Automobile : l'hydrogène intègre la stratégie chinoise pour l'écomobilité

Automobile : l’hydrogène intègre la stratégie chinoise pour l’écomobilité

Confrontée à de graves problèmes de pollution de l’air, la Chine développe massivement l’écomobilité. En pointe sur l’innovation et le lithium, 16 millions de véhicules électriques pourraient être en circulation sur les routes chinoises en 2030… Ambitieuses, les autorités chinoises misent désormais également sur l’hydrogène pour décarboner le secteur des transports. Dans un rapport gouvernemental diffusé ce 22 avril 2019, on apprend que Pékin souhaite voir un million de véhicules à hydrogène sur les routes chinoises d’ici à 2030. Et lorsque les autorités suivent un objectif, les moyens sont généralement à la hauteur…

L’hydrogène, le futur des transports ?

En Chine, 28 millions de véhicules ont été commercialisés l’an dernier. Et si le véhicule électrique représente déjà 6% des ventes, le professeur d’économie à Paris 1, Dominique de Rambures, rappelle que “cette électricité, sort encore à 50 % de centrales thermiques fonctionnant au charbon“. Ainsi, les analystes de Fitch Solutions estiment que l’hydrogène “est la prochaine étape logique pour réduire les émissions (polluantes), en résolvant certaines difficultés des véhicules électriques”. Alors qu’une quinzaine de stations de recharge sont actuellement disponibles, le gouvernement souhaite à présent accélérer le déploiement de ces infrastructures.

Un récent plan gouvernemental intègre en effet l’hydrogène dans la stratégie chinoise pour l’écomobilité. Selon ce document, les autorités visent 5.000 véhicules à hydrogène sur les routes l’an prochain, 50.000 d’ici 2025 et un million en 2030. Au Japon, l’hydrogène est déjà une vraie solution pour le secteur du transport. Et pour Xavier Mosquet, du cabinet BCG, la pile à combustible hydrogène pourrait justement être “une solution intéressante” pour les poids lourds chinois. D’ailleurs, la directrice générale d’Hynamics, Christelle Rouillé, considère aussi que “les marchés de l’industrie et de la mobilité lourde [sont] deux pans de l’économie très émetteurs de CO2” qui pourraient rapidement bénéficier du développement de cette nouvelle technologie.

L’hydrogène allie les qualités des carburants fossiles (temps de recharge, autonomie) et les qualités des véhicules électriques ou hybrides (aucune émission de CO2). Le marché est donc très intéressant, même si des questions de sécurité restent sensibles, au moment où les transports doivent entamer leur mue. Jusqu’à aujourd’hui, la solution hydrogène reste coûteuse, surtout en raison de la faible production de la pile à combustible. L’arrivée de géants chinois sur ce marché va probablement modifier la donne.

Des constructeurs chinois en pleine préparation

Et pour cause, les autorités chinoises vont certainement subventionner les constructeurs automobiles. L’objectif sera notamment de combler le retard sur les concurrents japonais Toyota, Honda, Hyundai. Les constructeurs comme  SAIC et Great Wall Motors (GWM) sont déjà dans les starting-blocks. Selon le Vice-Président de GWM, Zhao Guoqing, il n’y a “aucune contradiction avec les voitures électriques! Les deux stratégies sont complémentaires: les poids lourds ne pourront pas fonctionner purement avec des batteries“. Alors que des bus hydrogène de SAIC sont déjà en circulation, la commercialisation du premier véhicule du groupe est prévue pour 2023. Et les industriels chinois, invités à développer l’hydrogène ne se font pas prier. En effet, une usine est déjà en construction dans la province du Guangdong, grâce à un investissement de 1,6 milliard d’euros.

