Une turbine hydroélectrique unique en France inaugurée en Ardèche

Une turbine hydroélectrique unique en France inaugurée en Ardèche

turbine hydroélectrique

Si les nouvelles directives européennes et gouvernementales réglementant l’exploitation des rivières dans le sens d’une protection croissante de la biodiversité, contraignent logiquement le développement de la filière hydroélectrique, les canalisations artificielles offrent quant à elles un potentiel certain pour l’installation de petites unités de production décentralisées. Ainsi, la petite ville d’Annonay, en Ardèche, vient d’inaugurer samedi 29 octobre 2018 une nouvelle turbine de production d’électricité installée sur une canalisation d’eau potable. L’EnerGeek s’intéresse à cette turbine hydroélectrique qui est déployée pour la première fois en France par Hydrowatt.

Après la capitale espagnole Madrid, la commune d’Annonay devient la deuxième ville d’Europe (et donc la première de France), à produire de l’électricité grâce à une canalisation d’eau potable. Conçue par l’exploitant lyonnais de turbines hydroélectriques Hydrowatt, en partenariat avec le groupe Saur, spécialiste de la gestion de l’eau, l’installation a été inaugurée samedi 29 octobre 2018 dans l’usine de production d’eau potable de la commune ardéchoise. Cette micro turbine de 26 kW s’installe au niveau des réducteurs de pression sur le réseau afin de produire de l’électricité à partir de l’énergie cinétique de l’eau. « Cette turbine ne change rien au fonctionnement de l’usine de traitement de l’eau. La turbine ne modifie ni le débit d’environ 300m3/heure, ni la capacité de traitement de la station », assure Pierre Bonicel, directeur de développement chez Hydrowatt.

Un potentiel de déploiement prometteur pour la turbine hydroélectrique

Grâce à cette centrale et à sa turbine hydroélectrique miniature, la société lyonnaise produit 132.000 kWh annuel, soit l’équivalent de 30% de l’électricité que consomme l’usine de traitement chaque année. Elle va donc pouvoir rentabiliser au plus vite ses 150.000 euros d’investissements. Hydrowatt a pris en charge l’intégralité des investissements et des travaux et vendra l’électricité produite à EDF. La ville d’Annonay se félicite quant à elle d’accueillir une telle expérimentation. C’est un projet « très emblématique de la transition énergétique », déclare notamment Olivier Dussopt, ancien maire de la ville et actuel secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics.

Pour Saint-Gobain Pont-à-Mousson, groupe spécialiste des systèmes de canalisation en charge de la commercialisation de ce modèle, la ville d’Annonay dispose d’un important dénivelé qui permet de créer la pression nécessaire pour l’installation d’autres turbines de ce type. « Il y a des centaines de milliers d’endroits où on pourrait en mettre », explique un responsable de la société. En France, d’autres communes doivent l’installer prochainement, comme la ville d’Hyères, dans le Var. Encore une fois donc, l’innovation au service du développement durable apporte des réponses pratiques pour nos territoires.

Crédits photo : Ville d’Annonay

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 16 Fév 2018
Alors que l’intersyndicale de l’énergie appelle à un nouveau mouvement de grève le 13 mars prochain, afin de dénoncer l’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques françaises, le ministre de la Transition écologique et solidaire a rappelé mercredi 14 février…
lun 7 Jan 2013
UEM (Usine d’électricité de Metz) vient de mettre en service une unité de cogénération biomasse sur le site de Metz-Chambière. La nouvelle installation affiche un rendement de 80%, contre 40% pour une centrale thermique « classique ». L’unité possède une puissance thermique…
mar 30 Mai 2017
Organisée chaque année du 30 au 5 juin, la Semaine européenne du développement durable (SEDD) a pour mission de promouvoir le développement durable par des actions de sensibilisation et de mobilisation des citoyens dans une démarche collective. Pour l’édition 2017,…
jeu 4 Déc 2014
Le Premier Ministre Manuel Valls vient d’annoncer que l’appel d’offres lancé en 2013 par l’Ademe et le gouvernement pour installer les premières fermes pilotes d’hydroliennes au large du Cotentin vient d’être remporté par deux alliances industrielles : GDF Suez – Alstom…

COMMENTAIRES

  • La ville d’Annonay n’est pas la deuxième en Europe à turbiner ses eaux potables et Madrid n’est pas la première. En effet la Ville de Martigny en Suisse turbine ses eaux potables depuis 1981. Cette technique arrive donc en France avec plus de 35 ans de retard sur la Suisse. Depuis 1981, de nombreuses autres communes suisses exploitent aussi ce type de turbinage (Gstaad, Morges, Mels, Susch, Fribourg,Savièse, …) avec une centaine de centrales de turbinage en fonctionnement. On peut aussi citer La commune de Graz en Autriche et, en France, Domaine en Isère (1933), Mégère (dès 1968) et plus récemment Chapareillan, Chamrousse, Brié, Herbeys, Venon, Saint Martin d’triage, Le Poizat.

    Répondre
  • Pas si en retard que ça sur le turbinage de l’eau potable en France. Rien que pour les captages sur ma commune de Revel, 38420, dans la Belledonne :
    1) L’eau potable de Domène est turbinée depuis 1934; la centrale a été rénovée en 2013 : 0,6 MW, 1000 MWh
    2) De plus l’eau potable des sources de la Dhuy qui alimente des communes du Grésivaudan de l’autre côté de l’Isère est également turbinée depuis 2016 : 0,22 MW, 1200 MWh
    Cordialement

    Répondre
  • En suisse pas seulement l’eau potable est turbinée, le égouts de la ville de Verbier entre autres sont eux aussi turbinés.
    GB

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.