L’Europe, un potentiel éolien exceptionnel encore inexploité ?

L’Europe, un potentiel éolien exceptionnel encore inexploité ?

Le 14 août 2019, les universités de Sussex et d’Aarhus ont publié les résultats d’une étude qui va faire parler d’elle. Les chercheurs y affirment que si l’Europe exploitait pleinement son potentiel éolien terrestre, elle aurait la capacité de fournir le monde en électricité jusqu’en 2050. Comme l’un de ses auteurs le souligne, il s’agit plus d’un « guide » que d’un « projet de développement ». Cependant, il est certain que cette étude aura une influence dans le débat public, sur la place des EnR et de l’éolien terrestre en particulier.

L’éolien terrestre : un potentiel exceptionnel

Alors que l’éolien connaît un développement très varié au sein des différents pays européens, une étude vient mettre en lumière le fort potentiel de cette énergie renouvelable. Des chercheurs des universités de Sussex (Angleterre) et d’Aarhus (Danemark) ont étudié le potentiel européen pour la seule énergie éolienne terrestre. Leurs conclusions rendues publiques dans la revue américaine Energy Policy sont prometteuses. En effet, l’Europe pourrait installer pas moins de 11 millions d’éoliennes supplémentaires, réparties sur 4,9 millions de kilomètres carrés.

Des chiffres qui donnent le vertige. D’après ces calculs, les éoliennes pourraient assurer la production d’électricité afin de répondre aux besoins de l’ensemble de la planète jusqu’en 2050. Dans cette hypothèse, la capacité serait alors de 52 TeraWatt, soit 400 fois la production annuelle française. Les éoliennes pourraient donc ainsi entrer dans une nouvelle dimension… Une ambition évidemment partagée par France énergie éolienne (FEE), qui organise la 10ème édition du Colloque National Éolien le 16 octobre 2019 à Paris.

Un guide pour les dirigeants

Benjamin Sovacool, professeur en politique énergétique à l’université de Sussex assure pourtant que l’« étude ne définit pas un plan à suivre. C’est plutôt un guide adressé aux politiques pour indiquer le potentiel de ce qui peut être fait, et où se trouvent les opportunités. Le secteur éolien terrestre a de l’avenir et le souhait d’une énergie 100 % renouvelable est possible avec nos moyens technologiques actuels ». Pour rappel, l’éolien terrestre est l’énergie verte la plus rentable, ainsi que celle avec l’impact environnemental le moins élevé. Elle est toutefois aussi l’énergie la plus controversée parmi les EnR en raison de la pollution principalement visuelle contre laquelle se battent certains riverains.

Le but de l’étude est de « montrer la puissance du vent à travers l’Europe, qui doit être maîtrisée si nous voulons éviter une catastrophe climatique ». Nul besoin donc d’« installer des turbines à chaque lieu identifié », explique Benjamin Sovacool. Le plus important est ailleurs ! Selon eux, le réchauffement climatique n’est pas une fatalité. Car en attendant que plus de turbines éoliennes tournent en Europe, le compte à rebours a déjà commencé. En effet, comme le rappelle le Haut conseil pour le climat (HCC), le budget carbone de la France, pour la période 2019-2023, n’est que de 399 MtCO2e.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 22 Mai 2017
Dans une volonté constante de réduire toujours plus ses émissions de gaz à effet de serre, la Suède encourage aujourd'hui massivement le développement des énergies décarbonées. Le Parlement suédois a approuvé, mercredi 17 mai 2017, une baisse drastique des taxes…
mar 22 Mar 2016
La République des Philippines, archipel de plus de 7.000 îles situé en Asie du Sud-Est, est un pays qui affiche l'une des plus fortes croissances économiques du monde : au cours de ces 3 dernières années, le PIB a connu…
ven 8 Avr 2016
Dans un article publié le 1er avril dernier, la journaliste contributrice aux Echos Cécile Le Coz, rappelle que l’hydroélectricité est la première source d’énergie renouvelable dans le monde. L’occasion de découvrir quatre entreprises très engagées dans la transition énergétique mondiale :…
mar 31 Mai 2016
Invité par TV Finance, le gérant de la société Ecofi Investissements, Olivier Ken, décrypte le succès des nouvelles solutions énergétiques sur les marchés. Selon lui, la transition énergétique représente « un axe de croissance [durable] pour les industriels ». (suite…)

COMMENTAIRES

  • Quand on publie ce genre de “scoop”, il faut passer un peu de temps pour lire l’article original (l’article est payant) et pour apporter un peu de valeur ajoutée journalistique.

    Pour information :
    Toute la surface de l’Europe (Russie comprise) est considérée dans l’article.
    Les zones retirées sont uniquement les zones densément bâties (villes) et les montagnes (Alpes, Pyrénnées, Tyrol,…).
    Pour l’Europe (hors Russie), Il reste ainsi environ 1 000 000 km2 (2 fois la France métropolitaine).
    Les Eoliennes de 4,5 MW y sont uniformément réparties tous les 647,5 m (précisément ! ).
    Peut-on réellement imaginer que l’on va couvrir en Europe 2 fois la surface de la France entière d’une éolienne de 148 m de diamètre tous les 700 m en dehors des villes et des montagnes ?
    SI on le fait, et si vous vous trouvez quelque part en France en dehors d’une ville et pas à la montagne, vous êtes à moins de 323 m d’une éolienne de 148m de diamètre, et il y en a une autre de l’autre coté, et pareil dans les 2 directions perpendiculaires, et les suivantes sont 700m plus loin dans toutes les directions…!!!…..

    Répondre
    • Bonjour M.Esposito, merci de lire l’EnerGeek. Reprenant les mots de l’auteur, nous commençons par indiquer qu’il s’agit plus d’un « guide » que d’un « projet de développement ».. Cependant, je vous remercie pour les -intéressantes- précisions indiquées dans votre commentaire. Aussi, plutôt qu’un mix électrique 100% éolien, il semble plus raisonnable de tabler sur un mix électrique diversifié, selon les spécificités des différents pays européens. L’acceptabilité sociale des énergies renouvelables est aussi à prendre en considération, comme nous le précisons dans le troisième paragraphe. La Rédaction.

      Répondre
  • Voilà une étude faite par des “chercheurs”, mais “chercheurs” en quoi ? En débilités? En propagande appliquée ? En idéologie anti-thermodynamique ? En flagorneries archéo-politiques ?
    En tout sauf en physique élémentaire (je suis thermodynamicien, successeur du prix Nobel Ilya Prigogine)… et en géographie : l’Europe ne peut absolument pas se permettre de bétonner 4,9 millions de kilomètres carrés de terres arables. De plus, d’où viendront les matériaux nécessaires (y compris les terres rares) indispensables pour construire cette diabolique armada … ? Et le cuivre pour raccorder des millions d’éoliennes aux concentrateurs d’électricité ? Et combien de centrales classiques supplémentaires faudra-t-il construire et mettre en activité pour pallier l’intermittence de la production éolienne ? Etc …
    Tout cela est juste débile !!!

    Répondre
  • Dommage que cet article ne pose pas toutes les questions.Que se passe t il quand est dans un marais barométrique (fréquent en hiver) et souvent sur toute la zone occidentale….Pas de vent, alors??

    Répondre
  • Pourquoi comparez-vous Capacité et Production : cela n’a pas de sens de comparer Puissance et énergie ? C’est comme si vous compariez la vitesse d’un véhicule à la distance qu’il aura parcourue (E = P x t et D = V x t)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.