Toutefois, dans un premier temps, l’hydrogène va surtout bénéficier aux transports en commun. Dès 2019, 30 000 bus équipés de cette technologie seront fabriqués chaque année. La Chine se place pour devenir un acteur incontournable de ce marché et avec pour conséquence positive, la baisse des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports. En France, le plan hydrogène impulsé par Nicolas Hulot avait initié un mouvement similaire…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 30 Mai 2017
Et si on utilisait l’air pollué pour produire de l’énergie ? C’est en partant de cette idée un peu folle qu’une équipe de chercheurs belges a entamé une série de travaux visant à transformer l’air pollué en hydrogène exploitable comme source…
jeu 15 Sep 2016
Le nouveau gouvernement britannique, dirigé par Theresa May, compte plus que jamais s'appuyer sur les énergies bas carbone pour réduire les émissions de CO2 du Royaume-Uni. En témoigne la décision prise par le secrétaire d’État à l’énergie, Greg Clark, dans…
ven 16 Juin 2017
Comptant déjà parmi les pays moteurs du mouvement de lutte contre le changement climatique depuis les accords de Paris de 2015 et les importants efforts diplomatiques consentis par le gouvernement, la France a réaffirmé ces dernières semaines toutes ses ambitions…
lun 20 Oct 2014
A l'horizon 2018, un  parc éolien aura fleuri au large des côtes de la Haute-Normandie, à Fécamp. D'une puissance totale de 493 MW, ce parc sera doté de 83 éoliennes possédant une base gravitaire flottante de 5.000 tonnes de béton. Avant…

COMMENTAIRES

  • L’entreprise française Veloci Industries va commercialiser début 2020 Ufeel, premier vélo 100% électrique sans chaîne de transmission, ni batterie, ni recharge, d’autonomie illimitée.

    Uniquement des supercondensateurs donc aisément recyclables et de durée de vie 100 fois supérieure aux batteries pour un poids 30% inférieur aux vélos avec batterie. Alors qu’une batterie doit se changer après quelques milliers de cycles, les supercondensateurs peuvent en effectuer plusieurs millions. Il n’y a plus de risque de tomber en panne quel que soit le kilométrage. On pédale à son propre rythme que ce soit en côte, en pente ou en plat, uniquement pour charger les supercondensateurs. On gère la vitesse à l’aide d’une gâchette située sur le guidon, comme sur les trottinettes électriques. Il y a récupération d’énergie au freinage qui est assisté. Les supercondensateurs lissent les pics de puissance, ainsi les démarrages aux feux verts et les côtes à gravir se font en douceur, à la vitesse de son choix. L’enjambement du cadre est largement abaissé donc facilité pour tout usager en plus d’une grande stabilité grâce à un modèle 3 roues avec siège enfant et remorque adaptables.

    Système de verrouillage à distance. Plus d’angoisse de se faire voler son vélo, une alerte vous prévient sur votre smartphone lorsqu’il sort d’un périmètre défini. Vous pouvez alors le localiser et le bloquer à distance.

    Prise USB pour recharger votre téléphone et différents appareils électroniques grâce à l’énergie que vous produisez.

    Eléments de sécurité : éclairage puissant sans batterie ni dynamo, freinage assisté.

    Espaces de rangement avec serrure pour stocker un casque, transporter des sacs sans risque de chute.

    Les supercondensateurs sont faits de carbone et d’aluminium, sans lithium ni métaux rares et ont une durée de vie bien plus longue : 10 à 15 ans.

    Le premier modèle grand public est prévu début 2020. Il coûtera entre 1.500 et 2.000 euros, à peu près celui des vélos à assistance électrique déjà sur le marché, mais plus rentable à moyen-terme.

    https://www.ufeel.fr/

    .

    Répondre
  • les véhicules à hydrogène seront finalement une bien meilleure solution écologique que les électriques, compte tenu que la fabrication et l’utilisation massive et croissante des batteries des véhicules électriques présentent des risques importants, du fait principalement des substances chimiques toxiques et corrosives (métaux lourds, acides, alcalis) qu’ elles contiennent : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=526

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.