centimes à la pompe en plus pour les consommateurs“.

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
François de Rugy a présenté sa démission au Premier ministre mardi 16 juillet 2019 dans l'après-midi. Depuis une semaine, le ministre de la Transition écologique et solidaire était la cible d'une série de polémiques autour de ses dépenses personnelles. Des…
dim 21 Mai 2017
Gros producteur d'hydrocarbures, le Canada semble éprouver quelques difficultés à respecter ses promesses en matière de lutte contre le changement climatique. Michael Ferguson, vérificateur général du gouvernement canadien (équivalent à un organisme d'audit), a en effet pointé du doigt mardi…
ven 20 Mai 2016
Après un quart de siècle de collaboration, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme et EDF viennent de renouveler leur partenariat pour trois années supplémentaires. Lors de ce 25ème anniversaire, Jean-Bernard Lévy et Nicolas Hulot ont notamment souligné…
mar 28 Jan 2014
Une tendance se dégage de la dernière étude PwC sur le facteur carbone des principaux électriciens européens : alors que la production des énergéticiens  a reculé  en 2012 (-34 TWh), principalement en raison du ralentissement économique, les émissions de CO2…

COMMENTAIRES

  • “nos partenaires malaysiens et indonésiens, des pays qui respectent au demeurant l’Accord de Paris.”
    C’est une blague !!
    Je pensais être sur un site sérieux, pas sur un organe de propagande des industriels.

    Répondre
  • Les biocarburants sont une aberration. Il y a assez de pétrole pour les besoins actuels, et plus tard les véhicules électriques prendront le pas.
    Plus de gaspillage de bonnes terres agricoles, tant qu’un tiers des habitants souffrent de la faim !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.