Le charbon cède la place aux EnR au Royaume-Uni

Le charbon cède la place aux EnR au Royaume-Uni

Pays moteur de la révolution industrielle, le Royaume-Uni s’est longtemps reposé sur le charbon comme source d’énergie. La première centrale à charbon britannique a ouvert ses portes en 1882 et pour la première fois depuis cette date, le Royaume-Uni est parvenu à produire de l’électricité sans recours au charbon pendant une semaine. Le 8 mai 2019, le gestionnaire du réseau électrique britannique a confirmé son intention de se passer du minerai à l’horizon 2025… 

Le charbon victime des années 2010 

Le 8 mai restera à jamais la date de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il pourrait également laisser une petite trace dans l’histoire de l’énergie au Royaume-Uni. L’Electricity system operator (ESO), a annoncé que pour la première fois depuis 1882, le pays s’était passé de charbon toute une semaine pour produire de l’électricité. Une première qui peut paraître surprenante dans un pays comme la France où le charbon ne représente que moins d’1 % du mix énergétique, mais qui est d’une importance capitale pour un pays qui a fondé sa révolution industrielle sur cette énergie.

Comme l’a justement souligné Fintan Slye, le directeur de ESO, “de plus en plus d’énergie renouvelable alimente notre système. D’ici à 2025, nous pourrons exploiter l’ensemble du réseau d’électricité du Royaume-Uni sans charbon” et ce de façon pérenne. En 2018, le charbon a représenté 6 % du mix électrique britannique. Une part encore élevée, mais une baisse très rapide au regard des 19 % occupés en 2012. La mue est en cours et le rythme est soutenu. En effet, en avril 2017 le Royaume-Uni a pu produire une journée entière d’électricité sans charbon.

Les EnR grandes gagnantes du recul du charbon

Le charbon perd beaucoup de terrain, comme dans le reste de l’Europe. Dans une note de l’Ifri, on apprenait en 2018 que la part du charbon au sein de l’UE a chuté à 6,7%, contre 27,3%. Sauf qu’ici,  ce sont bien les énergies renouvelables qui en profitent. Désormais, elles assurent 27,5 % du mix électrique : éolien, solaire, biomasse et hydroélectricité. Aux côtés du nucléaire, elles garantissent au Royaume-Uni une électricité bas carbone, à hauteur de 49,6 %. Toutefois, le gaz assure encore 43,9 % de la production d’électricité.

La transition est donc bien en cours et le Royaume-Uni pourrait bien revendiquer le titre d’exemple à suivre. Le département de l’énergie assure ainsi que le pays sera la première grande puissance industrielle à légiférer sur la neutralité carbone.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 2 Mar 2017
Plus gros consommateur de charbon à l'échelle mondiale, la Chine est aujourd'hui sur la voie de la transition énergétique et tente tant bien que mal de se défaire de sa dépendance à la houille et à la lignite, responsables de…
lun 17 Oct 2016
Après le secteur de l’aviation, c’est au tour du secteur du transport maritime de s’intéresser aux énergies renouvelables pour réduire ses émissions de dioxyde de carbone. Le projet Energy Observer, digne successeur de Solar Impulse, vise en effet à effectuer…
lun 11 Déc 2017
A l'heure où s'ouvre le One Planet Summit à Boulogne-Billancourt, la lutte contre le changement climatique et la transition énergétique nécessitent de plus en plus d'investissements en faveur du climat. Mais selon le groupe de réflexion I4CE émanant de la…
jeu 11 Avr 2019
Le 7 mars 2019, la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, a rappelé à l’ordre la France au sujet de l’ouverture à la concurrence des barrages hydrauliques. La Commissaire veut avoir un « calendrier précis » de la mise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.