Le charbon cède la place aux EnR au Royaume-Uni

Le charbon cède la place aux EnR au Royaume-Uni

Pays moteur de la révolution industrielle, le Royaume-Uni s’est longtemps reposé sur le charbon comme source d’énergie. La première centrale à charbon britannique a ouvert ses portes en 1882 et pour la première fois depuis cette date, le Royaume-Uni est parvenu à produire de l’électricité sans recours au charbon pendant une semaine. Le 8 mai 2019, le gestionnaire du réseau électrique britannique a confirmé son intention de se passer du minerai à l’horizon 2025… 

Le charbon victime des années 2010 

Le 8 mai restera à jamais la date de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il pourrait également laisser une petite trace dans l’histoire de l’énergie au Royaume-Uni. L’Electricity system operator (ESO), a annoncé que pour la première fois depuis 1882, le pays s’était passé de charbon toute une semaine pour produire de l’électricité. Une première qui peut paraître surprenante dans un pays comme la France où le charbon ne représente que moins d’1 % du mix énergétique, mais qui est d’une importance capitale pour un pays qui a fondé sa révolution industrielle sur cette énergie.

Comme l’a justement souligné Fintan Slye, le directeur de ESO, “de plus en plus d’énergie renouvelable alimente notre système. D’ici à 2025, nous pourrons exploiter l’ensemble du réseau d’électricité du Royaume-Uni sans charbon” et ce de façon pérenne. En 2018, le charbon a représenté 6 % du mix électrique britannique. Une part encore élevée, mais une baisse très rapide au regard des 19 % occupés en 2012. La mue est en cours et le rythme est soutenu. En effet, en avril 2017 le Royaume-Uni a pu produire une journée entière d’électricité sans charbon.

Les EnR grandes gagnantes du recul du charbon

Le charbon perd beaucoup de terrain, comme dans le reste de l’Europe. Dans une note de l’Ifri, on apprenait en 2018 que la part du charbon au sein de l’UE a chuté de 6,7%, alors qu’il assurait 27,3% du mix en 2012. Sauf qu’ici,  ce sont bien les énergies renouvelables qui en profitent. Désormais, elles assurent 27,5 % du mix électrique : éolien, solaire, biomasse et hydroélectricité. Aux côtés du nucléaire, elles garantissent au Royaume-Uni une électricité bas carbone, à hauteur de 49,6 %. Toutefois, le gaz assure encore 43,9 % de la production d’électricité.

La transition est donc bien en cours et le Royaume-Uni pourrait bien revendiquer le titre d’exemple à suivre. Le département de l’énergie assure ainsi que le pays sera la première grande puissance industrielle à légiférer sur la neutralité carbone.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 23 Nov 2015
Dans son rapport annuel, l’Agence Internationale de l’Energie affirme que la demande mondiale d'énergie va augmenter de 30% d'ici à 2040. A l’origine de cette hausse de la consommation, la publication évoque la croissance chinoise et indienne. Si ce scénario se…
lun 30 Nov 2015
Tandis que les météorologues estiment que 2015 sera une année avec des températures records, le gestionnaire du réseau électrique, RTE, assure que « les besoins électriques de la France seront couverts pendant l’hiver ». En plus des températures exceptionnellement élevées, l’énergéticien explique…
lun 14 Mai 2018
Déjà propriétaire de 360 MW de capacités de production renouvelables à travers le pays, le groupe EDF poursuit ses investissements au Chili. Le Français a annoncé jeudi 10 mai 2018 avoir finalisé l’acquisition en partenariat avec l’énergéticien Chilien AME, de…
lun 4 Juin 2018
En mai 2018, le groupe français Total a annoncé qu'il avait conclu un accord avec l'entreprise américaine Clean Energy pour entrer dans son capital. Loin d'être un simple investissement, ce nouvel accord illustre la stratégie de Total pour surfer sur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.