Selon l'UFE, l'approche de la PPE sur le mix électrique est très pragmatique

Selon l’UFE, l’approche de la PPE sur le mix électrique est très pragmatique

Après le colloque annuel de l’Union française de l’électricité qui a eu lieu le 29 novembre dernier, la présidente Christine Goubet-Milhaud revient sur les grands enjeux de la filière électrique. Ainsi, elle nous rappelle entre autres que l’UFE travaille actuellement avec le ministère de la Transition écologique et solidaire pour préparer les emplois verts de demain. Rencontre…

  • Qu’avez-vous pensé de la présentation de la PPE par Emmanuel Macron et François de Rugy ?

La présentation faite de la PPE et de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) est équilibrée avec une approche globale des enjeux, non seulement énergétiques mais aussi climatiques, économiques et sociaux.

On peut néanmoins noter que le volet emplois est très peu développé. L’UFE et l’ensemble des acteurs de la filière électrique se sont donc engagés dans un contrat d’étude prospective, avec le soutien des ministères du travail et de la Transition écologique et solidaire, pour mieux appréhender les besoins et les évolutions à venir sur les emplois et les compétences.

La question du pouvoir d’achat est l’autre sujet majeur qu’il faut arriver à mieux prendre en compte dans la stratégie énergétique et climatique. L’efficacité énergétique est l’outil prioritaire pour maîtriser les factures. Mais force est de constater que la fiscalité sur l’électricité est aujourd’hui lourdement taxée, malgré son caractère décarboné. S’agissant de la trajectoire du prix carbone, elle est indispensable pour bien orienter les investissements nécessaires à la lutte contre le réchauffement climatique. Toutefois, la fiscalité environnementale ne doit pas être une fiscalité de rendement : il faut restituer aux consommateurs ce qui est prélevé sur le carbone, afin de donner accès au plus grand nombre aux solutions de substitution, tant en matière de mobilité que de rénovation.

  • Alors que l’Europe vise la neutralité carbone, pensez-vous que la stratégie énergétique française va dans le bon sens ?

Il y a une grande convergence entre la stratégie européenne de neutralité carbone à long terme, que la Commission Européenne vient de dévoiler, et le projet de SNBC au niveau français, qui vise également la neutralité carbone. Dans les deux cas, la voie tracée est claire : c’est celle de l’efficacité énergétique et du remplacement des énergies fossiles par des énergies décarbonées, à savoir les bioénergies et l’électricité. Au niveau national comme au niveau européen, le développement de nouveaux usages de plus en plus décarbonés et décentralisés pour les consommateurs fera une part une plus importante à l’électricité, également facteur puissant d’innovation dans une société donnant une place plus importante au numérique. A cet égard, la France a un atout très important car sa production d’électricité déjà très largement décarbonée.

  • D’ici à 2035, pensez-vous que les renouvelables seront prêtes, en termes de technologies et de développement sur le territoire, à prendre le relais des 14 réacteurs à fermer ?

L’approche de la PPE sur le mix électrique est très pragmatique. L’UFE avait plaidé pour que toute évolution du mix se fasse en respectant l’impératif absolu de sécurité d’approvisionnement, en ne dégradant pas le caractère décarboné de notre électricité, et en maîtrisant les coûts. C’est ce triptyque qui a conduit aux arbitrages annoncés. La fermeture des réacteurs nucléaires ne peut se faire qu’au rythme où nous saurons les remplacer par des productions elles-mêmes décarbonées. Tout le monde savait que l’objectif 2025 n’était pas réaliste, celui de 2035 l’est beaucoup plus, car il est compatible avec les trajectoires de développement des EnR que nous connaissons en France. Je pense que les EnR seront au rendez-vous en termes de maturité technologique et de coûts de production, car les progrès réalisés sont vraiment spectaculaires. Mais il y a un enjeu dans le rythme de leur développement, car les débats autour de l’acceptabilité restent nombreux, les procédures restent complexes, et tout cela se traduit par des délais encore trop longs entre la conception des projets et leur réalisation.

  • Quel est votre sentiment au lendemain de la COP24 ? Peut-on parler d’avancer significatives en matière de climat depuis la COP21 ?

