EDF prépare l'entrée en service de l'EPR de Flamanville en 2019

EDF prépare l’entrée en service de l’EPR de Flamanville en 2019

edf epr flamanville

Dans un communiqué du 31 janvier 2019, EDF a confirmé son calendrier pour l’EPR de Flamanville. Deux jours avant, le nouveau président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Bernard Doroszczuk, rappelait que le projet devrait respecter des normes très strictes afin de pouvoir aboutir. Il a notamment évoqué le cas de huit soudures, réalisées dans des endroits difficiles d’accès, avant d’indiquer qu’un avis de l’ASN serait rendu en mai.

L’ASN va rendre son avis en mai

Pour le président de l’ASN, Bernard Doroszczuk, le délai « pour la mise en service de l’EPR ne pourrait pas être respecté » si certaines soudures étaient à refaire. Immédiatement après ces déclarations, c’est tout le petit monde de l’énergie qui est entré en ébullition. C’est pourquoi, le chef de file du nucléaire français a rapidement publié un communiqué dans le but de confirmer que ses équipes « restent pleinement mobilisées » pour respecter les conditions de mise en service de l’EPR, selon le calendrier prévu.

Ainsi, le chargement du combustible devrait intervenir « au quatrième trimestre 2019 » pour un coût « maintenu à 10,9 milliards d’euros ». L’énergéticien s’est par ailleurs engagé à refaire « un point précis sur l’avancement du chantier, notamment sur son calendrier (…) après la publication de l’avis officiel de l’ASN ». Cet avis qui sera rendu en mai, concernera des soudures situées au niveau des tuyauteries du circuit secondaire principal du réacteur. En temps, le groupe s’engage « à fournir tous les éléments nécessaires à la bonne instruction des dossiers » pour permettre à l’ASN de se prononcer sur le programme de validation.

EDF opte pour une norme « haute qualité »

Dans une interview au journal Le Monde, Bernard Doroszczuk précise par ailleurs que « le niveau d’exigence sur ces soudures était plus élevé que la réglementation habituelle parce qu’EDF a lui-même fait le choix d’une norme « haute qualité » ». L’EPR a effectivement été conçu pour améliorer la sûreté des installations nucléaires. Aussi, pour le modèle tête de série à Flamanville, l’industriel entend démontrer, sur la base de calculs et d’essais mécaniques, que ces huit soudures présentent un niveau de qualité suffisant. Si les justifications de l’industriel satisfont l’ASN, alors le démarrage du réacteur interviendra comme prévu en 2019.

En effet, ce scénario reste pour le moment privilégié. EDF souhaite conclure ce chantier et démontrer par la même occasion l’importance de l’EPR pour conserver mix électrique décarboné. Alors que la construction d’au moins 6 nouveaux EPR est régulièrement envisagée depuis la présentation du projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), la décision finale devrait intervenir après 2021. D’après l’expert des questions énergétiques, Nicolas Goldberg, Emmanuel Macron « se prononcera probablement pour » dans le cadre de la campagne présidentielle 2022.

Un soutient de poids, au plus haut sommet de l’Etat, qui devrait indubitablement peser dans la balance. D’autant qu’après la mise en service du tout premier EPR au monde à Taishan (Chine), les derniers doutes quant au bon fonctionnement de cette nouvelle technologie ne sont plus permis. Un EPR conçu par EDF sur le modèle de Flamanville, qui, lui, n’attend donc plus que le feu vert de l’ASN.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 29 Avr 2013
Après le réacteur 1, en juillet 2011 , c'est le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim qui vient de recevoir une autorisation de poursuite d'exploitation pour dix années supplémentaires. Cette autorisation a été délivrée par l'ASN (Autorité de…
mar 16 Avr 2013
Hier lundi 15 mars, une mission de l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA) a commencé sur le site accidenté de centrale nucléaire de Fukushima. Cette mission, la troisième de ce type depuis la catastrophe permet à la fois aux 12…
mar 12 Déc 2017
Saluée pour son excellence, l’expertise de la filière nucléaire française est toujours plus prisée à l’international. En dépit des récentes annonces du ministre de l’Ecologie sur la réduction de la part de l’énergie nucléaire à 50% d’ici 2035, l’avenir du…
lun 23 Déc 2013
Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 provoque la formation d'une immense vague de 15 mètres de haut qui endommage l'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Fukushima. L'absence d'un système de refroidissement induit des fusions partielles des…

COMMENTAIRES

  • Bjr ; on pourrait comparer cet EPR a une “horloge astronomique” ou aucun grain de sable
    ou plutot aucune particule de poussiere ne sera tolere ; bravo ; EDF va marquer un but sans compter les buts en Chine pour le même match !!!!!! bye

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.