Malheureusement les avancées sont très insuffisantes. Le dernier rapport du GIEC a bien montré qu’il était déjà presque trop tard pour tenir l’objectif des 1,5°C et très difficile de tenir celui des 2°C. Les engagements des Etats ne sont pas à la hauteur, et quand ils le sont les résultats ne sont pas au rendez-vous. Rien qu’en France, et en Europe, les émissions des deux dernières années sont reparties à la hausse. Il faut réaffirmer la nécessité de la transition écologique pour lutter contre le réchauffement climatique. Les Etats, avec toutes les parties prenantes, doivent travailler sur la trajectoire, les moyens et les solutions concrètes afin que cette transition énergétique, qui est aussi sociétale, soit soutenable financièrement, pour les ménages et les entreprises.

Rédigé par : Christine Goubet-Milhaud

Christine Goubet-Milhaud
Présidente de l'Union Française de l'Électricité (UFE)
jeu 2 Août 2018
Quatre ans après le partage de ses activités avec Veolia, la nouvelle version de Dalkia poursuit sa stratégie. La filiale exclusive du fournisseur d'électricité EDF, spécialisée dans les services énergétiques, développe sa présence sur la scène internationale. En effet, mercredi…
mer 25 Jan 2017
A la veille de l’élection présidentielle, l’Union Française de l'Électricité (UFE) publie son livre blanc. Le document rassemble les propositions de la filière électrique française pour répondre aux défis des années à venir. Son ambition : "accompagner une stratégie de…
jeu 13 Juil 2017
Désireux de s’affirmer sur un marché en pleine croissance du fait de la baisse du prix des batteries et de l'accent mis par les pouvoirs publics sur les sources d'énergie renouvelables, l’américain AES et l'allemand Siemens veulent faire jouer en…
ven 4 Jan 2013
Le dispositif gouvernemental pour limiter le risque de black-out (coupure d’électricité géante lors d'un pic de consommation) est entré en vigueur le samedi 29 décembre 2012. Il permettra à RTE, filiale d’EDF chargée de la gestion du réseau électrique, de…

COMMENTAIRES

  • On va pouvoir aller plus vite et mieux bientôt :

    Le programme européen Iris (dans le cadre d’Horizon 2020) permet d’envisager l’autonomie énergétique des bâtiments et villes et d’intégrer la mobilité et les transports.

    Sont entre autres concernés :

    – l’éclairage intelligent à courant continu
    – l’utilisation de toutes sources de chaleur résiduelle
    – les bâtiments à énergie positive ou le cas échéant quasi nulle
    – les solutions de stockage (forages profonds pour le stockage estival de solaire thermique, les matériaux peu coûteux à changement de phase PCM, les batteries de 2e vie de véhicules lourds et légers) pour accroître la flexibilité du réseau et utiliser au mieux l’intégration des énergies renouvelables
    – la mobilité (par exemple vehicle to grid V2G, charge solaire des véhicules)
    etc

    Ces multiples solutions permettront dans un avenir très proche aux citoyens européens d’être autonomes en énergie sans rencontrer aucun problème de stress de réseau

    https://irissmartcities.eu/content/5-iris-transition-tracks

    .

    Répondre
  • Les villes s’équipent de plus en plus de bus, camions, véhicules électriques.

    Dans le cadre du programme européen Horizon 2020 on améliore le bilan des batteries en apportant une seconde vie aux batteries.

    Le stockage électrique est utilisé pour réduire les pointes de consommation des bâtiments et stocker ou vendre l’énergie solaire excédentaire. Il peut également être utilisé pour acheter et stocker l’électricité du réseau lorsqu’elle est bon marché pour une utilisation ultérieure.

    Cela améliore l’efficacité du système énergétique des bâtiments comme celle du réseau électrique de la ville et le bilan global des batteries.

    https://www.youtube.com/embed/cJbAMqvwdCs

    .

    Répondre
  • Cette année, grâce à l’augmentation spectaculaire de la production nucléaire et hydraulique (+28 TWh), la production thermique s’est réduite d’au moins 25 % (-14TWh). Pourquoi fermer autant de réacteurs en état de fonctionner qui permettent de réduire drastiquement les émissions de CO2 pour la production électrique à un coût très raisonnable ?

    Répondre
  • On cause beaucoup. On va fermer 14 réacteurs, disent certains. Avant de décider, quelqu’un a-t-il calculé combien coûterait les machines qui devraient les remplacer en euros et en devises étrangères. Je demande qu’on obéit pas à des lobbys sans savoir où ce que cela nous conduira !
    (Vu l’état actuel de nos finances nationales. N.B. Tout le monde sait : un particulier ne peut pas dépenser s’il n’a pas l’argent pour payer !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.